1
min

- L'Empire des Songes -

Image de Silvio Pelleschi

Silvio Pelleschi

21 lectures

1

À rebours de ma destinée et niant le présent l’espace d’un instant, je m’en vais au bord de la mer antérieure où repose le souvenir de mon innocence.
À sa surface, flottent des îlots mystérieux sur lesquels des rescapés fatigués errent encore sous un soleil candide.
Alors mon cœur bat au rythme du ressac et rappelle à mon oreille les sons mélancoliques du passé s’attardant pour quelques années.
Puis, levant les yeux, nul Azur ni horizon...
Mon imagination, aussi vaste et fertile puisse-t-elle être, est désespérément et toujours enclose. Ses terres ont des frontières tremblantes et mouvantes. Elles sont peuplées de spectres familiers ne connaissant plus d’âge. Du cours du temps, ils ont quittés le lit à la nage pour les rives brumeuses où l’Oubli seul les fait lentement disparaitre.
... Repères aléatoires et vides menaçants...
J’ai beau chercher du regard, ici ne vole aucun espoir, les guides se font rares et souvent ils sont nos maîtres. Au dessus de ma tête donc, tout n’est qu’un ciel blanc troublé d’incertitudes.
S’il se trouve encore ici quelques beautés, celles-ci sont informes et si diaphanes qu’elles me paralysent ; Je ne saurais rester en ce pays vain mais chéri plus que le temps de ma songerie.
Voici que je devine ma maison, celle dite « du hagard », elle n’a ni murs ni toits et ses fondations s’effritent de tant d’indécisions.
Je continue alors de vagabonder dans l’étendue immobile du passé, dans sa vision altérée par je ne sais quel maître fantaisiste... Toute cette création n’est pas de mon fait.
Voyager ainsi dans le rêve demande bien peu d’effort à l’endormi. Et d’un infime ou grandiloquent « si », je m’élève jusqu’à un nid tout blanc de nuages insolites.
On n’embarque pas seulement pour de doux rêves, car aux écueils du cauchemar, toujours l’on fait naufrage. Je ne veux voir les monstres bannis qui sont tapis dans l’ombre.
Mais je ne peux me passer de ces traversées ; Alors je m’abandonne à vous, Songes de mes Nuits et de mes Jours, jusqu’à ma dernière étincelle de conscience qui sera elle aussi vôtre.

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,