3
min

L'éclat de miroir

14 lectures

7

Elle ne pouvait pas le nier. Mya détestait tout chez sa grand-mère. Son regard sournois, le dur pli que faisaient ses lèvres, son double menton qui bougeait quand elle parlait jusqu'à ses mains, osseuses et nouées comme des griffes.
-Va donc me chercher une bouteille d'eau, et ne traînasse pas !
Aucune douceur ni empathie envers elle. Mya savait que pour elle, elle était un fardeau. Mais la maladie de sa mère avait provoqué cette triste situation : étant la seule parente c'est à cette femme froide et hautaine qu'était déchue la garde de Mya.
Elle refusait de se projeter dans le futur. Ça lui faisait trop mal de penser à sa mère qui semblait perdre son combat contre la maladie, et c'était terrifiant de s'imaginer vivre avec la méchante grand-mère.
-Fais attention, tu as failli me foncer dessus.
La voix était amusée, nullement furieuse. Elle releva la tête et vit qu'elle était nez à nez avec un jeune garçon. Il avait les cheveux qui partaient dans tous les sens et une petite cicatrice sur la joue gauche.
-Pardon.
Elle avait la voix légère et fut surprise de le voir sourire.
-C’est avec le bouledogue en robe que tu voyages ?
Elle éclata de rire en voyant qu' il lui montrait sa grand-mère.
-Oui. Je la déteste.
-Le contraire m'aurait étonné.
Il approcha son visage du sien et chuchota :
-Rejoins-moi voiture deux. J'ai quelque chose qui pourrait te rendre le sourire.
Il lui fit un clin d'oeil et la laissa là, surprise, presque convaincue qu' il s'était moqué d’elle. Elle acheta une bouteille d'eau et rejoignit sa grand-mère. Celle-ci ne daigna pas relever la tête, trop occupée à lire un magazine people. Elle lui arracha la bouteille des mains sans un merci.
Mya se dit qu' elle aurait pu être transparente, ou même morte. Sa mère avait toujours veillé sur elle, attentive à ses besoins, affectueuse et même drôle. Comment avait elle pu être engendrée par une telle mégère ?
Une banale douleur au ventre les avait plongées elle et sa mère dans les affres de la maladie. Mya sentit la morsure cruelle de l'injustice, suivie du regard malicieux du jeune garçon croisé.
-Je vais aux toilettes.
Dit elle sans réfléchir. Sa grand-mère eut un signe agacé vers elle et elle prit ça pour un oui. Elle se leva et parcourut, un peu hésitante, le couloir vers la voiture numéro deux.
Elle l'aperçut avant qu' il ne la voie. Il était seul dans le compartiment et tenait un objet dans ses mains. Il releva la tête et lui sourit. Il y avait tant de bienveillance et de douceur dans ce sourire qu' elle sentit les larmes lui picoter le coin des yeux.
-Viens, murmura t'il.
Elle entra et reconnut ce qu il tenait dans ses mains. C'était un éclat de miroir. Il semblait briller. Le garçon lui tendit :
-Il faut que tu penses très fort à elle. Que tu portes les élans de ton cœur vers elle.
Mya allait lui demander de qui il parlait mais elle sut. Elle ressentit la douleur de sa mère, entrelacée avec la sienne. Elle regarda le garçon qui lui tendait l’éclat de miroir.
-Elle est en train de mourir.
Ça avait été dit dans un souffle, mais quel soulagement pour elle de dire ce qu' elle avait sur le cœur . De ne plus faire comme si elle n'avait pas compris.
-Regarde-la, c'est important pour que je puisse t'aider.
Mya tint le morceau devant ses yeux. Le garçon lui avait pris la main et elle sentait sa chaleur. Elle pouvait voir sa maman sur son lit d'hôpital, décharnée, le visage crispé dans la douleur. Seuls ses yeux témoignaient qu' elle livrait le plus dur combat de sa vie. Mya cria son amour de toutes ses forces et en même temps elle sentait la chaleur passer du garçon jusqu'à elle. Cette chaleur l'irradiait.
Un instant, si court, elle vit sa mère lever la tête et plonger son regard dans le sien.
-Qu'est-ce que tu fiches ?! Je te cherchais partout !
Elle était dans le couloir, seule ; le petit garçon avait disparu. Elle avait donc rêvé ?
Mais dans sa main, elle serrait encore un petit éclat de miroir, devenu terne.
Sa grand-mère lui prit durement le bras.
-Dépêche-toi, on descend à la prochaine station. L'hôpital a appelé, ta mère va mieux, apparemment...Elle te réclame il paraît.
Mya sentit son cœur se gonfler de joie.
Le petit garçon l'avait sauvée...elle ignorait pourquoi ni comment, mais Mya n'avait que douze ans et ce qui l’importait était de quitter sa grand-mère pour rejoindre sa maman. Et rester auprès d'elle.

L’éclat de miroir, elle le conserva longtemps. Caché dans un tiroir, il devint noir et finit par tomber en poussière.
7

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix CULPA
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Un morceau de miroir magique... Il en faudrait beaucoup sur cette terre.
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
De l'émotion dans cette rencontre inattendue.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur