L'eau miraculeuse

il y a
3 min
747
lectures
420
Finaliste
Jury

J'écris parce que je ne sais pas peindre  [+]

Image de Printemps 2018
Cette ville aux lumières artificielles sentait les frites et la bière. Les troquets se tenaient chaud autour de la place Saint-Lambert. Nous habitions la grande banlieue, une maison au toit de tuiles et aux briques rouges. Quelques marches, une caisse de bières brunes et des fenêtres qui s'ouvraient façon « anglaise » en levant les bras. Que d'efforts pour du gris, c'est comme ça que ça a commencé je crois, par les fenêtres.
Elles donnaient tout ce qu'elles pouvaient de clarté sur l'entrée d'un parking souterrain de supermarché. On ne voyait pas la façade, juste le dos, un peu comme les animaux quand on leur voit le derrière au lieu de la tête. On a vue sur le moche, dans la majorité des cas, je veux juste dire ça. J'ai oublié le nom de l'enseigne et ça n'a aucune importance.
Je n'ai pas tout de suite sympathisé avec les allées de ce grand magasin qui me semblaient bordéliques. J'ai juste été intéressée par les caisses parce qu'il y avait, en plus des bonbons et des chocolats, des cigarettes par paquet de 25. Ici, on pouvait fumer à volonté pour moins cher que de l'autre côté de la frontière.
Je ne fumais pas mais ça m'a donné envie. J'avais déjà essayé les Royales Menthol qui me donnaient la nausée, là je me suis laissée tenter par des Pall Mall Red, il n'y avait pas que les fenêtres qui étaient anglaises, les cigarettes aussi.

Mon père, lui, en a eu assez des bulles dans la bière et ma mère trouvait qu'elle avait la tête qui tournait mais je ne crois pas que c'était à cause de l'alcool, puisqu'il n'y en avait pas.
Alors, il a eu une idée géniale – j'utilise rarement cet adjectif qui est employé à tort et pas souvent à raison mais là, il faut reconnaître qu'en voyant la pompe sur l'évier, on allait tous se régénérer à l'eau de source. On a opté pour la carafe à l'unanimité.
On a rangé le cageot de bières et congédié le livreur qui nous a proposé de la bière alcoolisée, mon père lui a dit qu'on avait du Chateauneuf la pompe. Il est parti en haussant les épaules, je ne pense pas qu'il a compris la blague.
Bref, c'est moi qui pompais et remplissais la carafe.
C'était à qui pomperait le premier avant de passer à table. Personnellement, je lui ai trouvé un petit goût de fer à cette eau, mon père non, ma mère a dit elle est neutre comme l'eau d'Evian. Mais où prenait-elle sa source cette eau-là, ça personne ne le savait. Une manne venue de la terre, saine et mystérieuse, voilà ce qu'on a tous pensé.
J'ai été la première à trouver qu'elle n'avait pas une transparence transparente, elle était légèrement jaune, mon père qui est daltonien a dit non, elle est blanche.
C'est la fuite d'eau de la cour qui nous a sauvés. Dans ce pays-là, on ne va pas aux toilettes, on va à la cour. Pour en venir au but, il y avait une fuite dans les chiottes.
Le plombier est parti directement dans les sous-sols de la maison, une lampe sur le front. Quand le spéléologue des tuyaux est remonté, il a regardé mon père. Il a dit, vous n'utilisez pas l'eau de la pompe j'espère. Je m'en souviens encore comme si je l'avais à mes côtés. J'ai dit si on pompe. Il a continué à regarder mon père. Monsieur, l'eau de la pompe c'est l'eau de la cour. Je crois qu'il a ajouté une fois. On buvait l'eau des chiottes depuis un mois. Ma mère a eu la tête qui lui tournait comme si l'eau était alcoolisée et mon père s'est touché le foie. Je me souviens de son geste. Je suis restée... l'adjectif qui convient à la situation est : stoïque. Je suis restée stoïque. J'ai fusillé mon père du regard en lui rappelant la couleur de l'eau de la source miraculeuse. Je ne vois pas les couleurs, il m'a répondu pour sa défense. On n’a plus qu'à attendre, je me suis dit ça et je l'ai dit tout haut. Ma mère est partie prier, je crois que c'était ce qu'il y avait de plus urgent à faire.
Quand le plombier nous a quittés avec un air de pitié et d'inquiétude que je détectais sans lampe frontale, mon père a repris du poil de la bête en nous disant qu'on ne mourait pas comme ça et qu'on aurait été malade depuis belle lurette. Belle lurette et pousse pas le bouchon étaient ses deux expressions favorites du jour. Du jour de la pompe. Ma mère a recouvert le débiteur d'eau bénite d'un torchon en disant tout haut qu'elle espérait qu'on ne serait pas malade. On a ressorti le cageot de bières et je crois qu'on a bu toutes les bouteilles.

420

Un petit mot pour l'auteur ? 172 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kate Lynn
Kate Lynn · il y a
Je de la peine pour toute la famille. J'arrive pas a imaginer ma réaction a leur place😂. Félicitations très beau récit. Je crois que je vais m'abonner à votre page.
Je vous invite à découvrir mon texte si vous avez quelques minutes

Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Avec plaisir Kate !
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
J'avoue que je vous admire. Vous avez une belle plume !
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour Galette, je reviens vers vous car J'ai eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
Si vous êtes déjà passé(e), je vous prie de m'excuser et de ne pas tenir compte de ma proposition.
à bientôt.
Julien.

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
de l'eau qui aurait pu les mettre en bière, gouaille total en Wallonie (je suppose), entre humour noir ou jaunâtre caca d'oie et vert dégueulbif, bref du terrible que je découvre bien tardivement, à quand de nouveaux textes?
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
j'ai publié sur mon fachebouk!
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Si vous voulez, demandez-moi en contact sur Facebook :)
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
donnez-moi votre intitulé fb, merci
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Elisabeth Loussaut... pardon
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Ah ! Merci beaucoup
Image de Thara
Thara · il y a
Forcément l'habitude reprend le dessus (c'est surtout une question de goût)...
+ 5 voix !

Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Les Menthol mes premières clopes ahahah ...Bravo belle découverte !
Image de Maryse
Maryse · il y a
Bonne chance Galette ! Belle découverte !
"vague à l'âme" à découvrir sur ma page. Les commentaires sont les bienvenus

Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Merci Maryse !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Histoire peu ragoûtante mais que le ton teinté d’absurde et d’humour noir rend digeste si je puis dire... c’est scotchant, on ne s’attend pas à la chute. J’ai déjà entendu cette expression « Château-Lapompe » et j’affectionne les tournures et proverbes anciens. Je vote pour votre texte peu banal , + 4
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Merci beaucoup Fred
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Drôle et angoissant à la fois, bravo !
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Merci Lolana !
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
Je reviens pour la finale ! Bonne chance Galette !
Image de Elisabeth LOUSSAUT
Elisabeth LOUSSAUT · il y a
Merci beaucoup Geny !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La neige sur le Pilat

Elisabeth LOUSSAUT

Quand je suis sortie du hall de l'immeuble, tout était blanc, les voitures, les monts, la rue, plus de trottoir, plus rien que le froid et le blanc. Mes bottes étaient blanches, c'est ça qui me... [+]