LE ZOURNAL HEBDO DE BRIZITTE MACRON...

il y a
1 min
7
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

《 Aujourd'hui ce lundi 26 mars, je reconnais être à la bourre et au moulin dans mes chroniques. Je n'ai même plus le temps de câliner Nemo et d'aller récupérer dès potron minet les bons oeufs frais de ma brave Agathe et de sa copine dans nos jardins. L'autre jour à l'Élysée, entre deux portes et quatre chemins, euh... couloirs, j'ai failli renverser un pauvre garde immobile. Imaginez la situation embarrassante pour chacun d'entre nous...
Ah la vie de château, on m'y reprendra pas deux fois! Ça n'est pas un job à plein temps que celui de Première dame de France mais les trois huit à moi toute seule. Alors parfois, pour me distraire un peu, je file à la campagne. Je suis encore retournée la semaine dernière dans les Côtes-d'Armor. J'ai rencontré quelques copines agricultrices super sympa avec qui je peux causer chiffons, vaches et cochons sans susciter l'hilarité des technocrates. Ça me change tellement de mes achats compulsifs chez Courrèges, Vuitton et compagnie. On prend le thé à l'étable, on fait des gâteaux au chanvre - j'adooore, puis on finit par des batailles de polochons en rangs serrés avant d'aller servir la soupe aux croutons. C'est rural, c'est divin! Tout semble si simple par ici. Je pense même ramener au château une vache pour son bon lait. Je fais une pierre du même coup! Notre production locale coûtera moins cher à l'état et ça fera de la compagnie à nos amis à quatre pattes. Manu 1er s'y oppose pour le moment mais en le travaillant au corps, j'arriverai à mes fins. Sinon, ce sera tintin en-dessous de la ceinture et bromure au souper!
J'adresse aussi toutes mes sincères condoléances à la famille du Colonel de Carcassonne qui en allant faire ses courses à l'intermarché du coin, serait mort. Je n'ai pas vraiment suivi cette affaire mais cela doit nous faire réfléchir sur notre consommation. Et privilégier les circuits courts et l'agriculture raisonnée car les grandes surfaces nuisent gravement à la santé. Cet exemple l'illustre parfaitement hélas!
Ouhlala, je me presse car je vais encore être en retard. Allez, je file chez "La ferme est à nous" située à Saint Germain mais d'ici là, gardez la tête froide, le monde entier nous envie 》.
Brizitte M.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Plan B

Nicolas Juliam

Je me revois entrer dans la douche, tranquillement, en sifflotant. Je me souviens aussi de cette irrésistible envie de fumer. Celle qui vous tombe dessus n'importe où, n'importe quand. Et faut... [+]