Le zournal hebdo de Brizitte - 16 avril 2018.

il y a
1 min
5
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

《 Aujourd'hui ce lundi 16 avril, je voudrais dire mon ras-le-bol du Macron bashing à longueur de journée! Non non, ça suffit. Qu'est ce donc que ce pays qui ne respecte pas la parole providentielle d'un chef d'État élu au suffrage de Bruxelles... euh, universel ?
Alors que tout s'est formidablement bien passé avec son ami Pernaut. L'interview fut juste grandiose avec un langage simple, direct, sans fard ni détour. Il n'y eut aucun sujet polémique ni même une question embarrassante. Ce fut extrêmement chaleureux, courtois et les français ont pu apprécier l'esprit de concorde qui est le sien. Aucun irrespect avec la dimension gérontophilique de Pernaut, bien au contraire. Pas la moindre tension entre ces deux grands hommes qui resteront dans l'histoire avec un grand I, c'est certain...
Et puis hier soir, la seconde interview avec les deux bêtes de sexe... euh, bêtes de scène que sont Plenel et Bourdieu. Ce sont des philosophes à leur manière, sorte de Paul Ricard qu'a bien connu Manu 1er. Le face à face qu'on pensait inégal fut un régal pour nous tous. À peine entré dans l'arène qu'il brilla de mille feux. Décochant tantôt ses flèches tantôt une pédagogie qui laissa pantois ses contradicteurs. Il fut si pugnace qu'au château, paraît-il qu'ils firent des bonds de joie. Nemo alla tout de suite répandre son allégresse et sa fierté dans la cheminée. Tout le staff exultait. Au studio, mon petit haut fit sensation. Il faut dire que notre arrivée sur les marches de Chaillot fut divine et ne pouvait pas passer inaperçue, ça non! On se serait presque cru au spectacle s'il n'y avait pas eu les caméras. J'ai fait bien attention de marcher dans les pas de mon Manu, unis par les forces de l'esprit. Quelle folle soirée quand j'y pense! Le buffet d'après débat fut tout aussi délicieux. C'est pourquoi je ne comprends toujours pas l'hallali qui frappe Manu 1er que les médias aiment tant. Ohlala, je suis encore en retard avec toutes ces histoires à médire debout!
Allez, je file chez Edwy, on fait un brunch gourmand dans son petit gourbi du 9-3 pour le débriefing d'hier. Mais vous surtout, gardez la ligne comme moi, le monde entier nous envie 》.
Brizitte M.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,