Image de Brune Hilde

Brune Hilde

1748 lectures

1121

FINALISTE
Sélection Public

Je m’appelle Gabin et je suis le gardien du cimetière de Villeroy. Je vis ici et je dors ici. J’ai une petite maison, à l’entrée, à peine plus grande que le caveau de la famille Robillon.

J’ouvre la grille à huit heures trente et je la ferme à dix-huit heures. Je tonds, j’arrose, j’accueille les endeuillés, je ramasse les feuilles, je tiens les registres, j’accompagne et j’informe. Entre douze heures et quatorze heures, je fais une petite pause, pendant laquelle il m’arrive de m’endormir.

La première fois que j’ai vu la petite fille, c’était le jour de leur emménagement dans cette petite maison de poupée, de l’autre côté de la rue. Une maison triste et endormie qui attendait les rires d'un enfant. Il m’a semblé qu’à l’arrivée de cette famille, le soleil avait été accroché au-dessus de la maison et qu’il ne bougerait plus, le même soleil trop rond et trop grand qu’on voit sur le dessin des enfants épanouis.
Je les observais parfois. Quoiqu’ils fassent, ils avaient l’air définitivement heureux... Emplis de ce bonheur insolent que je n’ai jamais connu enfant et que je désespère de connaître un jour.

J’ai revu la petite fille. Elle tenait la main de sa maman, devant la fosse dans laquelle on venait de déposer le cercueil de son père. Elle regardait les roses blanches qui venaient d’être jetées sur le cercueil. Elle, elle garda sa rose dans sa petite main.
Le soleil avait été décroché, la vie s’en était allée, le souffle était retenu et la balançoire ne grinçait plus après l’école.
Une semaine plus tard, j’ai été livré de la pierre tombale. Une pierre blanche débordante, gravée d’un sobre et noir :

Florent Pergay
1987-2017

Après le départ des pompes funèbres, j’ai nettoyé le tour, replacé les gravillons, « emprunté » deux magnifiques et coûteuses potées de jacinthes en boutons devant le caveau des Robillon et j’ai attendu...

Elles sont venues deux jours après, un matin avant l’école. La petite a laissé une dictée avec une note de 10/10, entre les deux pots de jacinthes. Elle a posé un galet dessus et elles sont parties. Je sais maintenant qu’elle s’appelle Garance, cette petite.
Elle est revenue le mercredi après-midi, avec un sac plus grand qu’elle. Elle s’est installée sur la pierre tombale et elle a commencé à jouer. Je me suis approché avec mon arrosoir et j’ai mis un peu d’eau aux jacinthes, qui n’en avaient pas besoin.
— Bonjour monsieur...
— Bonjour Garance. Tu cherches peut-être ta dictée ? Je l’ai mise à l’abri, je craignais la pluie.
— Vous pouvez la jeter maintenant que Papa l’a vue.
Elle a continué à installer ce qui commençait à ressembler à une ferme. Alors, je me suis assis moi aussi sur la pierre tombale. Il y avait des poneys, des poules, des vaches. Il y avait des fleurs, des brouettes, une écurie, des enfants souriants, des parents joyeux et visiblement heureux de travailler. Il y avait des petites barrières, des tas de foin, des ballots de paille... Il ne manquait qu’un plan d’eau. Je pris la soucoupe des chrysanthèmes en plastique de la tombe de Madame Delion, la voisine de gauche et la remplit d’eau. Garance m’offrit le plus beau de ses sourires et mon cœur enfla au point de se cogner.

Sa maman vint la chercher vers dix-sept heures. Elle nous trouva en train de rentrer les vaches à l’étable. Garance lui dit que nous n’avions pas encore rentré la paille, mais c’était l’heure du bain, et nous dûmes tout remettre dans le sac.

Je revis Garance le mercredi suivant. J’avais fait des crêpes, fleuri la tombe de Florent avec deux dipladenias palissés provenant toujours du caveau des Robillon, mais j’avais remis en place les jacinthes défleuries en échange.

Cette fois Garance arriva avec un tutu rose, un diadème en plastique, une grosse boîte de peinture à l’eau et quelques pinceaux. J’étais occupé à superviser l’exhumation d’un cercueil qui venait de passer cinq longues années dans une poche d’eau. C’est la raison pour laquelle je ne pus l’empêcher de peindre sur la tombe de son père.
Lorsque je retournai sur la tombe de Florent, Garance était partie. Elle avait peint un portrait de son père. Il souriait tellement que les coins de ses lèvres lui touchaient les oreilles qu’il avait anormalement grandes et décollées. Il avait un nœud papillon à pois et un nez rouge. Et en dessous :

« Je t’aime papa »
Garance.


Les crêpes étaient froides et beaucoup moins bonnes que si je les avais partagées avec Garance. À ma grande surprise elle revint le lendemain, après l’école. Elle s’assit sur la tombe de son père et pleura en silence pendant de longues minutes. Quand enfin, j’osai m’approcher, elle me dit :
— Bonjour monsieur. Maman m’a dit que si mon chagrin était trop lourd, il fallait que je pleure beaucoup. Je crois avoir pleuré assez, il va être plus léger.

Je lui proposai alors un tour de brouette. Lorsque sa mère arriva, nous chantions sous la pluie, elle dans la brouette avec un parapluie et moi poussant la brouette en courant au milieu des tombes silencieuses.
Je vis sur sa mine qu’elle hésitait à nous réprimander très sévèrement, mais elle éclata de rire lorsque je lui proposai un tour de brouette à elle aussi.

Le lendemain matin, le gendarme Gramain frappa à ma porte. Il me parla d’un appel anonyme à la gendarmerie concernant la profanation d’une tombe. Je mis mes bottes et mon ciré car il pleuvait beaucoup.
Quand je sortis, au moins cinq canons se braquèrent sur moi. Gramain m’informa de mon arrestation pour le meurtre de Florent Pergay. Je compris alors à quel endroit j’avais perdu mon Zippo® et je sus que je ne jouerai plus jamais avec la petite Garance.

PRIX

Image de Printemps 2018
1121

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Alphonse Dumoulin
Alphonse Dumoulin · il y a
L'intrigue et surtout sa conclusion ne me convainquent pas. En revanche, j'aime beaucoup l'écriture, fine et enlevée.
·
Image de Brune Hilde
Brune Hilde · il y a
Hola Alphonse, Je prends le compliment et le serre bien fort, venant de votre part! ¨Pour le texte, bien vu, d'ailleurs je n'ai même pas réussi à le faire gober au comité de sélection!
·
Image de Brune Hilde
Brune Hilde · il y a
euh non, je m'a trompée de texte ☺ celui-ci a été accepté.
·
Image de Aurelien Brianceau
Aurelien Brianceau · il y a
Une intrigue bien menée ! Bravo.
·
Image de Automnale
Automnale · il y a
Mon Zippo préféré n'est pas sur le podium... Alors, ce matin, je suis un peu triste...
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Bonne finale jolie Brune :)
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Pour moi aussi, il est grand temps de repasser ;-).
·
Image de Aëlle
Aëlle · il y a
Une histoire géniale pour une chute totalement inattendue.
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Des personnages attachants qui nous transmettent de belles émotions...
·
Image de Décar
Décar · il y a
Lumineux et sombre, très réussi
·
Image de Lolanou
Lolanou · il y a
Cette histoire avait si bien commencé... étonnante chute. Bravo !
·
Image de Mado
Mado · il y a
magnifique ! beaucoup d'émotion avec cette petite Garance
et la chute est aussi glaçante qu'un cimetière en pleine nuit
toutes mes voix

·