2
min

Le voleur de vélo

Image de Gini Meryem

Gini Meryem

4 lectures

0

Le voleur de vélo
Il était six heures du matin Pierre se réveilla impatient aujourd’hui la caravane passait au village, oui Le tour de France!! Quelle aubaine !Il sauta du lit, enfila ses vêtements et courut prendre son petit déjeuner. Sa mère le regarda tendrement, il était tout excité, il se pressa de finir sa tartine et courût au village par les champs.
Les villageois étaient déjà sur les bords de la route, les marchands de glace les artisans préparaient leurs étals. Le soleil brillait de mil feux, les odeurs de lavande remontaient du bas chemin.
Pierre regardait tout ce monde, beaucoup d'enfants étaient venus avec leur vélo, pensif, Pierre cherchât une place d'où voir ce si attendu défilé de vélos. A vrai dire Pierre venait uniquement pour admirer les "vélo", savoir qui étaient ces cyclistes était le derniers de ses soucis !.
Le maire arrive et demanda le calme,, un silence plomba l'ambiance, tous les regards se tournèrent vers ce Monsieur qui cherchait à se protéger d’un soleil sous un parasol récalcitrant
-Chers villageois, le départ du tour a été retardé de 2heures, vous avez donc du temps libre pour profiter de ce beau temps .Dit il en levant les mains au ciel
Pierre s'évada dans ses pensées en se cochant dans l'herbe.... Et se releva avec un grand sourire aux lèvres et se précipita vers le fond du village.
Arrivé au coin d’une rue, il épia les alentours, il n’y avait personne ! tout le monde était en attente du grand évènement Le garçonnet se dirigeât vers le vieux magasin d’antiquités et se faufila à l’arrière...et entra dans l’atelier il balaya l’espace d’un œil rapide ses yeux se posèrent sur une roue de vélo.
Il se précipita vers le fond de la pièce retira les seaux et boites qui se trouvaient devant cette roue et découvrit un vieux vélo à guidon arqué et remarqua la petite lampe sur l’avant. le sortit et l’enfourchât fit quelques mètres, il roulait parfaitement !! il alla fermer la porte vérifia que personne n’ait pu le voir et s’enfuit avec le précieux trésor
Il arriva non loin des villageois, monta sur le petit pont afin de surveiller l’arrivée des coureurs, impatient il faisait des allers-retours jusqu’à ce qu’il entende du bruit venant du fond du bois. Il aperçût enfin la caravane arriver, calcula le bon moment pour démarrer et pouvoir se mêler a peloton et s’élança.
Le cœur battant la chamade, Pierre se faufila dans le défilé mais un gendarme le repérât et se lança à sa poursuite. Pierre pédala de toutes ses forces, traversa prairies champs.....mais le vélo cogna contre un rocher, le vélo s’envola et retomba dans la petite rivière.
L’agent se précipita vérifier que le gamin n’était pas blessé, le sermonna sur son imprudence et le reconduit chez lui. Durant la route, pierre expliqua au gendarme que depuis toujours il voulait un vélo mais ses parents n’avait pas d’argent pour lui en offrir alors il était allé « emprunter » le vélo au brocanteur.
Arrivés chez lui, sa mère se précipita vers lui inquiète des blessures,, son père remercia l’agent et demanda à qui était ce vélo en piteux état.
-je l’ai emprunté au vieux marchand, voulait suivre les autres vélos dit Pierre en regardant ses pieds, honteux.
-Ne le rouspétez pas, vous savez c’est juste une bêtise de gamin monsieur François rien de bien grave.
-Mouais bon, demain nous irons voir comment corriger ce caprice !!! dit le père agacé.
Le gendarme salua la famille et repartit à son poste.
Le lendemain, Pierre se rendit au magasin craignant la colère de Monsieur Lolivier mais heureusement celui-ci ne fut guère en colère.
-Tu vois gamin, ce vélo il était inutilisable, tu as eu beaucoup de chance d’aller si loin, je devais le démonter pour récupérer certaines pièces mais attends moi j‘arrive.
Le vendeur disparut quelques temps et revint avec une belle bicyclette.
-Elle est pour toi, prends en bien soin, entraîne toi et un jour je viendrai au bord de la route te voir passer lui dit il en souriant et lui faisant un clin d’œil
Tandis que le père ne put refuser ce geste, le petit lui était émerveillé devant « son » vélo et trépignait d’impatience de le tester
Le vendeur en souvenir de cette grande anecdote de l’histoire du village, conserva la partie avant du vélo, repeint sa façade et accrocha le « vélo » en guise d’enseigne.

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,