Le vilain dragon, cracheur de poison

il y a
4 min
261
lectures
67
Qualifié

S’évader : 1. S’échapper d’un lieu où l’on était retenu, enfermé. 2. FIG. Echapper volontairement à (une réalité). Enseignant à plein temps à des mômes aux vies souvent plus  [+]

Image de 2020
Image de Très très courts
C’est la rentrée des classes. Comme tous les enfants, Charlotte se prépare, excitée et un peu inquiète à la fois. A 6 ans, elle rentre à la grande école, en CP. Elle ne sait pas trop à quoi s’attendre. Elle sait juste qu’elle sera dans la cour de récréation avec des grands, qu’il n’y aura plus de bac à sable ni de structure de jeux et que la directrice est un directeur, jeune et souriant. Les mamans l’aiment beaucoup. Elle a entendu la maman de Laïa dire à celle de Rose qu’il avait un canon et du char. C’était bizarre pour un directeur, avait-elle pensé. Mais, au moins, lui, il serait bien armé contre le dragon. Charlotte sait qu’en CP, elle va apprendre à lire des histoires et faire des calculs compliqués avec des plus et des moins. Elle a hâte de savoir écrire des mots sans faire de fautes et d’inventer des poésies qu’elle offrira à Maman.

Ce matin de rentrée, Charlotte a choisi, toute seule, sa belle robe d’été aux fleurs multicolores. Elle est allée chez le coiffeur, la veille, couper les pointes de ses cheveux blonds. Mamie lui a dit qu’elle ressemblait tant à Maman, des sanglots dans la voix. Charlotte a mis sur son dos, le joli cartable avec le chevalier intrépide qui protège la jolie princesse, que lui a acheté Papa. Dehors, le ciel est lumineux ; il fait beau et les oiseaux chantent. Ils ont l’air heureux de voir les enfants retrouver le chemin de l’école. C’est une belle journée qui s’annonce. Charlotte envoie un dernier bisou à Maman qui lui sourit dans le cadre doré accroché au mur de sa chambre. Dans la cour de récré, elle retrouve ses copines qu’elle n’a pas vues le temps d’un été. Elle fait un dernier câlin à Papa. Il la serre fort, un peu trop, peut-être. Il lui sourit et lui adresse un signe de la main droite. Charlotte ne voit pas ses larmes monter.

Comme tous les enseignants, Lucile a hâte de découvrir ses élèves du cours préparatoire. La jeune maîtresse sait que cette année est importante pour eux, pleine d’espoirs et de découvertes. Elle va les aider à grandir et les accompagner, le mieux possible, dans leurs aventures. Lucile se tient à l’embrasure de sa porte de classe. Elle réajuste ses petites lunettes rondes sur son nez retroussé. Sa liste d’appel dans les mains, elle énonce un à un le nom de ses élèves qui, timides, pénètrent dans la classe. Elle voit les parents, venus nombreux, en ce jour spécial, quitter l’école. C’est parti pour une nouvelle année scolaire.

***
Les premières vacances arrivent. Charlotte est un peu fatiguée. C’est long le CP. Elle a eu du mal à suivre le rythme au début, à rester toute la journée assise bien sagement sur sa chaise, derrière son bureau. Pas facile, quand on a les fesses qui gigotent tout le temps. Mais, elle a réussi. Quand un travail est terminé, elle et ses copains ont le droit d’aller à la bibliothèque de la classe regarder les illustrations des livres choisis par la maîtresse. Elle adore les contes et les albums. Elle ne peut pas encore les lire, mais ça viendra vite, lui a promis la maîtresse. Maîtresse Lucile est gentille et elle est belle aussi. Charlotte l’aime beaucoup. La fillette connaît déjà beaucoup de sons et a bien photographié les mots qu’elle révise tous les soirs avec Papa. Elle progresse rapidement lui a dit la maîtresse lors de la réunion. Papa est fier. Charlotte réussit maintenant à écrire sur les petites lignes de son cahier d’écriture. Elle s’applique, concentrée, en tirant la langue. C’est drôlement bien d’écrire en cursif. Charlotte a acheté un joli cahier rose avec une licorne, un arc –en-ciel, des ballons et des cœurs pour commencer ses "Poézi pour maman".

Lucile, elle aussi, est fatiguée. Cette première période de l’année n’est simple pour personne. Les enfants doivent retrouver un rythme après les vacances d’été et ses couchers tardifs. Ça fait beaucoup de changements pour les vingt petits CP de sa classe. Il y a peu, ils étaient encore les grands de la maternelle. Mais, ses élèves s’en sortent bien dans tous leurs nouveaux apprentissages. C’est ce que Lucile dit aux parents qu’elle reçoit après la classe. Les réunions s’enchaînent et la fatigue s’accumule sous ses yeux cernés de noir. Ses douleurs au dos, malgré les traitements, l’empêchent de bien dormir et de se reposer. Une vilaine sciatique. Ce soir, les vacances de la Toussaint sont les bienvenues pour tout le monde.

***
Charlotte est épuisée. Aujourd’hui, elle s’est drôlement bien amusée. Elle a invité ses meilleures copines tout l’après-midi. C’est Papa qui a eu cette idée alors que ce n’est ni son anniversaire ni les vacances. Il est parfois bizarre Papa. Au menu du déjeuner, c’était steak-frites-ketchup et moelleux au chocolat et crème anglaise. Mieux qu’au restaurant. Au goûter, les filles ont garni leurs crêpes de caramel au beurre salé, la spécialité de Papa et de Nutella à la Chantilly. Un vrai régal. Charlotte et ses amies ont joué au trampoline, bien couvertes dans leur doudoune épaisse, aux légos, aux Barbies et à la maîtresse dans la salle de jeux. Elles se sont déguisées en princesses. Charlotte, elle, a revêtu le costume de chevalier pour combattre ses ennemis invisibles.
En se couchant, la fillette embrasse fort son Papa et lui chuchote les mots doux qui n’appartiennent qu’à eux. Elle ne réclame pas d’histoires et s’endort aussitôt la porte refermée.

Fabien souhaitait vivre une journée pleine de joies et de rires innocents. Pour conjurer le sort. Continuer à vivre malgré l’absence et la douleur. La nuit silencieuse qui l’envahit lui fait peur.

***
La peur, Lucile la vit depuis plusieurs semaines au rythme des examens médicaux qu’elle subit. Impuissante. Une masse qui saigne et lui comprime le nerf sciatique explique la douleur que la jeune femme ressent, à présent, le long de sa jambe droite. Une biopsie est nécessaire.
L’attente insoutenable. L’angoisse. Des vomissements. Les doutes. Les espoirs. L’annonce.

***
Les vacances de Noël sont terminées mais Maîtresse Lucile n’est pas revenue. C’est le directeur qui l’a dit ce matin, en souhaitant aux élèves de CP une bonne et belle année. Il avait l’air tout bizarre en prononçant ces mots. Perdu sans son sourire. Il a accompagné le nouveau maître dans la classe. C’est Maître Paul qui remplace Maîtresse Lucile. Il avait l’air, tout aussi, perdu. Il est arrivé avec une guitare et les CP ont commencé à chanter assis par terre, autour de lui.

***
« On peut en guérir, ce sera long, ce sera éprouvant, je ne vous le cache pas, mais c’est possible. Je vous le répèterai autant de fois que nécessaire ».

Lucile n’aura pas cette chance.

***
Papa a annoncé à Charlotte que Maîtresse Lucile était partie rejoindre Maman, battue par le même vilain dragon, cracheur de poison. Charlotte est triste, bien sûr. Mais, elle est, un peu heureuse aussi car Maîtresse Lucile et Maman vont pouvoir faire connaissance. Elle aurait aimé que sa maîtresse lui apporte son joli recueil de "Poézi pour Maman" qu’elle a fini de compléter et d’illustrer.

De sa fenêtre, Charlotte observe le ciel, espérant apercevoir une dernière fois, Maîtresse Lucile derrière les nuages et lui dire au revoir. Elle serre très fort Papa et lui promet qu’une potion magique finira bien par faire disparaître ce vilain dragon, cracheur de poison.
67

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,