Le vieux maçon sicilien

il y a
1 min
37
lectures
4
Confutatis Maledictis... Quand le maçon va à un enterrement il regarde immanquablement les pierres. Le petit curé déjà bedonnant dans son habit d'argent et d'ébène, a beau s'agiter avec son encensoir en tous sens pour attirer l'attention sur le catafalque a ses pieds, rien n'y fait, le maçon regarde les courbes millénaires des cailloux de la collégiale, où son frère le vieux bâtisseur Sicilien paraît endormi dans sa couverture de soie blanche, allonger la, dans ses simples habits de tous les jours, malgré son âme pratiquement dans l'autre monde, lui aussi épie l'azure de moellons dentelés au-dessus de sa tête avec un regret certain !!!

Et ils sont un bon nombre dans cette église, les yeux rivés au ciel à admirer la clef de voute, à scruter le moindre défaut dans la taille de ce bloc jaune, que les connaisseurs appellent « la pierre du soleil », les défauts ils connaissent, quand la journée finissante, la main fatigue, le marteau dérape, il n'y a pas de cadeau, et ils sont un bon nombre dans cette église a voir le faut aplomb flagrant de cette colonne de droite écrasée par le poids du temps, mais à part la fratrie, qui le verra, a trente mètres de haut le clergé et aveugle, et les frères le comprennent bien, eux qui partagent la douleur de la taille, rien n'est gratuits, mais quel bonheur a regardé en fin de jour, un arrondie qui viendra s'ajuster parfaitement au travail de la veille, la souffrance disparaît instantanément pour faire place à la fierté, au bonheur du bel ouvrage !!!

Du soleil... il y en avait justement en ce milieu d'apprêt midi, il inondait de sa lumière tout ce bestiaire fantastique de saints du jour sculptés de main de maitre par d'illustres inconnues, il inondait de sa lumière tous ces artisans venus serrer une dernière poignée à un ami si cher, l'honorer et l'accompagner jusqu'au purgatoire des mains calleuses, là où l'on met les constructeurs de cathédrales !!!

Et dans l'histoire que restera-t-il du Sicilien : peut-être dans quelques centaines d'années, un apprenti entrera dans une chapelle, feras le tour, regarderas le calcaire du haut de sa jeunesse, le caressera de ses mains rugueuses, et repartiras sans même un regard pour l'acrobate cloué sur sa croix dorée, en se disant : « ce maçon sicilien... il était sacrément bon » !!!
4

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Les bâtisseurs des cathédrales si chères aux français dits de "souche", n'ont pas tj bénéficié de la considération qu'ils méritaient en tant qu'artistes, mais de l'ostracisme en tant qu'immigrants.
"Grammalecte" est un correcteur correct 😄

Image de James Wouaal
James Wouaal · il y a
J'ai aimé votre présentation et je suis heureux d'aimer aussi votre écriture.
un peu anar,
un peu pecnot,
un peu prolo,
Ben je me sent moins seul... :))

Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Bon, James t'es pas tout seul. La confrérie des vieux cons anars, c'est la majorité des mecs sur Short.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Le regard "formaté" des gens du métier incapable de voir au-delà ! ;) ;) ;)

Vous aimerez aussi !