2
min

Le vieux est mort

Image de Sandrine Michel

Sandrine Michel

1194 lectures

183

Qualifié

C'était chose faite. Le vieux était dans le trou. Lui qui disait sans relâche que même la mort refusait de l'accueillir en enfer. Il faut reconnaître que nous avions accéléré le processus naturel de la vie car on craignait effectivement que le vieux ait raison. À quatre-vingt-quatorze ans, il persévérait dans ses perversions, chaque matin la soubrette avait une main aux fesses, les gamins un coup pieds aux fesses, et sa jeune femme de quarante ans devait lui montrer les siennes trois fois par semaine... Sans aucun doute, l'amour ne berçait pas leur quotidien, Nadia attendait le magot mais le vieux restait tenace, à croire que le vice conserve l'homme !

Enfin, nous y sommes, au-dessus de la fosse, plusieurs heures de dur labeur pour une profondeur raisonnable, presque tout autant en largeur, car en plus d'être égrillard, obsédé et obsédant, l'ancêtre était de forte corpulence. Il est indéniable que la mort a pris son temps pour accepter le vieux tout près d'elle pour l'éternité ; récidives de malencontreuses chutes dans l'escalier, prises excessives de somnifères à son insu.

Le diagnostique du médecin tombe :
— Soyez prudent Monsieur Joseph, vous êtes distrait ! En plus, vos promenades nocturnes, c'est dangereux. Ah ! L'amour, une si jolie femme, ça vous fait perdre la tête !

Il a fallu attendre quelques mois pour que se présente une prise accidentelle de l'aconit dans le whisky du soir, langoureusement préparé par sa femme dévouée. Et la cerise sur le gâteau, le rituel du soir, un bain chaud avec quelques gouttes d'huile essentielle de lavande, le bouquet final !
Joseph a pu se détendre quelques minutes avant de piquer du nez dans les abîmes des eaux douces de sa baignoire. Il se souvenait... C'était de cette façon que sa première épouse avait rejoint le paradis, une triste noyade accidentelle et un bel héritage... Il s'assoupissait...
Le plus acrobatique était de soulever Joseph hors de la baignoire, le sortir de ce trou pour le mettre dans un autre, à quatre, tout devient tellement plus léger. Nous étions recueillis, sa charmante femme Nadia et ses deux enfants de sa première union, puis moi, Joseph junior, fils du vieux et de ma défunte mère tant aimée Huguette. L'arrivée de Nadia fut comme une bouffée de fraîcheur. En qualité de fils Joseph junior, j'ai trouvé pleinement opportun de partager la même couche dans ce triangle amoureux avec Nadia au sommet de la noirceur...

Le patriarche avait une jolie fortune, dormant dans une chambre forte, pourtant tout était vétuste dans cette vieille bâtisse. Je ne pouvais me remémorer aucun moment agréable avec le vieux. L'alcool facile, violent, doté d'un humour grinçant, caustique comme la soude liquide versée généreusement sur son corps nu comme un asticot, en espérant ainsi réduire sa masse volumique et éloigner les chiens curieux.
Personne n'aurait pu croire à un unième accident, par contre, avec ses errances nocturnes, qui s'inquiéterait de la disparition d'un tel individu ?
On couvrait son enveloppe charnelle d'une terre dense et fertile. Un dément, au cœur d'un champ, entouré d'herbes folles et de chiendent. Dans un geste solennel, je jetais mon mégot comme d'autres poseraient des fleurs. Nadia avait pris soin de retirer le pendentif du cou de Joseph, la clef des champs, celle qui ouvrait le coffre, la porte de la liberté.

La famille diabolique s'apprêtait pieusement à remercier l'enfer pour le fameux magot de la chambre forte.
Subitement, le vieux ouvrit les yeux, terrifié, l'eau était beaucoup trop chaude, brûlant sa peau, il venait de faire un cauchemar... Ou peut-être pas...

PRIX

Image de Printemps 2019
183

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel  Commentaire de l'auteur · il y a
Aux lecteurs de passage, je vous invite à découvrir mon tout premier très court récit, un lipogramme sans e https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/minimax-un-grand-roi-1 Merci 😊
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Décidément, il est coriace le vieux !..
·
Image de Sylvianni
Sylvianni · il y a
Un texte qui ne laisse pas errer les yeux ailleurs que sur ce vieux grincheux que même la mort hésite à prendre, j'ai aimé!
·
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Merci Sylvianni !
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Un texte comme je les aime, le fond la forme tout est extra J'AIME ! Bravo Sandrine !
Julien
Si votre temps vous le permet je vous propose : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/il-ne-faut-pas-jouer-avec-le-feu
merci.

·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
très beau suce-pinces familial, "umour" (aurait dit Jacques Vaché) noir "café crème, café crime arrosé de sang" (là j'sais pue ki, p'tête la crapule stalinienne Aragon?) mâtinée d'une chute ouverte.
à Kant, lacan, un deuxième opus d'une future saga, "le retour du vieux" avec bande annonce du style grosse voix de mâle caverneux dans les présentations de désbloque bousteurs?

·
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Merci Patrick, à voir pour le retour du vieux (dans une autre vie )😊
·
Image de JACB
JACB · il y a
On ne peut rester de bois à lire cette descente aux abysses...d'autant que le rêve naît souvent d'une réalité...Prémonitoire...vous avez su ménager une "chute" qui laisse planer le doute, c'est réussi Sandrine. Bonne chance.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mes voix pour cette œuvre bien écrite, agréable à lire et bouleversante !
Une invitation à découvrir mon “Éclats de lumière” qui est en lice pour
le Grand Prix Printemps 2019. Merci d’avance et bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/eclats-de-lumiere

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Quelle chute !
·
Image de Philshycat
Image de Julia Chevalier
Julia Chevalier · il y a
Très caustique et belle chute
·
Image de Clapotis
Clapotis · il y a
Ouh là là...ça c'est du texte clair, net et sans fioritures...beaucoup de plaisir à le lire ! Caustique comme la soude !
·
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Pas de place pour le romantisme ! Merci de votre passage...
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

De l’indifférence à l’oubli, il n’y a qu’un pas. Et cette courte distance, je crois bien être en train de la franchir ; le temps est compté. Mon nom est Julien Barneville. Âgé ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Métro. Vendredi, 15 heures. Je suis avec mon fils Eliott, deux ans. Je ne sais pas pourquoi mais aujourd’hui, le métro est plein à craquer. Ça me stresse. J’aimerais une place assise ...