1
min

Le vieil écrivain

58 lectures

11

Une improbable chimère siégeait au centre de la pièce. Un centaure fait de bois usé et de chair abimée. Il s’agissait en fait d’un vieux couple fusionnel, un écrivain et son bureau-fauteuil. L’homme était vieux et souffrait de mille maux, dont le manque de mots n’était pas le moindre. Le drapeau des idées était en berne, et son stylo plume, offert par un chef amérindien, se déplumait par désœuvrement, laissant une page blanche tout anémiée avide d’une transfusion d’encre. A une époque pourtant, l’étendard des idées flottait au vent de son inspiration, le stylo plume volait de ligne en ligne, et la blancheur des pages n’était visible qu’à travers les lettres de ses récits. C’était l’époque de la Grande et de la Petite librairie, des plateaux télés et des plateaux repas, des prix et des cris littéraires « Goncourt, Renaudot, Fémina... ! », des signatures de ses livres pour les lecteurs, et des signatures de chèques pour ses livres. C’était aussi l’époque des remerciements des débuts et des fins de livres « Je remercie ma mère, mon père, mon frère, ma sœur, ma femme Caroline, ma femme Pauline, ma femme Esther, mon canus lupus familiaris autrement dit mon chien, et je n’oublie pas mon hibou qui m’a aidé à rester éveillé. » Mais au fil de ses livres et de ses maux, l’inspiration perdait son souffle créateur, et les idées s’assombrissaient jusqu'à devenir noires. Le stylo noircissait de moins en moins les pages qui blanchissaient d’inquiétude. Alors vint le jour où le vieux centaure écrivain décida de lever l’encre en faisant exploser la mine d’un stylo sur la dernière page de sa vie. Il fut bien sûr regretté, non pas par ses parents et sa femme qui n’étaient plus, non pas par son frère et sa sœur qui ne le voyaient plus, mais par son dernier canus lupus familiaris, par son hibou qui retourna dans la forêt hululer sous une autre lune, et par le petit peuple de ses romans devenu orphelin.

FIN
11

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Papillon
Papillon · il y a
J'ai beaucoup aimé!
Belle écriture! ;-)

·
Image de Barbara V.
Barbara V. · il y a
Je découvre votre écriture, et j'aime beaucoup ce portrait d'un vieil écrivain, dont l'inspiration se tarit, et qui ne trouve donc plus de raison de vivre... Très poétique ! Bravo ! :)
·
Image de Sylvain Le Loarer
Sylvain Le Loarer · il y a
Merci de votre gentil commentaire
·
Image de JHC
JHC · il y a
chouette l'écriture:)
·
Image de Sylvain Le Loarer
Sylvain Le Loarer · il y a
Merci pour le ommentaire
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Le vertige de la page blanche... le hibou....le chien éternel... on imagine des boiseries, des plafonds bas.. on devine une odeur de cire et livres épars...on perçoit très vite le drame final devant le énième chien devenu mortel lui-aussi. Je vote pour ce texte démoralisant et qui interroge, sans doute sur la fin programmée du livre papier, de l'intelligence, peut-être, des pensées, probablement. Un juste reflet de notre époque. Je note avec étonnement votre ressemblance avec John Steed. L'Erdre un texte en alexandrin qualifié est à la recherche de sonh estuaire avec vue sur la mer, si le coeur vous en dit!
·
Image de Sylvain Le Loarer
Sylvain Le Loarer · il y a
John steed vous remercie bien
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Un superbe texte bien écrit avec une fin très triste! Bravo! Mon vote!
Mes deux haïku, BAL POPULAIRE et ÉTÉ EN FLAMMES, sont en
compétition pour le Grand Prix Été 2016. Je vous invite à venir les
lire et les soutenir si le cœur vous en dit, merci!
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/bal-populaire
http://short-edition.com/oeuvre/poetik/ete-en-flammes

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Un style haut pour exprimer les maux par des mots. Puis la fin , hélas !
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un texte agréable à lire, émaillé d'expressions et de situations cocasses, sur la vieillesse comme un déchéance inéluctable, quand le plumitif se déplume finalement ! Bravo, Sylvain ! Vous avez mon vote.
·
Image de MissFree
MissFree · il y a
une triste fin mais un très joli texte!
·
Image de Valoute34
Valoute34 · il y a
J'ai aimé ce "hululement " littéraire !
·
Image de Lambda
Lambda · il y a
Vraiment triste!... Et c'est tellement dommage que l'humour des jeux de mots et autres trouvailles, le style bien emplumé, la tendresse du petit hibou et l'amour des livres n'aient pas réussi à empêcher le vieil écrivain de lever l'ancre (pardon, "l'encre"!...).
...Heureusement que ce n'est pas autobiographique et que votre encre coule alertement pour le plaisir de vos lecteurs! ;-)

·