1
min

Le vaudeville et le veau des champs

Image de Neko___27

Neko___27

34 lectures

1

7h41. Neuf minutes avant le prochain train. Rien à proximité, sinon quelques arbres et un champ qui ressemble à un plat d’épinards. Il a enfilé son plus beau costume, une cravate toute neuve et porte un attaché-case. Aujourd’hui, il va être promu directeur. Il consulte sa montre et fait les cent pas sur le quai de la gare. 7h42.

A quelques mètres, une petite vieille en robe de chambres à fleurs bleues déblatère sans personne pour l’écouter. Il l’observe : elle s’adresse en réalité à un vieux lampadaire cassé, mais semble obnubilée par sa conversation. Il s’approche, troublé, et lui demande si tout va bien. Elle ne répond pas, les yeux rivés sur le lampadaire éteint. Elle ne semble même pas le voir. Il la secoue doucement ; ses lunettes tombent. La vieille dame cligne des yeux, un peu sonnée, se tourne vers lui et dit : « Vous avez l’air d’avoir froid. Voulez-vous ma robe de chambre ? »

Il accepte. Il ôte son veston, enfile la robe de chambre que lui tend la matriarche, noue le lien sur le devant et inspire un grand coup pour s’imprégner du parfum de savon, d’eau de Cologne et de gâteau que dégage le vêtement. Il n’a jamais rien enfilé d’aussi confortable.

7h49. Le train arrive en gare. Il fait un dernier signe de la main à la grand-mère qui a repris sa discussion avec le lampadaire, et monte dans le train.

Aujourd’hui, il va être promu directeur. Son veston est toujours sur le quai.
1

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

L’envie me prend ce dix-huit juin de planter un arbre dans mon jardin. Plus facile à dire qu’à faire, surtout quand on n’a pas l’outil indispensable pour creuser un trou : une pelle. ...