2
min
Image de Dizac

Dizac

194 lectures

14

Qualifié

Ce matin-là encore, elle avait installé le tampon encreur sous le porche de la vieille église. Elle avait bien sûr pris soin de vérifier l'attache de la cordelette qui le reliait au pilier de granit. Puis elle avait placé le coffret contenant l'encre rouge juste au-dessous, au milieu d'un buvard tout neuf, à même la pierre du muret.
Ces gestes accomplis, elle avait regagné son logis à petits pas, et derrière sa fenêtre, avait suivi les premiers signes d'activité dans le village.

Partir, Lucie ne l'avait jamais imaginé ; elle préférait garder son train de vie paisible, à observer, sourire et parfois guider promeneurs égarés et marcheurs avisés.
Le tampon représentait tant pour elle... Pourtant, elle savait bien qu'il n'était que le modeste témoin d'aventures personnelles dont elle ignorait tout. Et justement, tous ces inconnus qui passaient leur chemin lui permettaient de rêver.
La forme oblongue du tampon, élégante, où le simple nom de son village s'étalait en farandole, lui plaisait plus que tout. Du personnage médiéval qui en ornait le centre se dégageait un charme énigmatique. Elle avait choisi l'encre rouge pour en faire ressortir le moindre détail.

Les pèlerins s'arrêtaient donc sur la place du village, épuisés et assoiffés souvent, ravis quelquefois de découvrir la petite église romane du 12ème siècle.
Lucie approchait alors et offrait une boisson tandis que le tampon passait de mains en mains. Car estampiller sa « credencial », le passeport du pèlerin, était un moment particulier, sans doute le plus agréable de la journée ; et le buvard était le bienvenu pour éviter de salir la pierre. Elle adorait suivre ce cérémonial. A la nuit tombée, elle allait vérifier l'état du matériel, puis elle fermait la lourde porte de l'église.

Mais ce soir-là, quelque chose lui sembla étrange. Un groupe de randonneurs était passé très vite, puis s'était engouffré dans une grosse berline. Le démarrage bruyant sur le gravier l'avait étonnée, elle avait suivi des yeux le véhicule qui ne freina même pas au carrefour. Ces gens-là lui avaient fait une très mauvaise impression...
Elle se précipita vers le porche et remarqua aussitôt la cordelette qui se balançait dans le vide ! Et le tampon, où était-il ? Le buvard était constellé d'empreintes désordonnées, le coffret avait disparu...
Les larmes aux yeux, elle tenta de se remémorer le groupe de marcheurs : deux couples, deux ados hirsutes, et deux enfants excités. Pas un salut, à peine un regard, beaucoup d'hystérie chez les adultes qui se chamaillaient ! Elle avait compris : des irrespectueux qui se croient partout chez eux, avec des enfants indélicats ignorants des bonnes manières...
Elle décida d'alerter le maire ; après tout, c'était lui qui administrait les affaires de la commune. D'un pas décidé, elle se rendit à la grille du parc et sonna. Le maire habitait une sorte de castelet, rien de moins ! Personne ne vint ouvrir...

Lucie, le dos voûté sous son vieux châle, réprima une violente envie de pleurer. Elle la jugeait certes exagérée, mais ce vol lui apparut tellement grave. On lui faisait confiance, elle avait la garde de cet objet symbolique, témoin de l'histoire de son village : oui, ce tampon lui importait plus que tout. Elle jeta un regard perdu vers le porche. C'est alors qu'elle crut voir la cordelette virevolter. Intriguée, elle approcha et découvrit un chat noir à l'oeil espiègle, une patte en l'air.
Lucie lui ordonna de stopper ce jeu et le chassa d'un geste exaspéré. En silence le félin s'éloigna, puis revint, les moustaches frémissantes. Il la suivit jusqu'à sa porte. Elle se retourna, et devinez ce qu'il déposa aux pieds de la vieille femme ?
Elle l'aurait embrassé ; elle se contenta de nettoyer son museau colorié d'encre rouge, de lui servir un bol de lait chaud, puis elle se cala dans son fauteuil et entreprit le nettoyage du précieux objet.

PRIX

Image de Eté 2016
14

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sharad Niraj
Sharad Niraj · il y a
Un récit captivant et très touchant !
Bravo !

·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
J'ai beaucoup aimé ....le chat, Lucie ...à adopter ....merci de ce joli moment
·
Image de Suzy-lou
Suzy-lou · il y a
Lucie la vestale, Lucie la témoin , Lucie la donneuse de sens (le chat l'avait peut être compris ?) ...
·
Image de Dizac
Dizac · il y a
Merci, votre humoristique remarque me va droit au coeur! !!
·
Image de Lange Rostre
Lange Rostre · il y a
Bénit soit le chat.:-) +1
·
Image de Yèle
Yèle · il y a
Ce texte m'a rappelé le chemin de Compostelle sur lequel j'ai marché moi aussi. Une petite histoire charmante
·
Image de Dizac
Dizac · il y a
Ravie que ce modeste récit vous ait plu ,!,
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Facétieux minou mais citadins voleurs ! Un joli texte très frais qui dépayse.
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
"Ils" ont quand même embarqué le coffret ! :-(
C'est triste de constater que les vieilles églises de campagne n'ouvrent plus leurs portes qu'à certaines heures pour éviter le vol de statuettes et autres objets "monnayables"... Afin de ne pas frustrer les amateurs de beautés architecturales, certaines font installer une lourde structure permettant, à travers les barreaux, d'apercevoir le chœur, les vitraux, la voûte etc. de loin ;-(
Merci pour ce récit, Dizac.

·
Image de Dizac
Dizac · il y a
Merci pour vos encouragements, lecteurs inconnus. Ma première expérience de " diffusion" est un plaisir grâce à vous!
·