Le travail

il y a
2 min
3
lectures
0
Quoi de mieux qu’aujourd’hui pour vous souhaiter à toutes et tous une joyeuse fête du travail. C’est férié. Vive le 1er Mai ! Confiné ou pas on ne bosse pas non mais oh !

Ah le travail, c’est la santé à ce qui se dit ! En effet, rien de plus revigorant que de suer un peu pour se maintenir en forme. Ou bien de réaliser ses objectifs. Rien de nouveau jusque-là. Depuis la nuit des temps l’Homme travaille. Seul ou à plusieurs. Depuis qu’il a trouvé l’usage de ses sens et de ses membres, son intellect à mis en place des stratégies pour optimiser au mieux ses capacités. C’est comme ça qu’il est arrivé au sommet de la chaine alimentaire sans concurrence valable. A force d’efforts et d’énergies. A force de travail !

Ce seul mot permet à l’Homme de satisfaire ses besoins selon Maslow. Selon l’ambition et la volonté de chacun, tout le monde peut trouver sa place dans le travail. Je m’explique : les besoins primaires ou physiologiques peuvent être facilement atteint avec un salaire fixe. Concernant les besoins sécurité, rien de mieux que de travailler au sein d’une entreprise stable qui prospère et qui permet de se projeter. N’est-ce pas beau d’avoir une équipe en qui l’on peut avoir confiance pour les besoins d’appartenance. Il y a même la place pour l’amour dans les locaux. Vous êtes doué dans ce que vous faites ? Bravo, vos besoins d’estime sont comblés. Et enfin, les plus ambitieux d’entre nous peuvent mettre prétendre à atteindre le besoin d’accomplissement de soi. Tout ceci rien que par le travail ! Vive le travail ! Longue vie au travail ! Fêtons-le, il le mérite !

Attention toutefois, ce schéma n’est que théorique. Car vous savez aussi bien que moi que dans la pratique, cela ne fonctionne pas aussi bien. Les premiers Hommes étaient obligés de travailler pour survivre. Pour se nourrir et s’abriter des caprices de Dame Nature. Comme aujourd’hui dites-vous ? Vous pensez vraiment devoir confectionner des armes pour aller chasser le mammouth ? Bien sûr que non ! Nous pourrions très bien faire un roulement pour ne travailler qu’une semaine par an par exemple et nous mangerions tous de bon appétit. Mais la voracité de l’Homme est trop forte, elle a pris le dessus. Et lorsque nous sommes arrivés au sommet de la chaine alimentaire, quelques personnes ont implicitement profité de l’énergie des Hommes pour l’exploiter. De leur envie de travail et leurs capacités à le faire. Monarchie, dictature, capitalisme... Tant de systèmes se sont succédé en gardant toujours le même principe : le plus grand nombre travaille pour le plus petit. Vous pensez peut-être que je m’égare car nous parlons aujourd’hui du travail mais c’était un point à soulever.

Pour en venir à ce fait : comment expliquer qu’en ce jour de fête certains soient obligés d’aller travailler ? Même s’ils sont plus payer, ce n’est pas acceptable. Le Capital est-il donc aussi irrespectueux pour souiller ainsi la mémoire de nos ancêtres qui sont battus ? Qui ont versé maintes gouttes de sangs et de sueurs pour nous éviter d’avoir à faire de même. Les grands rouages de ce système bien huilé ne peut-il donc pas se mettre en pause pour célébrer ainsi leurs peines ? Cela démontre bien que notre laxisme nous a enfermé dans une dynamique où nous devons vivre pour le travail. Alors que nous sommes assez développés et civilisés pour avoir le choix de travailler dans la vie. Le choix de travailler où nous voulons et de changer si nous le souhaitons. Mais nous en sommes encore loin. Je vous pose une simple question : qui êtes-vous ? Qu’allez-vous répondre ? Je suis avocat, je suis plombier, je suis fermière... NON ! Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas un ustensile du Capital. C’est vous qui définissez votre travail et non l’inverse !

Le travail nous occupe. Il nous permet d’accomplir de grandes choses et de nous rapprocher. Ne lui manquons pas de respect en trahissant sa mémoire. Célébrons cette journée comme il se doit ! Et surtout ne vous sentez pas prisonnier de lui. Nous sommes tous né à la meilleure époque possible. Demain, il sera grand temps de commencer à travailler pour nous ! Il y a tant à gagner...
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,