3
min

Le traité de la Crème Brûlée

Image de LilieBlue

LilieBlue

17 lectures

4

On dit que les gens du Nord sont toujours un peu froid à l'extérieur mais tellement chaleureux à l'intérieur quand on a su briser la glace.
Soit.
Eh bien, le gens du Sud lui, c'est de la crème brûlée.
Il prend peu de place en hauteur. C'est vrai. Le gens du Sud est de nature plutôt petite.
Par contre vous aurez tous remarqué que les ramequins de crème brûlée sont toujours beaucoup plus larges que ceux des mi-cuits au chocolat! Pour tous les autres desserts servis à l'assiette, on triche. Ils ne prennent jamais toute l'assiette. Ils s'étalent, s'étirent et tentent d'en mettre plein la vue. Personne n'est dupe. C'est comme étirer un morceau de beurre trop petit sur une biscotte, ça sonne faux, ça n'a pas de saveur!
La crème brûlée, elle, elle a beau n'être pas très haute, il faut en convenir, elle remplit tout le ramequin.
Le gens du Sud lui, c'est pareil. Petit, c'est vrai. Mais qui sait prendre toute sa place. Il occupe l'espace, tant par sa présence que par son verbe. Discret? Assez peu. Mais ne doit-on pas rivaliser tous les jours avec les forêts noires, les îles flottantes et les babas au rhum? C'est le lot de la crème brûlée et dieu sait que sur la carte, les saisons ne lui sont pas toutes favorables. Quand vient le printemps les fraises s'en mêlent. Les salades de fruits frais occupent le terrain tout l'été aux côté de la pêche Melba. Puis c'est au tour des poires au vin quand arrive l'automne. Même le soufflé à la châtaigne tente de lui faire de l'ombre les longues soirées d'hiver.
La vie de crème brûlée n'a rien de simple. Alors son espace, elle l'investit.
Là où on la reconnaît parmi mille; ce qui fait son charme mais aussi son caractère intrinsèque, c'est qu'elle doit être brûlée bien froide.
Vous allez me dire qu'il est comme ça, le gens du Sud, brûlant au dehors, un peu chaud comme la braise et finalement froid à l'intérieur. C'est ce qu'on lui oppose souvent face aux gens du Nord.
Moi je dirais que c'est bien plus subtil que ça et tous les connaisseurs le savent bien. Une crème brûlée c'est bien plus que chaud dehors et froid dedans! Le chaud et le froid, s'opposent et s'attirent. Ils se complètent. C'est un équilibre parfait tellement l'un a besoin de l'autre. Ne sert-on pas de la glace avec la Tatin? C'est pour tenter d'atteindre un summum, pour parfaire l'œuvre qu'on ajoute cette opposition quelque part si violente et si complémentaire qu'elle en devient indispensable.
Sa croûte maintenant. Elle doit être brûlée au fer, et pas passée au chalumeau comme on irait dans une cabine à UV. Non la vraie, celle qui se mérite! Ni lisse, ni uniforme mais qui recouvre toute la surface d'une fine pellicule halée.
Il faut reconnaître, il a en général la peau bronzée, un peu tannée par le soleil. Forcément, le gens du Sud fuit l'intérieur des maisons où il se retrouve tout seul. Il préfère être dehors, avec ses collègues, il aime la compagnie. Et le chaud soleil du midi le lui rend bien.
Cette petite peau si craquante et croquante, léchée de sucre et d'une douce couleur de caramel le caractérise assez bien. Il en faut peu finalement pour casser la croûte et briser la glace. Un très léger petit coup de cuillère en vient à bout très rapidement. C'est aussi comme ça qu'on sait qu'elle est bonne. N'en faites pas plus pour l'approcher, vous risquerez de le brusquer. On sait tous ce que donne une crème brûlée sur laquelle on s'est acharnée trop violemment. Tout se mélange, la croûte vient à fondre dans une bouillie trop froide et le caramel suinte. Un gâchis.
Allez-y doucement. Fendillez la croûte avec délicatesse. Sous cette mince couche de pudeur, une explosion de saveurs!
Ce n'est pas le froid qu'on y trouve, mais la fraîcheur! Celle du rosé de Provence, du Pastis, d'une baignade dans les Calanques un jour de cagnard! Cette douce fraîcheur qui contraste avec le paysage aride et le soleil brûlant au-dessus de nos têtes.
Le gens du Sud est comme ça, il apporte la fraîcheur, presque la légèreté une fois qu'on l'a percé.
Et que de saveurs! Cette douceur de l'œuf et du lait, la saveur suave de la vanille. C'est à la fois rassurant, connu, et en même temps exotique. Les petits grains noirs viennent casser la monotonie du jaune pâle, lui apporte un contraste qui veille à l'équilibre.
En une bouchée on ne peut pas tout sentir ni tout comprendre. C'est bien souvent seulement arrivé aux deux tiers du ramequin qu'on réalise qu'elle est excellente et qu'il n'y en a déjà plus.
Elle ne se partage pas? Non, assez peu en vérité. Mais rassurez-vous il y en a toujours pour tout le monde. J'ai connu en mon temps des gourmands capable d'en commander deux dans le même repas.
Le gens du sud lui non plus ne se partage pas. C'est quelqu'un d'entier. C'est ce qui le rend vrai et attachant. Et rassurez-vous il est toujours là pour tout le monde.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
MIAM !
·
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Très joli ce texte ! Belle idée
·
Image de Lélie de Lancey
Lélie de Lancey · il y a
J’aime ce traité, j'aime la crème brûlée, la vraie... je suis du Sud, mais cela n'a rien à voir :)
·
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Bref, tout le monde l'a compris, vous un "gens du sud" ! ;) ;) ;)
·