2
min

Le train de vies

Image de Fred

Fred

26 lectures

4

Installé confortablement sur une banquette en simili cuir rouge, je regarde sur ma droite, à travers les vitres fumées, défiler les gens qui courent, courent tout le temps, pressés par je ne sais quel impératif. Ils se croisent, souvent se heurtent sans vraiment s’en apercevoir, ils foncent. Mais où vont-ils comme ça ? En tout cas, ils sont en couleur, eux !
Parce que sur ma gauche, je vois défiler les gens d’allure paisible, voire traînante pour certains quand soudain, ils sursautent et vont se terrer où ils peuvent. Des pans entiers de murs s’écroulent. Des enfants se mettent à pleurer, des vieillards hagards à trembler et des jeunes gens à venir en aide aux plus fragiles d’entre eux. Ceux-ci sont en noir et blanc.
N’y tenant plus, je détourne la tête pour observer ce qui se passe à droite. Toute génération confondue, ce qui me frappe, c’est la tenue vestimentaire de chacun. Bien que je voie chaque personne en couleur, elles sont toutes vêtues de la même façon : jeans et vestes ou blousons noir. Seules les chaussures apportent une touche de couleur jaune, rouge ou bleu roi. Leur attitude est semblable : curieusement, elles conservent comme un trésor au creux de leur main une petite machine reliée par un fil à leur oreille, ne la quittent pas des yeux et parfois ouvrent la bouche comme si elles se mettaient à parler à quelqu’un... Pourtant elles ne se regardent pas lorsqu’elles se croisent. Tiens, tiens !
Je me retourne et découvre sur ma gauche, toujours en noir et blanc comme dans les premiers films des années 30, des paysages de campagne, des rivières, des oiseaux migrateurs volant en escadrille, des vaches à la robe tâchée de noir et blanc paissant lascivement qui semblent me regarder. Là tout est tranquille. Pas âme qui vive hormis bien entendu les animaux. Où sont passés les gens ??? Plus loin, des chars enlisés, des formes inertes allongées, fusils en travers, casques éparpillés, fils barbelés. Il pleut si fort que des torrents de boue ravinent et emportent tout sur leur chemin de misère. Seuls les éclairs éclatent bruyamment et parviennent à m’aveugler de leur couleur métallique.
Le roulement aérodynamique du train qui m’emporte me rassure, je l’entends, lui. D’ailleurs je n’entends que lui. Changeant de position, je surprends des jeunes gens colorés en train de danser, leur casquette à l’envers vissée
sur le crâne, mais constate qu’aucune musique ne me parvient.
- Ils ont un sacré rythme, pensé-je. J’aimerais bien savoir danser comme eux.
Tiens c’est amusant ça ! Ils dansent en marche arrière puis marche avant... Jusqu’au moment où l’un d’entre eux saute et pénètre dans mon espace en même temps qu’un jeune du côté gauche, casquette à l’endroit, enjambe la travée pour se retrouver en face de moi à côté de l’autre.
Irrépressiblement, tous deux s’approchent et empoignent chacun de mes bras pour tenter de me faire bouger et m’emmener dans son monde. Ils me tirent à hue et à dia sans me demander mon avis. Ca devient très inconfortable pour moi. Je cris, je hurle.
- Je ne suis pas un pantin. Fichez-moi la paix !!!
Rien n’y fait ! Ils s’acharnent tant et plus que nous tombons à la renverse tous les trois. Dans le feu de l’action, j’en profite pour sauter devant moi, entre dans un tunnel et me mets à glisser sur un toboggan à très vive allure. Ouf ! Je les ai semés ces deux là. Mais où vais-je ainsi ?
Tout droit au bout du monde.
Je l’ignore ; je suis mort.
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super adorable. C'est original. Je vous invite à lire " Achou " en finale.
·
Image de Emma
Emma · il y a
Et donc
Vous poursuivez ?
Je suis d'accord avec les commentaires précédents. Étrange texte lourd de symbolique. Intéressant.

·
Image de Fred
Fred · il y a
Et sans doute m'encourager....
·
Image de Fred
Fred · il y a
Merci Robert. Je réponds seulement aujourd'hui car je m'étais retirée de ce site depuis de longs mois... Découragée sans doute. Alors votre signe me va droit au coeur et sans m'encourager à poursu ivre. Merci
·
Image de Robert Grinadeck
Robert Grinadeck · il y a
Très beau texte porteur d'une symbolique très forte et tout empreint de poésie.
·
Image de Fred
Fred · il y a
Merci pour votre regard et votre compréhension portés à mon texte . Ça m'encourage à poursuivre..
·
Image de SakimaRomane
SakimaRomane · il y a
Je m’étonne que vous n’ayez aucun vote…
Votre texte est très intéressant :
D’un côté la vie d’aujourd’hui, le bruit la course, la musique
De l’autre la mort, les bombes, les fusils, les barbelés
Et la chute…bravo ! :)

·