[Le tourniquet des âmes]: Le suicidaire

il y a
1 min
317
lectures
35
Qualifié

  [+]

Image de Eté 2016
Chaque fois c’est pareil, ils ont le même étonnement, ils me posent toujours la même question.

— Comment ça, ce sera l’Enfer ? Pourtant je n’ai rien fait de mal.
— Vous n’avez rien fait de bien non plus.
— Re-vérifiez.
— Pas besoin, je connais mon travail.
— J’exige un avocat.
— Pas la peine, nous ne sommes pas à un procès.
— Pourtant vous me jugez.
— Non, je juge les actes de votre vie et il n’y a rien dans ceux-ci qui me permette de vous faire entrer au Paradis.
— Et qu’ai-je fait pour mériter l’Enfer ?
— Rien non plus, mais il n’y a que deux choix.

Sincèrement, je ne voudrais pas être à leur place. Arrivant devant moi après une vie de labeur pensant les portes de la cage aux anges ouvertes. Seuls les bas fonds infernaux les attendent. Certes, ils n’ont rien demandé mais quand on ne demande rien, on n’a rien et pour le Paradis, il faut réserver.

— Vous êtes sûr que vous ne pouvez pas faire quelque chose ? Je ne mérite pas l’Enfer.
— Vous êtes déjà allé en Enfer ?
— Non, je viens de mourir.
— Alors comment savez-vous que cela ne vous plaira pas ?
— (étonné) Ben... c’est l’Enfer.
— Oh vous savez, les réputations...
— Donc l’Enfer, c’est bien.
— Je n’ai pas dit cela.
— Donc l’Enfer, c’est mal.
— Je ne dis pas cela non plus.
— Mais vous dites quoi exactement ? L’Enfer, c’est bien ou pas pour finir ?
— Je dis qu’il faut essayer avant de juger.
— Donc si cela ne me plaît pas, je peux aller au Paradis ?
— Vous vous croyez dans un hôtel ?
Pourquoi ne comprennent-ils pas que je n’y suis pour rien ? Ce fut leur vie, pas la mienne. Était-il si difficile d’équilibrer leurs actes ? Je ne fais jamais que lire un tableau de bord.

— Pourtant, c’est bête, vous êtes à 49,9 %. Le Paradis était à votre portée.
— Effectivement, c’est ballot. Vous ne pouvez pas arrondir ?
— Non et en plus je vois qu’il y a six mois, vous étiez à 50.1 %.
— Mince, j’aurais dû me suicider six mois plus tôt.
— Ah, vous vous êtes suicidé ?
— Bah oui, juste avant de venir ici. Je ne devais pas?
— Cela n’aide pas au dossier.
— C’est bête, je m’étais suicidé en espérant trouver un monde meilleur.
— Je comprends, l’espoir fait vivre.

35
35

Un petit mot pour l'auteur ? 29 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Moniroje
Moniroje · il y a
Merci pour ce sourire apporté en vous lisant.
Image de Xoux34
Xoux34 · il y a
ironie, humour noir, un texte aux contours légers mais qui cache de bien plus sombres pensées... j'ai aimé, merci pour cette lecture !
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Un seul mot: excellent. J'en redemande....si vous aimez la poésie je vous invite sur "transparence" de Tilee.
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Un sketch vraiment marrant. Mon vote pour ce texte qui dépoussière la catégorie des TTC.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'en ai aussi des comme ça sur ma page, alors j'apprécie forcément !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un texte original au ton original. Oui, je veux lire la suite...
Dans votre présentation, vous faites savoir que vous lisez peu. Je vous invite à lire "le coq et l'oie", si le cœur vous en dit, bien sur.

Image de JACB
JACB · il y a
Dérision bien assumée...Vous auriez pu arguer que vous aviez déjà testé l'Enfer du temps de votre vie et négocier ainsi le Paradis à l'essai: remboursé si pas satisfait ! un plaisir de lire votre dialogue que Devos n'aurait pas dédaigné jouer , j'en suis sûre! mon vote.
Image de Brigitte Prados
Brigitte Prados · il y a
Un texte original dans l'absurdité, bien mené. Chute délicieuse. Bravo, Mélioratif !
Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
Evidemment, si certains pensent que nos vies antérieures pèsent pour rejoindre l'une ou l'autre destination, on pourrait encore débattre...Mais j'aime beaucoup ce texte humoristique qui sait garder la distance avec cette chute astucieuse +1

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Big gang

Véronique Copetti

— Je me fais chier... Je me fais chier...
Dieu s’emmerdait ferme.
— Immortalité, prononça-t-il d’une voix distraite.
Il jouait au pendu avec Brahma. Le dieu hindou secoua ses quatre... [+]