Le testament des coeurs déchus

il y a
1 min
6
lectures
1

Et donc... Pour parler sans être interrompu, il faut tout simplement écrire. Écrire et surtout écrire sa force pour que la lumière soit ! Un jeune auteur suis-je, Écrivain poète, nouvelliste  [+]

.
1-
L'écume de Jade : Lettre de Michet à Babara.
.
Autrefois, la lampe était allumée sur la plage affamée,
Lorsque les chandeliers naissaient sous d'autres formes figées,
Elle, Mari beth voulait ardemment pleurer sur les falaises huées,
Ornées,
Prier le ciel afin qu'elle le retrouve sans larmes perlées,
La mélodie sanguinaire du vent sur cette plage au destin fané,
Couvrant la plaine côtière d'amour menacé,
Hébété,
Scellé,
Tellement encore,
Elle voulait le revoir en vie ; entrain de marcher,
Les yeux rivés,
Elle voulait aussi rimer,
Quitter sa chaise roulante et chanter,
Revoir l'amour qui, autrefois l'avait ensorcelé.
Dans un gnôle de désespoirs perdus, agressifs, et archivés,
Elle rimait inconsciemment...
Surtout quand elle essai de regarder le ciel bleu et cerner,
Le pourquoi elle est une feuille d'épave oubliée,
Pleurant toujours à chaudes larmes et en silence, elle reprit son souffle au sens "rue-é-v",
Écrivant avec amertume une espérance gommée,
Faible,
Écrivant avec espoir une fable de ses rêves abandonnés,
Écrivant avec la force d'une mer,
La mélodie sanguinaire des cœurs déchus,
Des vagues fanées,
La mélodie amère d'un chant de funèbre,
Désespérément, elle se rappelle de ce soir,
Noir et mort imitant ce autrefois où la lumière était allumée sur la plage...
Où elle chantait puis mourrait ivre de chagrins et affamée.
.
Michet, «Maribeth et moi», 22 Mai 2020.
08h 12min.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !