1
min

LE TEMPS DE DIEU… LE TEMPS DES HOMMES…

Image de Danielle Dubus

Danielle Dubus

10 lectures

1

Jadis, à l'époque du premier Moyen-âge, étais un seul temps : celui de Dieu. Les hommes vivaient au rythme du soleil Divin et de ses saisons, relayé par le clocher de l'église qui s'élevait au ciel chantant la gloire de Dieu en martelant les heures.

Puis, le négoce se développant, les hommes, surtout les marchands, s'emparèrent du temps divin et l'installèrent dans le beffroi de la ville. Les deux temps se côtoyèrent alors, celui de Dieu et celui des hommes, faisant contre mauvaise fortune bon cœur.

Vint ensuite le temps du rail. Les hommes abandonnèrent peu à peu le temps de Dieu et des saisons pour ne plus vivre qu'au rythme qu'imposait le temps du négoce. Quand les auto-mobiles prirent le relais, les hommes devinrent fous de vitesse atteints par la fièvre de l'or en barre et du papier-monnaie.

Aujourd'hui le temps n'existe plus, le négoce non plus, le capitalisme forcené a pris le pouvoir sur les hommes et sur leur conscience, mais surtout, il s'est emparé du Temps. Les hommes sont malades du Temps. Ils courent, toujours plus vite, toujours plus loin, à la recherche du "toujours plus", à la recherche d'un bonheur qu'ils ne trouveront pas car ils sont assis dessus. La maladie a gagné tous les domaines où ils évoluent.

Nous sommes victimes de ce temps qui n'est plus le temps des cerises mais celui des dividendes. Y résister est un exploit. Pour ne pas être happé par la machine infernale, reste la solution de l'ermitage, le repli sur une île, la rupture avec ce monde infernal. Mais ce répit ne serait que de courte durée car le temps des hommes non seulement pousse celui qui veut s'en démarquer, mais provoque l’événement qui l'oblige à sortir de son île.

Seule la mort peut-être, pourrait-elle délivrer les victimes de ce temps maudit. Elles retrouveront enfin le repos du temps de Dieu.
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème