le stylo

il y a
1 min
17
lectures
1
Je te l’ai volé.
Ce jour là, tu étais platré chez toi et je ne t’avais pas vu depuis quelques centaines d’années. Au bureau c’était vide et triste. Je n’avais qu’une hâte c’était sortir au plus vite. Je me dépechais de signer mes documents mais voilà j’avais pas de stylo...

Je me faufilais dans ton espace de travail comme la maitresse des lieux et je t’ai dérobé un stylo bic bleu qui se trouvait sur ton bureau.
Banal, bic bleu quoi...
Je signe et je m’enfuis. Vite.
Depuis, pas un jour ne se passe sans que je le touche, sans que je le décapuchonne et le capuchonne comme un geste d’impatience. C’est le compagnon de mes solitudes...
Il me rassure, me réconforte et lui au moins ne me quitte pas. Il est bien plus fidèle et loyal que toi.
Comme il es commun, il m’a fallu l’envelopper avec du post-it vert que j’ai entouré de scotch. Comme ça je ne le confond pas.
Comme ça il est unique...

Ce week end je suis sortie pour trouver un nouveau carnet. L’ancien n’avait plus une page de libre ou griffonner mes regrets.
Le nouveau est petit avec deux cygnes dorés sur la couverture. Il apprecie déja ton stylo.
Ils s’entendent bien, se parlent à mon insu.
Se racontent des secrets bien à eux.

L’autre jour je t’ai dis que symboliquement il me faudrait te rendre ton stylo. Comme pour me détacher de ce qui t’appartient et qui pourtant est en ma possession. Je t’ai dis que peut etre, je le remettrai là ou je l’ai pris.

« Pas tout de suite » me murmure t’il
« attends »...
Il est là, dans mon sac argenté. Je pense que en fin de compte, si tu le veux tu devrais venir et le dérober comme j’ai fais. Subtilement.

Ce matin le jour s’est levé...
On se demande pourquoi faire.

Tienne.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Paul Marie
Paul Marie · il y a
j'aime bien votre style
Image de Caroline Kipik
Caroline Kipik · il y a
Merci :)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Lévitation

Sandra Bartmann

Le logeur claque la porte derrière lui et je me retrouve seule dans cet appartement inconnu, au cœur d’une ville maintes fois parcourue mais que j’ai à peine reconnue en y débarquant deux... [+]