1
min

Le Souffle du Temps

1201 lectures

126

Finaliste
Sélection Public

Le Temps file et se faufile, tandis que nos jours défilent. Il s’engouffre dans les rues. Invisible, inaudible, il galope, il vole, il fend l’air. Ses immenses ailes déchirent le ciel, son souffle sinistre efface édifices et faces. Tout est faible et frêle. Mais pas lui. Lui est éternel.

Il ronge, ravage, dévore, détruit, massacre. Terrifiant. Stupéfiant.

Insignifiants. Que pouvons-nous faire face à un tel caractère ? Intolérant, intempérant. Et pourtant charmant et passionnant. C’est un saint assassin. Son souffle suffit à faire effondrer le Colisée. Puis sa bénédiction permet la construction de nouvelles et si belles civilisations. Versailles n’a pas encore perdu la bataille. Pourtant un jour viendra où le Temps s’en lassera. Le coup de grâce et le Soleil cédera sa place. Galerie, fontaines, dorures, sculptures seront simplement gommées, sous le coup d’une vive et violente volonté. Voilà le résultat d’un caprice qui ne laissera pas même une cicatrice. Destruction d’une richesse. Abolition de cette noblesse. Suppression de son Altesse.

Le Temps déteste la concurrence. Il est le seul à mériter nos révérences. Il est le seul à décider de nos souffrances et de nos délivrances. Il décide et il domine. Il joue. C’est tout. Tyran jaloux. Furieux, vicieux, monstrueux. Mais par-dessus tout majestueux. Il est l’Infiniment Parfait. Tout le reste n’est qu’infiniment petit. Misérable. Passable. Nous ne sommes que passants, jouets de l’Infiniment Grand.

Là-haut, depuis son trône, d’un seul coup d’ailes, il balaye ceux et ce qu’il veut. Il attaque nos existences à coup d’ennui puis de regrets. Il permet parfois d’intenses moments de joie. Ensuite, d’un coup de griffe, il nous défigure, une ride de plus. Son venin ronge nos os, méprisamment, patiemment, discrètement. Mais il arrive que certains n’aient le temps de rien. Il y en a à qui il choisit d’épargner la vieillesse. Comme une forme de gentillesse. Ou peut-être pas. Je ne sais pas.

Les années passent. Les silhouettes tombent, les passées s’effacent. Les corps s’écroulent les uns sur les autres, mêlés de ruines et de pierres. Il n’en reste sur cette Terre que des histoires, puis des contes légendaires. Mais pour cela, il faut être exceptionnel, sensationnel. La plupart disparait. Purement et simplement.

C’est insultant. Humiliant.

Et pourtant je ne peux m’empêcher d’en rêver, je ne peux résister au besoin d’admirer. Voilà ce que je veux : vivre ivre de ce feu. Admiration de cette perfection, de cette magnificence. Admiration de La puissance. Une folle envie d’en faire partie. Envie d’être de l’éternité, dépasser la simple humanité. Fuir la brièveté. Continuer d’exister. Toujours. Encore. Dépasser ma propre mort.

J’aspire à être l’Avenir.

PRIX

Image de Printemps 2015
126

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'est un beau, très beau texte que je découvre aujourd'hui sur votre page : comme il est poétique ! Bravo, sincèrement.
A mon tour, je vous invite : ."le-coq-et-l-oie" , "poème-fable" en lice jusqu’au 20 Juin. Merci .....

Image de Monique Hangartner
Monique Hangartner · il y a
Ah ! le temps qui nous défie et nous ronge, inexorablement... Mais les mots sont là pour "l'éternité" ;) Bravo !
Je participe aussi dans les "très très courts" : Comme une moule accrochée à son rocher...

Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Oui les mots immortalisent. Cest leur magie ! Merci. :-)
Je vais voir votre texte dès que possible.

Image de Dorothey Moine
Dorothey Moine · il y a
Cette fois mon vote a bien été comptabilisé !Mon poème également est en finale dans une autre catégorie,beaucoup moins bien placé mais bon je n'ai pas autant "d'ancienneté" sur le site et de followers...Bref si le coeur vous en dit de me suivre et de voir ma poésie:http://short-edition.com/oeuvre/poetik/assise-sur-le-lac
Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Merci, dans ce cas. ;)
Je vais lire votre texte tout de suite !

Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Ah mais il se trouve que je l'avais déjà lu et javais même déjà voté ! J'ai beaucoup aimé votre poème.
Image de Dorothey Moine
Dorothey Moine · il y a
Merci beaucoup !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Beau texte, oui nous sommes petits face au temps.
+1 pour la majesté de ce souffle

Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Merci beaucoup. :)
Image de Wendy Branchereau
Wendy Branchereau · il y a
Je me suis un peu reconnue en vous lisant.. J'aime beaucoup, merci ! +1
Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Merci à vous !
Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
j'oublie souvent pardon réparé
Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Pas de soucis, merci encore une fois.
Image de Madeleine Duval
Madeleine Duval · il y a
Vous méritez + mon vote j'ai apprécié bonne chance http://short-edition.com/mon-compte/mes-oeuvres
Image de Anne-Marie Gilbert
Anne-Marie Gilbert · il y a
Merci beaucoup ! Mais il me semble que votre vote n'a pas été comptabilisé...

Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Avec le temps ♫♫ ..... Quand philosophie, métaphysique et philosophie se conjuguent ...! +1
Vous pouvez me trouver, au final...dans une taverne islandaise ▼
http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/lettre-ouverte-a-ma-belle-islandaise-1

Image de François Duvernois
François Duvernois · il y a
Je confirme mon vote pour ce très beau texte.
Je suis en finale avec http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/embrasement-2 . Vous aviez voté une première fois, vous pouvez renouvelé si vous aimez encore.

Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
Belle rythmique...un vrai poème en pose pour un sujet rebattu mais ici comme redécouvert...+1 Si vous avez un moment , je suis en tandem numérique...merci

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème