Le Soleil crâme ta peau.

il y a
2 min
4
lectures
0

De nouvelles œuvres ici et un petit ménage de printemps pour tenter de proposer le meilleur ! Il y a même des textes à poursuivre ! Bonne journée ! Je ne fais pas dans l'Excellence, je vous  [+]

Le Soleil crame ta peau sous les vents bas et rares de la plaine. Je regarde ton visage dans lequel, je me reconnais à peine. Je peine encore à accepter la femme que tu es devenue, mais tu sais, rien ne dit que jamais, je n'y arriverai. Il y a mon rival dans les parages et j'attendais que tu partes de sa cage, de celui qui te tient en otage. Tu m'as vue pour la première fois. Alors dis-moi, vas-y, souffle-le moi. Qu'est-ce que cela procure ? ça fait quoi ? Le Soleil a trop cramé ta peau, toi si pâle par habitude, te retrouve toute bronzée. Tu es si jolie avec tes boucles d'anges qui reviennent en mèches sur ton front, avec tes fringues simples et colorés, des habits bohèmes et qui sourire, toujours, me font. J'suis pas doué, non ? Sourd comme un pot, c'est de naissance. Je crois que tu as hérité de cela.

Mais il y a mon rival dans les parages quand ma Belle mène la Danse. Suis-je capable de regarder sans sourciller ou sans oser un final "bonne chance". Suis-je capable d'aimer ? Dis-le moi. Je ne le sais pas. Le Soleil crame ta peau, prends garde, cet Astre est un Cadeau qui n'en fait pas des masses. Il brûle. Il brûle et tout y passe.

Mais dis-moi seulement, est-ce que quelque part au fond de toi, tu te souviens de moi ? Si cette route, si cette autoroute, si ce pont dans cette soirée alors que tu étais toute jeune et peinait à marcher...Si ça te procure des sensations, des souvenirs, des impressions de déjà vue ? Dis-moi.

Le Soleil à cramé tes volontés au plus haut niveau et maintenant c'est libre que tu vas galoper dans les champs, tu sais. Le Soleil a cramé pour salué tes exploits, pour te dire Bravo. Le Soleil t'a cramé comme il a cramé ma peau, autrefois. J'étais comme toi. Et tu sais, même sourd ou édenté, je n'oublierai jamais que tu as été le Sang de mes dernières volontés. Finalement, ça fait presque sourire les plus heureux et pleurer les plus idiots. Mais je le dis quand même : je suis heureux de t'avoir rencontré.

Alors petite fille, jeune femme, comment devrais-je l'appeler ? " Bonne chance à toi ", descends de là, ta route attends quelqu'un d'autre que moi. Tu as la bonne graine en toi, plante-là bien et ne laisse pas la fleur flétrir. Je t'ai pas dis Au Revoir, je t'ai pas donné d'aveux. On s'est regardé comme on voit le temps qui passe. On a rien dit. T'es partie, oui. On se reverra sûrement, tu sais. Tôt ou tard.

Voilà, c'est ce que j'aurais peut-être du te dire bien avant.

Qu'on se reverrait un jour, sans douter de cela.

Et le Soleil crame ta peau, fais attention à toi. Une blanche si pâle ne bronze pas vraiment, on le sait tout les deux. C'est couleur écrevisse que tu vas adopter, sinon. Bon. Et puis. C'est fini. On se dit quoi ?

"Bonne chance".

J'espère te revoir mais pas dans l'au delà.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Ode à Belle-Maman

Yann Bartra

Belle-Maman,
Suite à vos précédentes missives soulignant (et avec quel style !) mon incapacité à nourrir ma famille, et cédant à de puissantes pulsions poétiques, je suis tenté... [+]