Le soldat inconnu

il y a
2 min
538
lectures
309
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

En s’appuyant sur une ambiance rurale de début de siècle totalement maîtrisée, l’auteur parvient à faire le portrait, non pas d’un soldat

Lire la suite
Image de Automne 19

Le soleil est à peine levé. Il l’entrevoit par la petite fenêtre couverte de toiles d’araignées. L’une d’elles tisse son fil, agile et preste de bon matin. Il se roule dans la paille fraîche et respire à fond son odeur. Il ressent dans les bras et les reins le labeur de la veille. Et ce n’est pas fini ! Encore des jours de moissons ! Mais il pense aussi à cette fille aux lourds cheveux bruns qu’il va retrouver dans les champs. Il descend l’échelle à toute vitesse. Les deux percherons sont là, mâchant leur foin devant le râtelier. Il s’approche de la pompe. Quelques giclées d’eau fraîche sur la tête le réveillent. Il se secoue comme un jeune chien et retrouve soudain sa joie de vivre. Il essuie quelques plaisanteries des plus vieux, mais il faut bien s’y faire : c’est lui le plus jeune de l’équipe, c’est lui le bleu ! Il est chargé d’empiler les gerbes sur la charrette. Ils ont besoin de sa force et de sa souplesse. Le patron appelle pour la soupe. Les assiettes fument, le pain est chaud et croustillant. Le maître est content, ce soir ils auront rentré le plus gros de la récolte.
Ils partent pour le champ. Le soleil arase la colline. Il respire l’air pur du matin. Sa force et sa jeunesse l’entraînent d’un bon pas malgré la rude journée qui l’attend. La faucheuse, tirée par les chevaux, se met en place dans le pré. Elle avance lentement. Derrière elle, les femmes ramassent le blé et le mettent en gerbes. Lui voudrait bien conduire l’attelage, mais le patron ne confie ses chevaux à personne. Peut-être un jour, lui aussi mènera son cheval – et d’ailleurs, il se contenterait d’un simple mulet. La poussière et la fumée piquent la gorge des hommes qui crachent une salive noirâtre. Le bruit toujours plus fort couvre le souffle puissant des chevaux et les cris des moissonneurs. Le plus jeune charge les bottes, empile, vite, toujours plus vite. De temps en temps, une odeur de fleur arrive à ses narines. Ce sont quelques coquelicots fauchés avec les blés.
Enfin, c’est la pause. Même le chien reste couché, le nez entre les pattes. Les vieux parlent des rumeurs de guerre puis de l’autre, celle qu’ils ont vécue, et de ceux qui ne sont jamais revenus.
Mais lui a 18 ans. Tout ce qu’il possède est dans son sac : quelques pièces durement gagnées, un petit pécule laissé par le grand-père et un pantalon de rechange. Il voudrait bien avoir un jour un lopin de terre et peut-être tenir la main d’une jeune femme aux yeux sombres. À la fête des moissons, il osera lui parler, surtout maintenant qu’elle lui sourit chaque fois que leurs regards se rencontrent. La richesse, il n’y pense jamais, d’ailleurs il ne peut même pas l’imaginer. Il ne demande pas grand-chose, travailler son coin de terre, faire son pain, aimer, rire et vivre sur cette terre qu’il n’a pas envie de quitter. Les heures les plus chaudes s’écoulent lentement. La sueur coule dans ses yeux et son torse est brûlant. Les chevaux se secouent et des gouttelettes chaudes pleuvent sur son visage. Encore une heure ou deux et le soleil déclinera doucement.
Tout à coup, le maître stoppe brusquement l’attelage et se met debout sur le marchepied de la machine. Un silence assourdissant éclate à leurs oreilles. Quelques secondes s’étirent dans un calme oppressant. Et puis les cloches se mettent à sonner. Des coups rapides, prolongés comme pour donner l’alerte. Leur son envahit l’espace et le temps, tout disparaît, tout est englouti dans ce bruit. Les tympans se bouchent, il pose les mains sur ses oreilles. C’est le tocsin. Il a peur. C’est la guerre.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

En s’appuyant sur une ambiance rurale de début de siècle totalement maîtrisée, l’auteur parvient à faire le portrait, non pas d’un soldat

Lire la suite
309

Un petit mot pour l'auteur ? 72 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
Une finale amplement méritée!
Je vous invite à découvrir mon texte dédié aux sans-abris de l'Isère, ici: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-chienne-de-vie-dun-sans-abri-iserois

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Toute l'absurdité de la guerre contenue dans ce portrait évocateur, sinistre faucheuse faisant sa moisson parmi les hommes.
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Fantastique. Un joli texte. Mes félicitations.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de DEBA WANDJI
DEBA WANDJI · il y a
Très beau texte, Viviane!
j'adhère par mes voix et je vous invite à découvrir mon texte en course pour le prix jeunes auteurs https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/etoile-perdue-2
N'hésitez pas de laisser vos impressions en commentaires. Merci!

Image de Léonore Feignon
Léonore Feignon · il y a
Oui un très beau texte !
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Bravo pour ce bel hommage
Image de Céline Le Friant
Céline Le Friant · il y a
Une très belle évocation ! En quelques lignes on est plongé dans l'ambiance et on partage le quotidien et les espoirs de ce soldat. On s'y croirait, bravo !
Puis je vous inviter à découvrir mon texte "In extremis" , en compétition pour le prix de l'hiver ? Un grand merci par avance.

Image de Michèle Thibaudin
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour ce prix, Viviane !
Image de Philippe Martineau
Philippe Martineau · il y a
Touché, tout simplement.
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Toutes mes félicitations Viviane.
Julien

Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Je découvre avec plaisir... bravo !
Image de Denys de Jovilliers
Denys de Jovilliers · il y a
Bravo pour cette récompense obtenue par votre très beau texte !
Image de Viviane Clément
Viviane Clément · il y a
Merci à tous . Je suis très heureuse que ce texte interpelle beaucoup de lecteurs.
Ce soldat inconnu est universel. Très chaleureusement merci.
Viviane

Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo Viviane pour votre distinction par le Jury dans ce palmarès
d’automne !

Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Super ! Ce texte me plaît beaucoup !
Image de michel jarrié
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Comme je suis contente pour vous, Viviane !
Toutes mes chaleureuses félicitations.

Image de Viviane Fournier
Image de Joan E.
Joan E. · il y a
C'est bien comme cela que ça s'est déroulé pour nombre de ces hommes partis de leurs fermes vers l'horreur. Beau texte.
Image de Sufenta COURTIADE
Sufenta COURTIADE · il y a
Un très beau texte qui laisse entrevoir la véritable fin Pour tous ces hommes engagés dans cette boucherie de 14
Image de Christophe Pascal
Christophe Pascal · il y a
La description des travaux aux champs est très bonne. Ce texte mérite d'être en finale!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Le bonheur est fragile et ne tient souvent qu'à un fil. Le "Carpe diem" reste douloureusement d'actualité.
Image de Sylvie Neveu
Sylvie Neveu · il y a
Voici mon soutien pour cet hommage
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Des instants décisifs qui marquèrent le début de l’horreur pour quatre ans...et tous pensaient être de retour pour Noël...
Un beau texte et des instants de bonheur, les derniers. pour ces hommes de la campagne, durs à la tâche.
Mes voix pour ce très bon choix du jury.
*****

Image de Odile
Odile · il y a
Toutes mes voix ! !
Image de Elisabeth Marchand
Elisabeth Marchand · il y a
Un tocsin... et la vie s'interrompt. + 5. Belle écriture de plus.
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est très beau ... bravo et jolie chance à vous !
Image de JAC B
JAC B · il y a
Comme ce tocscin a dû trouer le coeur de ceux qui savaient déjà ! Oui l'atmosphère des moissons est bien telle que vous la décrivez, le rythme, la poussière, le geste immuable qui engrange les gerbes dans les greniers oui, c'était toujours les plus jeunes qui s'y collaient. Et puis cet amour du labeur, qu'en est-il aujourd'hui. Je pose *****pour ce texte qui parle avec générosité et sensibilité du quotidien paysan.
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Voilà un bien joli texte - je le découvre - qui mériterait certainement beaucoup plus de votes... Les scènes paysannes me font penser à un tableau de Maître, entre autres à "L'Angélus" de Jean-François Millet. C'est dire si votre écriture, Viviane, est fine et délicate... J'ai aimé savoir ce qu'il y avait - bien peu - dans le sac de ce futur soldat... Et j'ai, en tremblant comme lui de peur, entendu le tocsin.
5 voix supplémentaires pour ce véritable coup de coeur que j'espère bientôt retrouver sur le podium.

Image de Viviane Clément
Viviane Clément · il y a
Merci beaucoup. Comme vous vous en doutez j'ai des racines paysannes et j'ai ravivé la vie des mes ancêtres qui perdure encore grâce à la tradition orale. Votre commentaire m'a beaucoup touchée.
Image de Mireille Béranger
Mireille Béranger · il y a
Ne me remerciez pas, Viviane. Votre texte m'a infiniment touchée... Nous avons quasiment toutes et tous un grand-père, ou un arrière grand-père, qui, à l'image de ce futur soldat de 18 printemps ayant bien peu de choses dans son sac, a entendu en tremblant sonner le tocsin... Raison pour laquelle je suis en colère lorsque je constate les infimes voix que cette belle page, écrite à l'encre de la délicatesse et du souvenir, a, pour l'instant, recueillies. Heureusement, le Jury, lui, ne s'est pas trompé.
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Je vous accorde mes 5* pour ce texte ou la sensibilité est palpable, bravo
Image de Marie Kléber
Marie Kléber · il y a
Fichue guerre qui vient faire taire tous les espoirs, même les plus simples.
Mes voix pour cette finale

Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Voilà qui rappelle Le Poilu de Joseph Delteic. Très beau texte.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Un beau texte avec toute les saveurs d'antan . Belle finale à vous .
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un joli texte sur la moisson que l'on subodore en 1914 avec l'effet de surprise d'un tocsin ! Bravo, Viviane, vous avez mes cinq voix.
Si vous avez un peu de temps, je vous invite à lire mon poème Roberto lui aussi en finale : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/roberto
Bonne journée à vous.

Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
C'est joliment construit! On s-y croirait...
Image de Viviane Clément
Viviane Clément · il y a
Je vous remercie du fond du coeur pour votre soutien et vos commentaires.
Viviane

Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Je réitère, Vivi !
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Votre sensibilité est présente dans tous vos écrits, je vous admire.
Julien.

Image de Elisa Comte
Elisa Comte · il y a
Un monde perdu. Tous ces fils de la campagne dont les noms s’étirent sur les monuments aux morts. Belle évocation.
Image de Long John Loodmer
Image de Antoine Finck
Antoine Finck · il y a
Je découvre votre texte et je vote avec beaucoup de plaisir !
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Je renouvelle mon vote pour cette finale
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Sale période, jamais finie, je vote !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour cette Finale, Viviane ! Mes voix !Une invitation à venir t’imbiber de lumière dans “Gouttes de Rosée” qui est aussi en Finale. Merci d’avance et bonne journée ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-rosee-1
Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
aspirant à une vie des plus simples, il est promis à une fin horrible et anonyme au fond de quelque tranchée
ce tocsin a du en effrayer des milliers comme lui
très bien écrit

Image de Viviane Clément
Viviane Clément · il y a
Merci. Oui c'est exactement ce que je voulais faire partager.
Merci pour votre lecture

Image de Mikael Poutiers
Mikael Poutiers · il y a
1er septembre 1939, le jour où le monde bascule alors que les paysans fauchent le blé. Un très belle évocation de ce temps révolu. Merci
Image de Mathieu Kissa
Mathieu Kissa · il y a
On s'y croirait... Je vote.
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Des hostilités que l'on aimerait bien oublier ! Mes voix ! Une invitation à venir vous imbiber de lumière dans “Gouttes de Rosée” qui est également en lice pour le Grand Prix Automne 2019. Merci d’avance et bonne journée! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/gouttes-de-rosee-1
Image de Vrac
Vrac · il y a
Oui, cette sale guerre commença à la saison des moissons. Ce texte annonciateur du pire est très efficace
Image de Zou zou
Zou zou · il y a
Bravo pour ce rappel...ne jamais oublier !
En lice poésie, Au bon ressort, si vous aimez

Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une belle séquence de vie à la campagne au moment des moissons. Le jeune homme a 18 ans. Il rêve de posséder un petit lopin de terre. Tout à coup, le tocsin sonne et tout s'arrête. Le titre du TTC laisse présager un triste sort pour le jeune homme ! Bravo, Viviane ! Vous avez mes cinq voix.
Si vous avez un petit moment, je vous invite à lire mon sonnet "Indian song" en finale été https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/indian-song Bonne journée à vous.

Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Un très bon texte sur ce qu'on espère ne plus voir. Un grand bravo pour votre plume Viviane. +5*****
Julien.
Bonjour Viviane, vous avez apporté votre soutien à " SOFIA". Elle est actuellement en finale, mais je tiens à vous informer que j'ai décidé de ne plus m'investir pour cette oeuvre : difficile de rivaliser avec une romancière éditée que je félicite par ailleurs pour son texte
" Journal de guerre " 1er en lice.
Je m'attache dès à présent à promouvoir deux textes actuellement présents sur le prix automne 2019 qui sont : " il ne faut pas jouer avec le feu " et " Et on dit que l'alcool tue lentement "
Je vous invite à découvrir le moins d'une minute : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/et-on-dit-que-l-alcool-tue-lentement
Encore merci pour le temps que vous m'accordez, Julien.

Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un texte évoquant la "Grande guerre", sur fond de tableau paysan. Un de plus allais-je dire, car cela est tendance actuellement sur SE, mais je ne m'en lasse pas. Devoir de mémoire, nostalgie d'un monde quasiment disparu et inquiétudes écologiques sont des thèmes qui s'entremêlent tout naturellement dans cette époque incertaine ...
Image de Carine Lejeail
Carine Lejeail · il y a
Clin d’œil d'un soldat à un autre. C'est un beau tableau que vous avez peint, plein de réalisme, de justesse. Bravo.
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
Vous avez raison, avant d’être soldat inconnu, enterré parfois par morceaux, et à de rares fois vénérés aujourd’hui, ces inconnus avaient un travail une vie une terre.
Une très belle nouvelle affreusement atroce qui devrait faire réfléchir ceux qui ne regardent que le futur et l’illusion du modernisme
Bravo et merci je soutiens.

Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Mes 5 voix pour ce texte qu'on pourrait qualifier de réaliste s'il ne racontait pas le passé, un passé douloureux.
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
Une sorte de pause bucolique avant le début des hostilités .
Image de Alain d'Issy
Alain d'Issy · il y a
Le calme avant la tempête - beau texte
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
Ils furent nombreux de ces jeunes à partir pour ne plus revenir, laissant aux femmes le soin de maintenir la terre
Image de Daniel Grygiel Swistak
Daniel Grygiel Swistak · il y a
Beau texte, réalité des hommes, mes voix, je vs invite sur mon site
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Un beau texte, une fresque et au bout....la fin d'un monde.
Image de Philippe Clavel
Philippe Clavel · il y a
une ambiance rurale d'avant-guerre plutôt bien rendue avec le portrait attachant de ce jeune homme ordinaire, ouvrier agricole, qui a tout en effet pour devenir le soldat inconnu.
Image de Stéphane Sogsine
Stéphane Sogsine · il y a
Des rêves brisés. Belle évocation de la campagne d'antan
Image de Seyton
Seyton · il y a
Superbe évocation du travail des champs et des espoirs et destins brisés par la guerre. Un des trois meilleurs textes du concours. Chapeau bas.
Image de Laurence Delsaux
Laurence Delsaux · il y a
Le soldat inconnu avant sa mort? Mes voix pour la puissance d'évocation
Image de Viviane Clément
Viviane Clément · il y a
Merci. Oui, lui, parmi tant d'autres!
Image de jc jr
jc jr · il y a
Un très joli tableau que ces moissons d'un autre temps, qui ont précédé une guerre d'un autre temps. Un moment de calme et de nature, d'espérance et de projets Fauchés par la bêtise. Mes voix et bienvenue sur ma page.
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Saleté de guerre !
Je vote

Vous aimerez aussi !

Très très courts

La plume

Cathy RAIMOND

Quand il était venu au monde ce bébé-là, la sage-femme avait tout de suite pressenti quelque chose d’inhabituel. Pas de trace sur le corps, pas de signe de maladie, pas de difficulté à... [+]