Le Sofamifère

il y a
2 min
8
lectures
1

Ex enseignante, ex-hobbite, ex-agricultrice, et ex-patriée depuis presque 8 ans, je profite de mon ex et lent temps libre pour écrire principalement de courtes chroniques légères et drôles  [+]

Le sofamifère Dans la ferme, il y a un canapé. Le sofamifère est un canapé oui, un grand canapé noir avec ses coussins moelleux, et ses accoudoirs imposants, il est accueillant. On peut s’y allonger et se sentir comme dans un lit. Mais ce n est pas un lit, c est un canapé. Trois personnes peuvent s’assoir sans se gêner et partager un moment convivial et confortable. C est vraiment un beau canapé qui trône dans le salon. Une belle acquisition que le Fermier s’est offert il y a quelques années dans un magasin suédois d’ameublement réputé. Un plaid tout rouge est installé sur les assises, rouge « flashi » ou rouge boîte aux lettres pour ceux qui suivent! Son noir et rouge rappelle les robes andalouses des gitanes et donne un ton harmonieux à l’ensemble de la pièce, le salon. Dès que l’on voit ce canapé, il parait comme neuf, et semble respirer la convivialité, l’envie de partage, l’invitation à passer un bon moment entre amis, entre amants? Mais de loin. Oui, en effet ce canapé a une histoire... Il a une autre fonction que celle de recevoir les fesses des amis, ou celles de la Fermière. C est d’abord un sofamifère, si on s’en rapproche, on devine sur ses coussins une forme. Difficile au début de l’identifier, mais en se concentrant davantage, on devine une forme d’empreinte de corps, comme si ce canapé avait une mémoire. La forme du dernier usager. Un marshmallow géant qui part d un accoudoir et va s étendre jusqu'à l autre accoudoir. Et puis le plaid rouge qui égaye le noir du sofa est en fait usé. Il n est pas aussi pimpant qu’il le parait de loin. Il bouloche! Et surtout il est attaqué par de petits trous, et parsemé de "grattons", trucs herbeux qui restent collés sur les chaussettes quand on se balade dans les champs. Bref, il est habité et semble avoir une vie intense dans ses fibres! Il est vrai qu’en fait ce canapé est avant tout le lieu privilégié du Fermier, escaladeur, randonneur... Il est réquisitionné d’office plusieurs jours par semaine pour y accueillir le Fermier qui ne peut s’approprier son canapé qu’en position allongée...Du matin au soir et du soir au matin. Souvent le Fermier est pris d’un certain mal de vivre, d’une tristesse soudaine, d une humeur négative qui parasite toutes initiatives et ruine toutes envies...Aussi, d’instinct, il se réfugie instantanément dans son sofa et reste ainsi des heures, des jours, allongé, en mode guimauve fondante et dégoulinante, figé dans cette tristesse récurrente, qui l’immobilise et le mortifie. Le temps se suspend, le canapé s’ouvre et semble avaler le squatter Ils ne font plus qu’un... Les heures et les jours passent, le sofamifère a un pouvoir soporifique qui rend accroc le Fermier...comme un somnifère, le sofa opère... La Fermière, celle qui ne fait rien, n’a aucune envie de risquer ses fesses sur ce canapé envahi de petites bêtes et occupé en permanence par « cette bête plus grosse » inoffensive à première vue. Elle se contente du fauteuil blanc, là, juste à côté. Mais comme le Fermier est mourant plusieurs jours par semaine, elle ne se sent pas l âme d une veilleuse et préfère laisser son Fermier se pétrifier tout seul. Aussi le fauteuil reste intact. Blanc et vide.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
In grand bravo, Lilisabeille, pour cette histoire bien écrite et fascinante ! Mon vote !
Je vous invite à venir lire et soutenir, si vous l’aimez, “Soleil automnal” qui
est en Finale pour le Grand Prix Automne 2017. Merci d’avance et bonne journée !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Kilomètre vertical

Alex Des

Faut-il que je lui dise ? Je crois qu’il faut que je lui dise. Je lui dis, il le faut :
— Il faut que je vous dise : je ne sais pas crier.
— Plaît-il ?
— Je ne sais pas crie... [+]

Très très courts

Le jour où ma haie m'a attaqué

Gérard Oury

— Alors voilà docteur, au départ figurez-vous que j’ai été attaqué par ma haie. Je sais, vous me regardez avec inquiétude, vous pensez que j’ai bu ou pris une drogue. Et pourtant je suis... [+]