5
min

Le Skullclub

Image de Wynn

Wynn

220 lectures

106

Cher lecteur, merci d’avoir pris le temps d’ouvrir cette lettre, en cette période de La Toussain, il y a une histoire que je voulais te compter :

Un jour, plusieurs amis partirent en maison d’hôte afin de célébrer leur bac. C'était un domaine perdu au milieu de la forêt. Le propriétaire assurait que même lui ne connaissaient pas les limites exactes de ses terres, tant la surface était grande, et tant les voisins étaient éloignées. Cet homme, Etienne, frôlant la quarantaine, avait quitté le monde des affaires parisien, pour une tout autre vie.
Ebahis devant l’immensité du domaine, face à une nature qu’ils n’avaient jamais ressenti aussi présente, les quatre jeunes jouaient comme des enfants au milieu de la cour, jusqu’à ce que vint l’heure de dîner.

Les bacheliers et leur hôte trinquèrent à la réussite et à l’avenir. Le repas fut très animé. Puis à la nuit, à la lumière des lanternes, tous confortablement assis dans leurs fauteuils sur la terrasse, ils se mirent à confesser, à tour de rôle, les récits de leurs plus grandes peurs.
De rires en sursauts, les garçons rebondissaient sur les histoires des uns et des autres, quand vint alors le tour de leur hôte.

Un des jeunes lui dit : « Et toi, tu n’en connais pas d’histoire ? »
Etienne se redressa sur sa chaise et lui répondit « J’en connais une surtout. Mais je vous préviens ce ne sera pas ma faute si vous dormez tous dans le même lit après ! »

Les adolescents rirent : « Oh ça va ! On est pas en classe verte, on est majeurs maintenant ! »

«Très bien comme tu voudras alors. » Répondit l’homme en souriant.

« C’est une histoire qui a fait la une des journaux pendant un bon moment dans le coin. A une quarantaine de kilomètre d’ici il y a un club qui qui s’appelle le Skullclub. Elle avait beau être paumée au milieu de nulle part, les dirigeants avaient de quoi se payer des DJ assez connus. Pour entrer, il fallait se présenter costumés comme pour Halloween et ça, tout au long de l’année. D’où vous l’avez deviné, le nom du club.Personne ne sait si ces jeunes ont passé une bonne soirée ou non, puisqu’on a retrouvé la carcasse de leur véhicule à moins d’un kilomètre du club. Visiblement le conducteur avait perdu le contrôle, la voiture avait fait des tonneaux et tous étaient mort à l’intérieur.
Fait accablant, les analyses ont révélé plus tard qu’ils avaient tous consommé de la drogue, et la position du véhicule sur le bas-côté, n’a pas permis aux gendarmes de savoir s’ils partaient ou se rendaient au club.
Faute de preuve, l’enquête sur le Skullclub a fini par être classée sans suite. Restait pour les familles des victimes, à se partager le malheur. Ironiquement, ce drame n’a fait que renforcer la réputation sulfureuse de l’établissement, car de nombreuses personnes ont mis en relation les différents cas d’accidents autour de la boite de nuit. Une rumeur disait que le club était maudit, voire, qu'il était un point de passage qui attire les âmes errantes des clients du Skull. On est allé dire que la boîte était fréquentée par des espèces de sorciers, qui utilisaient le lieu pour faire passer les morts vers l’au-delà, via des rites étranges... »

«...Mais...ça fait pas peur du tout ! » Firent en cœur les garçons.

« Moi je ne sais pas vous mais là... J’ai grave envie d’y aller au Skullclub ! » Rétorqua l’un d’entre eux.
Face à l’enthousiasme général, le conteur se prit à rire :
« Moi qui pensait vous faire peur, je crois que j’ai bien raté mon coup ! »

Les quatre jeunes, en pleine euphorie, trinquèrent à cette soirée qu’ils voulaient mémorable. Après avoir salué amicalement leur hôte, ils marchèrent en chantant vers la petite voiture qui les avait amenés jusqu’ici.
Etienne les salua brièvement.

Le conducteur démarra, ses amis installés autour de lui, chantant à tue-tête.
La voiture avança doucement, puis, après une dizaine de mètre à peine, fit halte.
Etienne, qui observait la scène depuis sa terrasse, soupira et alluma une cigarette. Il s’approcha de la voiture, dont l’équipage était subitement très calme.
En longeant la portière, il perçu les sanglots du jeune conducteur. Il avait le front appuyé contre son volant. Autour de lui, ses amis paraissaient figés, comme bercés par leurs propres chants.

La Lune éclairait fort, mais les corps des assoupis s’assombrissaient peu à peu, jusqu’à ne plus être que l’ombre d’eux-mêmes, jusqu’à ne plus exister du tout.
Arnaud, le chauffeur, étouffait son chagrin entre ses bras croisés. Etienne s’accroupit à côté de lui, de l’autre côté de la portière et lui dit :
« C’est comme ça que ça devait se faire, tu le sais bien. »

« Oui, je sais. » répondit Arnaud entre deux sanglots. « C’est pour les aider que j’ai fait appel à vous. Je ne supportais plus de les voir autour de moi... il fallait que leurs âmes trouvent enfin la paix. Mais ils me manquent tellement. Qu’est-ce que je vais faire sans eux ? »

Etienne regarda au ciel en exhalant sa fumée : « Tu le sais bien, ta peine s'estompera un jour. En attendant, il faut que tu suives ton propre chemin. »
Arnaud interrogeait Etienne du regard, désespéré « Qu’est-ce que je vais faire maintenant que je suis tout seul ? Je peux pas rester ici. Et j’ai pas la force de conduire, je ne sais plus... » Et il fondit à nouveau en larme.

Etienne se redressa et lui dit fermement : « Il y a un train de nuit qui part dans un moment, je t’emmène. On va prendre ma voiture. On se débrouillera plus tard pour la tienne. »

Abattu, Arnaud s’exécuta.
Sur le trajet, Etienne respecta le silence de son passager. Après une vingtaine de minutes de route, il se pencha pour lui ouvrir sa portière. Ils étaient arrivés devant la gare.

« Allez Arnaud, il faut y aller. »
Arnaud avait la nuque rentrée dans son appui-tête, et contemplait le ciel. Puis il se tourna vers Etienne et lui dit tristement : « C’est un drôle de métier que vous avez.»

Etienne se contenta d’acquiescer de la tête en lui tenant chaleureusement l’épaule : « Je n’ai pas vraiment choisi. C’est venu à moi. Le plus dur est de trouver un moyen de les mettre sur la voie. Ce n’est pas facile de quitter ce monde quand on ne sait pas qu'on ne lui appartient plus. Maintenant va bonhomme. »
L’adolescent descendit, son sac sur une épaule. Le quai du train était à une cinquantaine de mètre.

Arnaud se retourna encore, inquiet. Son corps disparaissait rapidement, il ne vit bientôt plus ses pieds, ni ses jambes, il chercha Etienne du regard : « Qu’est-ce que... » Mais il s’était déjà évanouit, sans qu’aucun autre voyageur ne le remarque.

« Tu t’en voulais trop pour partir avec eux, mais il le fallait Arnaud...puissiez-vous tous reposer en paix. » Prononça Etienne à voix basse.

De retour devant chez lui, tandis qu'il il claquait la porte de sa voiture, et la voiture d'Arnaud disparue en se compactant et s’écrasant sur elle-même.
Une femme, grande et belle, dans une longue robe, trop lumineuse pour être réelle, attendait Etienne.

« Tu t’en sors toujours ? »
Etienne la contempla un instant, avant d’hausser les épaules en allumant une nouvelle cigarette.

« Ça commence à devenir compliqué de trouver des histoires et des astuces pour les faire partir, mais je sais bien que c’est le seul moyen. »
« Je suis fière de toi. Tu prends ton rôle très à cœur. Toi mieux que personne sais les aider à passer de l’autre côté. »
« Je le ferai autant que cela sera possible. »

La femme répondit en souriant sobrement « Il ne reste qu’une personne à faire passer figures toi, elle découvre ton histoire en ce moment-même.»
Etienne se redressa : « Ah oui ? »

« Oui, une personne lit notre conversation en ce moment même, son heure est venue. »
« En a-t-elle conscience ? »
« Je ne pense pas. Nous ferons silence, et elle nous suivra. »

Cher lecteur, c’est ton tour en effet. J’ai cherché à t’aider à passer à de nombreuses reprises mais tu n’arrivais pas à comprendre.
Je sais à quel point tu aimes lire, alors je me suis dit qu’une histoire t’aiderait à trouver le chemin.
Viens, nous t’attendons nombreux là-haut. N’aie pas peur de l’ombre, suis la lumière.

PRIX

Image de 2018

Thème

Image de Très très courts
106

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lily
Lily · il y a
J'ai adoré la chute de l'histoire ! Texte bien amené. J'aimerais lire plus de texte fantastique/thriller comme ça de jeunes auteurs :)
·
Image de Tamarine Tamroe
Tamarine Tamroe · il y a
Un petit côté d’Alejandro Amenabar “les Autres” pour faire dialoguer ta nouvelle fantastique et spirituelle avec le cinéma ! Très étrange mais toutefois agréable de te lire sur ce registre. Poursuis bien cette aventure.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci pour ton invitation, Wynn.
Au début j’ai tiqué à cause des coquilles, le texte commençait mal...mais la suite m’a rassurée, les coquilles se sont raréfiées comme des ombres, j’ai prêté de plus en plus d’attention au récit habile, et la chute m’a carrément emballée (mais je te remercie, mon voyage au pays des ombres peut encore attendre un petit moment ;-)
Comme quoi on peut revenir sur une première impression mais tu as intérêt à faire attention et à te relire avant de poster. En résumé, + 4 et mes encouragements à continuer dans le thriller et le fantastique !

·
Image de Wynn
Wynn · il y a
Merci pour cette critique, eh oui en effet c'est mon déf
·
Image de Wynn
Wynn · il y a
défaut, je m'emballe quand j'écris et j'oublie les règles de bases. Merci vraiment pour cet encouragement ça me touche
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
De rien, Wynn, c’est sincère !
·
Image de MCV
MCV · il y a
C'est bien imaginé, cette adresse au lecteur! Les diverses coquilles gâchent un peu le paysage, dommage.
·
Image de Prijgany
Prijgany · il y a
Hostel c'est pire, mais j'ai bien aimé
·
Image de Léa
Léa · il y a
Tu aspires nos âmes et tu veux qu'on vote pour toi ?
:))
Surprenant et effrayant ! Tout ce qu'on attend pour ce thème, bravo.

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Dans l'horreur ..on ne fait pas mieux ! Mes voix
Je concours aussi avec ' Lumière dans le soir '... plus soft, pour mieux dormir. :-)

·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Si j'avais su, j'aurais pas venu ☺☺☺ !
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
mon vote
·
Image de JACB
JACB · il y a
Un très bon scénario ! Dommage qu'il soit émaillé de coquilles (une petite étoile en moins) .
Je suis en train de compter mes abbatis pour savoir si je suis restée du bon côté ! ****

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur