1
min

Le sixième sens

795 lectures

383

Qualifié

Ils ne s'entendaient plus depuis quelques temps déjà, dans le constant brouhaha qu'était leur vie, de la sonnerie têtue du réveil à la lumière que l'on éteint. Leurs mots se heurtaient les uns contre les autres et formaient ainsi d'étranges dialogues de sourds. Aussi s'éloignèrent-ils. La distance les aiderait peut-être à mieux s'écouter. Il prit donc le canapé. Elle garda le lit.

Ils ne se touchaient plus depuis quelques temps déjà, dans le permanent corps à corps qu'était leur vie et, du frôlement d'épaule dans la salle de bain aux draps que l'on tire à soi, leur bouche sèche et leurs mains devenues inutiles s'évitaient. Aussi s'éloignèrent-ils encore. La solitude les aiderait peut-être à mieux se rapprocher. Il prit donc la pièce du fond. Elle garda le silence.

Ils ne pouvaient plus se voir en peinture, tels deux artistes, jadis amants, devant la toile blanche, tant ils se connaissaient par le cœur et par le son de leur voix. Deux êtres invisibles et muets qui se croisent à la table ; lui picorant quelques restes sans goût et elle n'ayant plus aucun goût pour lui. Aussi s'éloignèrent-ils un peu plus encore. Une aventure pimenterait peut-être leurs repas quotidiens. Il prit trois jours en bord de mer. Elle prit également le large.

Ils ne pouvaient même plus se sentir, ayant oublié ce qu'est le parfum original de la première fois. Deux êtres recouverts de bombes odorantes insensibles à l'épiderme nu de l'autre au petit matin. Ainsi s'éloignèrent-ils totalement jusqu'à ne plus s'entendre, ne plus se toucher, ne plus se voir, ne plus se goûter, jusqu'à même ne plus se respirer. Ils coupèrent les ponts et laissèrent l'eau couler en dessous. Il prit un meublé et garda espoir. Elle garda la maison et prit patience.

Alors, de toute cette immensité laissée vide entre eux naquirent les chagrins, les remords, les regrets et le manque de l'autre. Il lui écrivit une lettre pour que leurs doigts sur le même papier se touchent à nouveau, une lettre parfumée pour qu'elle le respire à nouveau. Elle fit de même pour qu'au travers des lignes il entende même sa voix, pour qu'il lise et relise jusqu'à fermer les yeux, jusqu'à goûter sa bouche et la regarder enfin. Alors, n'y tenant plus, ils prirent la route et leur courage à deux mains.

Tout cela n'avait aucun sens, du moins aucun de ceux qu'ils connaissaient déjà et ils le savaient bien sans savoir pourquoi. C'était comme une évidence, un irrémédiable attrait, comme un sixième sens, qui sait ?

PRIX

Image de Printemps 2018
383

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Sylvie Canal
Sylvie Canal · il y a
Du vécu ... magnifiquement bien tourné cette situation que beaucoup ont ressenti sans avoir au final le même résultat ! MERCI
·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
merci !
·
Image de Aramis Mainbourg
Aramis Mainbourg · il y a
Comme bon chercheur de trésor dans cette belle langue de voltaire...
..."Le 6 ème sens "...(Texte de l'écriveure)
Félicitations, texte à fortes émotions de hautes précisions qui vous procure une sensation de frisson ...
Cela ne ressemble t-il pas à un témoignage poignant vécu où vu où entendu ?...
Plupart de lecteur n'hume t-il pas cette senteur à pleine truffe, avec vent contraire, d'une profonde naïveté de (lui) ...
Laissons vagabonder notre imagination sue cette situation :
La dernière note de l'écriveur profite à son honneur, devant les mots mensonges de son joli cœur n'est-il pas aveuglé à toute heure, pendant ses labeurs ?...
Est-il conscient de plusieurs erreurs, lorsqu'il est parti gagné son beurre mais ne préfère t-il fermer les yeux ?...
Frappant ce manque d'éducation dans cette union !
De toutes façons, ne demeure t-il pas des facteurs perspicaces et troublant qui laissent sans aucun doute, profondément songeurs les lecteurs et même le narrateur ?...
Dans de pareilles conditions : derrière ce vent de trahison ?... Des regards avoisinants connaissent certainement la vrai raison, mais ne se réfugient-ils
pas derrière une cloison de silence ?...
Une des derniers paragraphes du texte doit être relu pour éviter tout malentendu... (confus ?... )
Comme bon entendeur, respectons l'ensemble du récit du rapporteur dans toute sa valeur !

·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
merci pour ce long commentaire !
·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
bonjour et merci de cette critique très détaillée. merci de me faire part des erreurs et de la raison de la confusion dans le dernier paragraphe !
·
Image de Marie
Marie · il y a
bonjour, j'aime beaucoup votre texte. Je le découvre seulement maintenant, donc un peu tard pour voter. Mais je le trouve très beau
Si vous souhaitez découvrir l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
bonjour ; j'irai faire un tour.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour L'écriveure ! Je relis avec plaisir votre beau TTC que j'ai beaucoup apprécié !
Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie. Il est désormais en finale. Le soutiendrez-vous de nouveau ? https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous !
Je vais lire tout de suite votre nouvelle en compétition été !

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
tout est bien qui finit bien
·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
ce texte, je l'ai voulu circulaire; un éloignement pour mieux se retrouver.
·
Image de Klelia
Klelia · il y a
Faisons confiance à nos sentiments. Si nous on ne sait plus, eux savent toujours !
·
Image de Bruno Teyrac
Bruno Teyrac · il y a
Le manque n'est-il pas à l'origine de tout désir ? Recréer le manque a finalement redonné de l'élan à ce couple dont le lien se désintégrait, phénomène que vous décrivez d'une belle plume dans un récit bien construit.
·
Image de Graziella
Graziella · il y a
Très belle écriture, une histoire circulaire donc, bien structurée, j'aime beaucoup ! Mes votes
·
Image de JACB
JACB · il y a
Il faut parfois aller jusqu'à la perte pour estimer ce que l'on aimait de l'autre...¨Parfois il y a retour, parfois pas; et dans ce cas les souvenirs se restaurent. Bel analyse, l'écriveure.
·
Image de Fabrice Bessard Duparc
Fabrice Bessard Duparc · il y a
Thanks
·
Image de Gina Bernier
Gina Bernier · il y a
Peut être que de s'éloigner un peu, ils auraient pris conscience qu'ils existaient l'un pour l'autre!+5
·