1
min

Le Silence, l'Instant de Dieu

Image de Amashineva

Amashineva

8 lectures

0

Pour en finir avec la cacophonie du Monde, certaines réponses se trouvent en nous dans le silence. Aborder le thème du Silence, c'est le taire. C'est dans cette quête que j'ai voulu explorer son sens, entrer en lui comme une image dans laquelle on évolue, on revêt tous ses aspects .

Il véhicule tant d'énergie, tant de concret qu'un mot ne saurait le définir dans sa complétude. Le Silence tue le silence qui se meurt lorsqu'on le trouve dans la paix de notre âme. C'est un vecteur d'énergie puissant qui calme, dégage, si nous savons comment observer le souffle conducteur.

Le Silence est une direction linéaire qui observe tous nos corps dans le moindre détail. On établit un sens lorsqu'on observe en soi notre linéarité , notre fluidité. Une connexion avec le souffle et nous arrivons à notre exactitude. Une voie solennelle qui fait mûrir notre être.

Le Silence n'a pas d'objectifs mais il concrétise tous nos souhaits par la forme, la rondeur, les verticales et horizontales. Il n'y a pas de similitudes lorsque nous observons ce Silence. Tout est concret dans son aspect. Il regorge toute notre ingéniosité.

Le Silence comme miroir de soi nous fait peur et pourtant il nous montre à quel point nous sommes limités. Il est facile de l'entendre puisque c'est nous. La cacophonie généralisée engendre le non sens. Il provient de notre mode de fonctionnement sociétal, notre aliénation à vouloir trouver un sens dans le non sens.

Le silence seul est un mouvement. Il peut agir seul , sans binôme. Il concrétise toutes nos limites en éternel recommencement. Au delà de son intransigeance, le Silence parle. C'est un discours qui fait son propre monologue mais qui chemine en pensées. Nous devenons le chemin qui fait perdre la raison et donne raison au cœur. Il tue car il ne donne raison à aucune orientation.

Le Silence est un art de vivre qui clôture l’embouchure du désir et la rime sacrée. Dans sa grandeur, son immensité, le vortex du Silence nous élève et ne répond plus à aucune quête . Il nous désoriente et devient absurde pour tout être qui cherche pourtant il en dit long sur toutes nos pensées à extraire du fil de nos conversations intérieures. Il devient un lien magique, ininterrompu entre le visible et l’invisible, l’impossible et le tout possible.

Le Silence crée la pensée directrice. Être le chemin, c’est conduire la pensée. Celle qui nous vient du cœur et se libère en Esprit. S’ouvrir à cette faculté créatrice, c’est être l’Instant divin, le lieu du cœur, le moment magique entre Dieu et Soi.
Le Silence est cet instant de Dieu qui nous conduit de notre exactitude à notre magnificence.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,