3
min

Le secret d’Arkareb

Image de Eddy Riffard

Eddy Riffard

201 lectures

171

Tout ceci était inexplicable.

Le camp dévasté offrait l’aspect d’un champ de bataille parsemé de corps dont les blessures témoignaient d’une rare violence.
— D’après le légiste, au vu des plaies et commotions relevées, les assaillants ont utilisé les armes les plus hétéroclites.
— Surtout, l’attaque a dû être foudroyante, je ne vois pas le moindre ennemi tué parmi les victimes.
— Peut-être ont-ils emporté leurs morts et leurs blessés. Une fois la place nettoyée, ils avaient tout leur temps.
— Possible.

Falco restait sceptique quant à cette hypothèse. Expert reconnu en matière de sécurité, cet ancien capitaine des forces régulières multipliait les missions pour le compte de sociétés privées depuis des années. Or, il ne s’était jamais trouvé devant une telle situation. Rien de ce qu’il voyait ne lui paraissait rationnel. Son expérience lui soufflait que le tableau démentait la version officielle d’un ennemi inconnu.

Peut-être que le cadre particulier de cette planète éclairée par deux étoiles faussait sa perception de la réalité ? Arkareb n’offrait que des étendues monotones de plantes d’un vert cendré à perte de vue jusqu’aux premiers volcans dont les fumerolles griffaient l’horizon. Mais l’aspect le plus singulier de cet astre résidait dans cette brume insolite qui floutait le décor en permanence, sans que les nuées volcaniques apportent une explication au phénomène. Aucun danger naturel n’existait ici pour autant. Les consortiums terriens pouvaient exploiter sans crainte les ressources minérales de la planète, en particulier le lithium, surabondant à l’état natif dans la roche magmatique de ce monde étrange.

L’ex-capitaine réintégra les locaux de la compagnie minière où une accorte secrétaire l’introduit dans le cabinet de travail du directeur.
Le gros bonhomme assis derrière son bureau lui exposa un rapport détaillé de la situation.
Les agents de sécurité et le groupement de forces mobiles déployées sur place n’avaient détecté aucune activité suspecte dans le secteur.
Jusqu’à présent, les autochtones étaient restés éloignés de la région et n’avaient manifesté qu’un intérêt limité à leur présence.


— Avez-vous lancé des recherches approfondies ?
— Des appareils de reconnaissance ont survolé la zone, sans compter les drones équipés de boules optroniques dernier cri. Que ce soit dans le visible, l’infrarouge ou tout ce que vous voulez, nous avons passé le secteur au peigne fin. Résultat, zéro. Même pas une trace au sol. Rien.
— Je propose d’établir un périmètre de sécurité couplé à des systèmes de surveillance avancés. De mon côté, je vais poursuivre mon enquête, je vous tiendrai au courant s’il y a du nouveau.

Falco n’aimait guère ce type au regard torve. À l’évidence, il ne lui avait révélé qu’une partie de ce qu’il savait.

Les actionnaires de la compagnie voulaient limiter leurs pertes. Aussi le camp fut-il promptement remis en état et de nouveaux travailleurs dépêchés sur place tandis que le génie civil s’appliquait à parfaire l’infrastructure. Les équipes avaient réceptionné le nouveau matériel et l’extraction du minerai reprenait avec une belle efficacité.

De son côté, Falco mit son plan à exécution. Ses directives furent suivies à la lettre et des capteurs disposés aux abords de la zone. Détecteurs sismiques, acoustiques, infrarouges, le tout renforcé par des radars terrestres à l’action facilitée par la nature plane du terrain, si ce n’était ces fameuses plantes.
La brume posait problème, mais les systèmes mixtes laser/GPS permettaient d’en atténuer la gêne.
Le déploiement d’un essaim de mini drones complétait le dispositif.
Falco décida de rester sur les lieux pour parer à toute éventualité. Rompu aux techniques de guerre et fort d’un arsenal discret mais efficace, il comptait bien riposter en cas d’attaque.

L’obscurité tomba rapidement ; Falco avait déjà noté la vitesse à laquelle se succédaient les jours et les nuits sur Arkareb.
Rien ne venait troubler la torpeur du camp et il se laissa gagner par le sommeil.
Pour lui, ce fut un repos définitif, ainsi que pour les travailleurs du site. Le lendemain, les deux soleils écrasèrent de lumière la même scène de désolation que la première fois. Le personnel s’était entretué, pris d’une sorte de folie furieuse sous l’objectif des caméras infrarouges qui avaient immortalisé ces scènes dantesques. Falco était des victimes. Bien sûr, il avait expédié ad patres une bonne partie de ses assaillants avant de succomber sous le nombre.

Des examens approfondis permirent de détecter les traces d’un gaz hallucinogène dans les poumons des infortunés. Ce gaz agissait à la manière du LSD, un dérivé de l’ergot du seigle. Il fut aisé de prouver que les fameuses plantes en étaient la cause. Les émanations ne devenaient toxiques que la nuit, à la faveur du changement de température. Certains composés actifs subissaient alors une mutation chimique.

Le directeur du centre d’exploitation termina son rapport, le fit imprimer en trois exemplaires à sa secrétaire avant de l’expédier à ses supérieurs.
Enfin, tout n’est pas perdu, Falco mort, nous allons économiser une grosse somme, voilà qui devrait plaire aux sociétaires.

Une expression réjouie sur son visage empâté, l’homme referma le tiroir sur sa copie du dossier et laissa son esprit s’abîmer dans la contemplation des volutes de son cigare.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
171

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Johnny Carpentier
Johnny Carpentier · il y a
Pas mal ! Dommage que j'arrive après la bataille. En très peu de lignes, on arrive à s'imaginer l'environnement et les enjeux. La petite pique sociétale est bienvenue ! Peut être que la fin aurait méritée d'être mieux amenée mais l'image finale est lourde de sens !
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
La fin est un peu trop racontée avec le recul. Bonne analyse de votre part.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Françoise Grand'Homme
Françoise Grand'Homme · il y a
Le profit n'a pas de limites.
Il suffira de travailler le jour pour contrer l'ennemie végétale ;)
(Je viens lire tardivement grâce à un lien sur le forum.)

·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Ça tombe bien parce que les heures de jour sont payées moins cher.
Sinon, pas de souci Gouelan, mieux vaut tard que jamais.

·
Image de Flou
Flou · il y a
J'ai bien aimé, pourtant je ne suis pas fan de SF mais le côté polar à pris le dessus .Je vais virer mon yuka de ma chambre.
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Merci Flou. Vous remarquerez que nous avons un point commun : nos héros finissent mal.
·
Image de Bernard Boutin
Bernard Boutin · il y a
Un récit de science-fiction empreinte de série noire et d'horreur ! Très original !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition avec une brume brumeuse ... :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'ai suivi volontiers la piste de votre secret et je m'en suis bien réjouie..
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
+5 pour cette bonne SF ! si vous aimez , j'ai mon " Ensuquée ", merci ...
·
Image de Jenny Guillaume
Jenny Guillaume · il y a
J'aime beaucoup votre idée. Cela ne m'a pas gênée d'apprendre les détails au fur et à mesure, mais j'ai trouvé que l'affaire était classée un peu vite à la fin. Sans solution pour continuer l'extraction, les actionnaires ne vont pas être contents, si :) ? J'aimais trop Falco, moi ^^ Bonne chance et à bientôt !
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
C’est vrai que l’histoire est un peu expédiée vers la fin, je me faisais cette réflexion pas plus tard qu’hier. Pour continuer l’extraction, il suffit d’occuper les lieux uniquement le jour, c’est à dire lors des heures de travail.
Merci pour votre retour argumenté.

·
Image de Ludo Laplume
Ludo Laplume · il y a
Un très bon moment, exacerbé par une délicieuse touche finale, loin des chutes insipides. Scénario maîtrisé et écriture soignée. Y'a du talent, là, m'sieur. Y'a du talent...
·
Image de Eddy Riffard
Eddy Riffard · il y a
Merci Ludo, ça fait plaisir de voir un lecteur apprécier mes textes avec une telle constance.
·