Le secret

il y a
3 min
3 120
lectures
30
Qualifié
Image de Hiver 2021
— « Lisa, faut que je te dise quelque chose »

Rose m’avait attrapé à la sortie des cours. Elle avait l’air grave et ça ne lui ressemblait pas. Habituellement, c’était une fille souriante, toujours de bonne humeur, toujours pleine de vie.
Je savais que maman m’attendait à la maison et qu’elle s’inquiétait vite du moindre de mes retards. Mais ça avait l’air vraiment important.

— « Qu’y a-t-il ? Ça va pas, tu as l’air bizarre ? »
« Bon, en fait, ça fait pas si longtemps qu’on se connaît toi et moi, mais je crois vraiment qu’il faut que je t’avoue quelque chose. »

Aïe… C’est vrai, elle était nouvelle, elle était arrivée à la rentrée quelques semaines auparavant. Mais je ne sais pas, quelque chose chez elle m’avait attiré tout de suite. En plus, la prof de français m’avait demandé de m’occuper d’elle, lui montrer le collège, lui expliquer les trucs importants du genre éviter la viande de la cantine qui baigne dans le gras ou préférer les toilettes du 3e étage parce qu’en général il y a du papier. Enfin, je ne suis pas sûre que c’est à ça que la prof pensait, mais c’est ce qui m’a semblé le plus important.

— « Ça peut attendre demain. Ma mère m’attend, là. Et puis je viens toujours dormir chez toi demain, non ? »

Au moment où je finissais de prononcer ces paroles, Rose avait encore blêmi.

— « Bon, attends, je vais lui envoyer un SMS pour ne pas qu’elle s’inquiète. Comme ça, on aura le temps de discuter. »

Une fois le message envoyé, j’allais m’installer sur un banc devant le collège. Il y avait beaucoup de cris et d’allées et venues. C’était vendredi et tous les élèves manifestaient bruyamment leur joie d’être en week-end.

— « Ça te va si on s’installe là ? Ou tu veux qu’on trouve un coin plus tranquille ? Tu as l’air vraiment embêtée. C’est pas trop grave au moins ? C’est pour demain soir ? Tu sais, si je ne peux plus venir dormir chez toi, c’est pas grave, ça sera pour une autre fois. T’as invité quelqu’un d’autre, c’est ça ? T’as promis à Emma ? Cette petite garce te colle depuis le début de la semaine, j’ai bien remarqué. Elle t’a forcé la main ? Qu’est-ce qu’elle t’a promis ? C’est pas très cool si tu as fait ça. »
« Mais enfin Lisa, calme-toi, c’est moi qui ai quelque chose à te dire, et c’est toi qui n’arrêtes pas de parler. Je ne pensais pas qu’on pouvait parler aussi vite. Je ne peux pas en placer une ! »
« Désolée, désolée, continuais-je dans un débit toujours plus rapide. Mais tu me stresses, là aussi, avec ta tête toute pâle. Tu n’oses plus me regarder. J’ai peur de ce que tu vas m’annoncer. »

Je réussis enfin à me taire et j’essayais d’encourager Rose à se confier en lui lançant ce que je croyais être un regard chaleureux. Mais j’avais de plus en plus peur de ce qu’elle allait m’annoncer. Et si elle ne voulait plus être mon amie ? Et si elle avait une maladie ?

— « En fait, j’ai un truc à t’avouer à propos de ma mère. »

Et bim, elle va m’annoncer que sa mère a un cancer. Comment je dois réagir ? Oh la la la la la la.

— « Vaut mieux que je te le dise tout de suite. Comme tu viens dormir demain de toute façon, tu vas t’en rendre compte. Bon, c’est pas très facile à avouer. »

Silence de mort de mon côté. Ma respiration s’accélère.

— « Bon, voilà… Ma mère est la pire cuisinière du monde. Elle fait vraiment des trucs immondes. Le pire, c’est que parfois, c’est appétissant mais à peine tu as pris une bouchée, tu as envie, non, tu as besoin de tout recracher. »

Nan, mais c’est une blague là ! Tout ce stress pour ça ??

— « Je préfère te prévenir. Ta mère à toi, elle a l’air de tellement bien cuisiner. Quand tu ramènes des gâteaux pour le goûter, c’est toujours tellement bon. Alors, moi j’ai un peu honte, mais tu verras, elle est super gentille ma mère sinon. C’est juste que ses plats couperaient l’appétit à des rescapés de Koh Lanta. »

J’éclatai de rire, je ne pouvais plus m’arrêter.

— « C’est ça, ton secret terrible et inavouable ? Ouf, je suis soulagée. Et je prends le risque de quand même venir dormir chez toi demain. »

Pour la petite histoire, Rose ne mentait pas : sa mère était vraiment la pire des cuisinières. Mais ça n’empêcha pas qu’au fil des années nous devînmes les meilleures amies du monde. Comme quoi, les spaghettis bouillies aux boulettes de porc, ça rapproche.
30

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Boulettes de porc dans des spaghettis : prochaine recette imposée dans les concours de cuisine 😝
Le premier qui vomit a bien sûr perdu🤮

Bravo pour l'humour.

Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Merci 😋
Image de Josie Elle
Josie Elle · il y a
Très amusant et...intriguant jusqu'à la fin !
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Merci !
Image de De margotin
De margotin · il y a
Un très bon texte que je lise avec plaisir.
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
merci :D
Image de Jean Dallier
Jean Dallier · il y a
Bon, Lisa, quand viendras-tu chez moi ? Les boulettes de porc, ça me connaît !
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Miam, miam
Image de Déana B
Déana B · il y a
Je ne m'attendais pas à cette fin là, c'est très bien amené! XD
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Merci 😊
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Un aveux que c'est pas de la tarte 😀😀😀 !
Image de Nicolas Auvergnat
Nicolas Auvergnat · il y a
La mère de rose, on dirait la mienne 😂
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette histoire pleine de tendresse et de douceur !
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Oh merci ☺️
Image de Vyat de loin
Vyat de loin · il y a
Une image très vivante, éveillant les souvenirs de l'école perdus dans les couloirs du temps. Merci!
Image de Camille Lacôte
Camille Lacôte · il y a
Merci vyat !

Vous aimerez aussi !

Très très courts

L'attente

Sylvie Loy

J'étais jeune. Entre l'enfant et l'adolescent. En moi luttaient l'innocence des sentiments et l'ambition amoureuse. J'étais amoureux d'elle. Elle le savait et elle en jouait. Forcément. Regards... [+]