2
min

Le second sourire

Image de David Rudloff

David Rudloff

113 lectures

86

La pluie tambourinait sur mon large chapeau, emplissant ses bords, se déversant dans mon dos.

J’étais là devant un bas-relief depuis un temps indéfini, fasciné par ce récit mythologique où toutes les créatures s’assemblaient pour produire un nectar d’immortalité. Un serpent géant était actionné pour mettre une montagne en mouvement, gigantesque pilon de vie, tenu par les mains enchanteresses des apsaras, ces gracieuses nymphes à la danse envoûtante.

La pluie s’écoulait sur les sculptures antiques d’Angkor Wat comme une mousson de tièdes caresses qui patinaient les épaules des danseuses. Leurs visages impassibles et souverains régnaient par centaines sur ces lieux. Une seule apsara souriait dans tout ce temple, le jeu était de trouver où elle se cachait.

J’étais pour ma part plongé dans la contemplation de cette fresque mythique. Etait-ce la fatigue de ces longues heures d’observation, était-ce l’effet des lourdes gouttes qui pilonnaient mon crâne, il me semblait que le serpent bougeait, que les bras fins des nymphes se tendaient dans cet ample mouvement de va-et-vient. Mon regard ne parvenait plus à se détacher de cette procession de femmes s’activant à faire naître ce nectar. Il me semblait presque que l’une d’elle me regardait d’un œil complice. J’entendis un bruit de feuille. Je regardai autour de moi, mais il n’y avait plus personne, le site était peu fréquenté en ce jour d’intense pluie. Je me sentais fiévreux, accroupi devant cette scène. Mes pieds étaient lourds, incapables de quitter ces lieux.

Les larges feuilles de bananier dansaient autour de moi, animées par la pluie, dans d’étranges arabesques, au rythme des gouttes qui martelaient mon esprit. Elles étaient comme des bras fins et tendres, elles étaient si gracieuses, elles étaient si belles. Elles semblaient douces comme une peau, tendres comme les bras d’une femme s’avançant vers moi, dans un lent mouvement chaloupé. Elle s’approchait. Elle ondulait. Une grande couronne d’or enveloppait sa chevelure sombre, ses yeux d’un noir intense faisaient éclater la blancheur de sa peau. Ses lèvres étaient des braises rouges couvant impassiblement. Elle s’avançait vers moi et ses mains se courbaient devant mon visage, capturant mon esprit. Son corps souple oscillait devant moi, son nombril immobile au milieu du tourbillon gracieux de ses hanches.
Ses mains descendaient sur moi, ses doigts s’immisçaient sous ma chemise, effleuraient ma poitrine qui s’offrait à la pluie chaude. Etait-ce des gouttes qui tombaient sur mon corps, était-ce des baisers qui inondaient ma chair. Ma vue était troublée, mes sens étaient perdus. Je m’accrochai à elle pour ne pas tomber dans l’abîme, ses épaules roulaient sous mes paumes comme des perles géantes.

La nymphe saisissait le serpent et, avec une force insoupçonnée, maîtrisait sa vigueur, domptait sa force, dans une lente transe qui animait son corps tout entier, qui m’emmenait avec elle toujours plus haut, toujours plus loin, toujours plus profond. Avec ardeur, le serpent était mis en mouvement, d’avant en arrière pour frotter une montagne dans un creuset de vie, pour assembler dans les reins de la terre un cri fécond. Je la voyais osciller au-dessus de moi, très droite, tenant sa lourde couronne à l’aplomb, m’offrant le spectacle de sa chair aux premières loges de ma peau. Mon ventre grondait d’immenses tremblements, mon souffle brûlait et créait des volutes de vapeurs, mes mains suivaient maladroitement la danse parfaite et infiniment lente de l’apsara.

L’univers entier semblait se concentrer dans le creux de cette danse, dans la pointe de cette lourde montagne qui voulait moudre sans fin des grains de vie, pressant chaque parcelle, cherchant la source. Avec grâce et ardeur, avec force et douceur, moi mortel arpenteur, elle divine nymphe, nous fîmes monter du fond de nos ventres, sous la pluie, sur la terre, enfin, une liqueur chaude, un nectar nacré. Le monde était sauf, le temps pouvait renaître, la vie pouvait paraître et la mort se soumettre.

La pluie se fit plus douce, les gouttes plus légères, les feuilles s’apaisèrent, brillantes sous le soleil entré dans les lieux. Il fit sécher les sculptures et réchauffa mon corps. J’émergeai doucement de ce songe si réel. Je vis que mes habits étaient défaits. Je me retournai vers la pierre où les apsaras barattaient la mer de lait, unissant leurs efforts. Je recherchais ma nymphe, elle regardait ailleurs, concentrée sur sa tâche. Pourtant, elle n’était plus exactement comme les autres.
Un léger sourire illuminait son visage.

PRIX

Image de 6ème édition

Thème

Image de Très très court
86

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Keita L'optimiste
Keita L'optimiste · il y a
Votre est l'une des plus belles et passionnantes oeuvres de cette compétition. Pour ce faire,je vous octroie mes voix pour motif d'encouragement. Je vous invite à découvrir La mienne sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/apparait-maintenant je compte entièrement sur vos voix et merci d'avance
Image de Atoutva
Atoutva · il y a
Bravo pour cette belle histoire fantastique.
Peut-être apprécierez-vous ma cavale https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/un-amour-platonique

Image de Linotte
Linotte · il y a
J'aime ce voyage sensuel, érotique, et sa dimension cosmique, mythologique. Je vote.
Mon texte est plus terre à terre puisque tout se passe sur " Le Rond-point", lieu en passe de faire partie de l'Histoire...

Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour David, J'ai lu et apprécié votre création, peut-être le temps vous a-t-il manqué pour venir sur ma page, lire ce message sur la mort dans la dignité.
Avant que la finale de la DUDH, ne soient close, je vous laisse le lien :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pour-un-dernier-sourire
Merci et bonne chance.
Julien.

Image de David Rudloff
David Rudloff · il y a
Bonjour Julien. Merci. J’ai lu et apprécié votre texte. Vous n’imaginez pas la résonance qu’il a pour moi en ce jour précis. Bonne chance.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
De l'érotisme pour la st Valentin, c'est la moindre des choses! je vote. Moi, c'est: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/palimpseste-3
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Voyage au delà du réel !
Belle écriture fascinante .

Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
Très beau récit, très bien mené ! Mes voix !
Image de Lyriciste Nwar
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Super bien. Je vous félicite. Mes voix. Je profite pour vous inviter à découvrir mes textes en compétition.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sous-le-regard-du-diable
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/malchance

Image de DAO Rassablaga
Image de Adjibaba
Adjibaba · il y a
Très beau récit construit avec originalité.
J'ai beaucoup aimé la fin.
Bravo vous avez mes voix avec plaisir.
Si vous avez un instant, passez également me lire dans "Entre justice et vengeance" :https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/entre-justice-et-vengeance

Image de David Rudloff
David Rudloff · il y a
Merci pour votre message. Votre texte noir est très bien.
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Une écriture de qualité sur un texte prenant. Bravo ! +5*****
Julien.
Juste pour dire qu'il est en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/pour-un-dernier-sourire
Bonne chance.

Image de Randolph
Randolph · il y a
Très bon récit !
Image de Romane González
Romane González · il y a
Bravo! Vous avez mon soutien, j'ai beaucoup aimé!
Image de Christkin
Image de David Rudloff
Image de Arlette Claude
Image de David Rudloff
David Rudloff · il y a
J'ai essayé de suivre le thème :-)
Image de JACB
JACB · il y a
Waouh! c'est torride ! Et pour avoir moi aussi déambulé en ces lieux je comprends ce trouble et ces émois! en tout cas, c'est un très bon texte.
Entre les deux votre cœur balancera peut-être ?
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/cavale-d-auteur#
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/se-compter-fleurette#
bonne chance david.

Image de David Rudloff
David Rudloff · il y a
Merci pour ces encouragements.

Vous aimerez aussi !

Du même auteur