Le sapin rouge

il y a
2 min
252
lectures
32
Recommandé

J'aime la solitude qui permet le rêve et l'évasion, les rencontres qui font grandir, la vie qui chaque jour me surprend. J'écris aussi parfois  [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Dans la maison d’Aglaé, tout le monde s’affaire.

La maman de la fillette ajuste l’étoile d’or au sommet du sapin dressé au milieu du salon. Un arbre de deux mètres recouvert de cônes cramoisis si touffus qu’il en paraît emmailloté de pourpre. Les parents ont peiné pour le trouver mais cette année ils ont à cœur de réussir la fête. Plus encore qu’à l’accoutumée.

— Un sapin rouge, c’est une bien étrange idée ! disaient les vendeurs.

— Etrange peut-être mais indispensable ! rétorquait le père obstiné.

Les magasins ne répondant pas à leur attente, ils ont pénétré la forêt pour dénicher l’essence rare. Nuitamment, armés de scies, ils ont fini par débusquer le sapin de leurs rêves. Un épicéa flamboyant, droit, fier. Toisant ses congénères de toute sa hauteur, un mentor incontesté. Pour protéger leur trésor, ils ont emprunté sentiers et routes de campagne. A l’abri des prédateurs.

— Nous avons été aidés par les elfes, s’amuse à raconter la maman encore étonnée d’avoir mené à bien l’aventure. Je suis sûre qu’ils nous ont conduits dans ce lieu secret pour le seul bonheur d’Aglaé.

Fixant la dernière décoration, une petite luge givrée de menthe, elle contemple son chef-d’œuvre. Les guirlandes amande, tilleul, pistache s’enchevêtrent autour des boules céladon, lichen et mousse. Ne sont autorisés que les camaïeux de vert pour trancher sur l’arbre rutilant. Sur les branches carminées, les lutins miniatures resplendissent de la couleur du printemps. Vert anglais pour les plus chics, avocat pour les assoiffés de justice et vert empire pour les nostalgiques d’un temps révolu.

Cette année, la maman d’Aglaé a refusé le houx rituellement accroché à la porte ou sur le balcon, ne tolérant que le gui, des grappes de minuscules sphères translucides d’un blanc verdâtre. Les géraniums récalcitrants dormiront à la cave pour laisser place à toutes sortes de plantes grasses.

La nappe damassée accueille la vaisselle de porcelaine ornée d’un fil doré et les verres de l’aïeule scintillent sous les pampilles du lustre de cristal. Le chemin de table composé de roses de Noël blanches peaufine le tableau suranné. Jusqu’à la crèche, discrète, qui attend patiemment les rois mages déjà en route.

Le feu danse dans l’âtre, attentif à ne pas rejeter l’habituelle fumée qui fait tousser Aglaé. Les flammes suivent le rythme caressant de l’air ambiant. Chacun a le souci que la fête soit parfaite.

Les convives sont à l’heure malgré les chutes de neige, les congères et la route verglacée. En arrivant, ils déversent les cadeaux dans la hotte d’osier posée dans le vestibule. Avant même de se dévêtir des lourds manteaux encore embués de givre.

Aglaé est ravissante dans sa robe de taffetas blanche. Les anglaises de ses longs cheveux blonds rebondissent à chacun de ses gestes gracieux. Pour l’occasion, sa maman l’a autorisée à passer du rose sur ses lèvres et vaporiser un nuage de paillettes sur ses bras frêles.

La fillette observe l’ensemble avec des yeux tout neufs. Cette année, tout est différent et semblable à la fois, elle ne saurait dire pourquoi. Une atmosphère, une sensation, un petit quelque chose qui picote le cœur et lui plaît. Parce qu’elle grandit peut-être. Sept ans, ce n’est pas rien.

Au cours du repas, elle chipote le chapon. Mais bientôt la bûche aux marrons, auréolée d’étincelles, fait son entrée. Elle sait alors que le clou de la soirée, l’instant fugace attendu toute l’année, est imminent.

En effet, quelqu’un frappe à la porte. La fillette intimidée se blottit dans les volants soyeux de sa mère qui la cajole. Immuable rituel. Au milieu des rires et des clameurs, une grosse voix impose le silence :

— Aglaé, c’est bien ici que tu habites ? Bonsoir, je suis le Père Noël !

L’enfant, toujours agrippée à sa mère, relève la tête en écarquillant les yeux.

Devant elle, un géant vêtu d’une houppelande à capuchon vert sapin déverse sa hotte aux pieds de la petite. Son rire est chaud et rond sous la barbe douillette. Les soubresauts de gaité qui accompagnent son regard humide transportent Aglaé vers des cieux inconnus. Non, cette année n’est pas comme les autres.

Le bonheur de la petite fait chaud au cœur de ses parents. Ils se regardent en souriant, satisfaits des efforts fournis, cette année, pour lui offrir un Noël traditionnel.

Leur enfant est daltonienne, qu’importe ! Cette différence n’empêche pas les étoiles de Noël de briller dans ses yeux.

Recommandé
32

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !