Le Royaume sacré

il y a
5 min
65
lectures
33
Qualifié

Que des poèmes ? Mais non, je suis également scénariste de BD, voir mes histoires à une planche ici : http://short-edition.com/auteur/anna-kutuzov Après avoir écrit toutes sortes de récits  [+]

Image de 2020
Image de Très très court
— Ma choupinette, laisse-nous raconter. Après tout, c'est nous qui...
— Quand je vous dis que tout ça c'est grâce à moi.
— Non mais... pas du tout !
— Si, si, mon trésor de Jacques. Car tu avais honte que je te voie déguisé en chevalier et puisque...

...Charles et toi, vous vouliez essayer les casques que vous aviez improvisés. Et puisque tu n'as pas voulu que je te voie, moi, ainsi, n'est-ce pas ? Vous vous êtes éloignés de notre village pour la première fois. Et là, une petite fille, même pas jolie, en plus, si j'ose dire, vous a interrompu en pleine bataille et vous a demandé :
— Mes chers chevaliers, je cherche le royaume sacré. On m'a dit qu'il n'était pas si loin d'ici. S'il vous plaît, veuillez m'aider, je suis une Princesse.
— T'es une princesse, toi ? lui dit mon Jacques à moi. Mais tu n'as même pas des cheveux blonds !...

Finalement, vous étiez bien tenté d'accepter cette mission. Mais il fallait lui expliquer la situation. Car cette Princesse n'a pas compris que ce royaume est complètement clos. Il existe une seule façon d'y entrer, l'utilisation de ce qu'on appelle chez nous les clefs électro-schmilblick ou électro-trucs. C'est alors que cette Princesse, qui n'avait pas la grâce d'une Princesse, a parlé d'un passeur. Un passeur ça connaît tout et s'il n'existe pas de passage sous-terrain, il en creusera un, car un passeur c'est fort. C'était normalement un marginal, de très-très grande taille et qui ne répond pas souvent aux bonjours. Alors là... vous avez tout de suite pensé à notre pêcheur de crevettes qui lui, ne dit jamais bonjour. Ce n'est pas un méchant certes, mais c'est un homme qui fait peur. En plus, si j'ose dire, il est très sale et ne pense qu'à l'heure propice pour marcher dans l'eau et pêcher des crevettes avec son haveneau.

Je ne sais ni pourquoi, ni comment, mais vous avez essayé de le voir chez lui. Vous auriez toqué à sa porte mais la photo d'un très gros et très méchant chien suspendue à la poignée vous en a fort dissuadé. Vous étiez blancs comme neige, on aurait dit que vous aviez vu la mort en face, n'est-ce pas ? Enfin, il lui a fallu quelques « Mes chers chevaliers » à cette Princesse, pour que mon très brave et très joli Jacques toque sur cette vieille porte. Tandis que celle-ci s'entrouvrait, vous étiez tellement « tom-poucés » que même ce chien, qui s'avéra être étonnamment très petit et très gentil, vous a toujours paru gigantesque. Heureusement que la Princesse a crié : « Comme il est mignon ce petit chou, j'adore ! viens mon petit chien ! » En moins de deux, vous avez enchaîné avec votre propre cri : « La clef électro-machin, il l'a sur la nuque ! »

Très vite fait, et si j'ose dire, un peu trop hâtive. Vous avez pris le chien, ni vu ni connu, en direction de l'entrée du royaume. Je dis bien « en direction », car il n'y avait pas de porte.
— Présentez votre clef-électronique, dit une voix métallique derrière le mur.
Et puis, toujours sur ce ton atonal, elle dit au chien :
— Bienvenue, Prince Edmond.
— T'es un prince, toi ? lui demande Charles en le tenant dans ses bras. Mais c'est incroyable !
— Mais non, voyons ! C'est sans doute la clef du pêcheur, dit mon Jacques.
Il y avait un silence de fou devant cet immense mur blanc et sans taches qui entourait le royaume. Tous les trois ont caressé le chien, respectueusement. Tout paraissait trop beau.
— Il vous reste 60 secondes pour dire le mot de passe avant qu'on vous tire dessus.
Vous avez beau essayé de le lui faire aboyer, en vain !
— Il vous en reste plus que 30.
« Wouaf qui peut ! », il fallait s'évader, pas du temps à perdre !
Mais c'est là que le pêcheur-passeur a surgit. S'ensuit, une série confuse de questions.
— C'est vous le Prince ? Vous connaissez le mot de passe ? On est désolé ! Mais on voulait seulement aider la Princesse, vous comprenez ?!...

Eh bien, le pêcheur a dit le mot de passe et c'est la fin de l'histoire.

— Ah, non ! pas comme ça !
— Bon, d'accord, je continue, juste pour toi, mon petit Jacques.

Où en étais-je ? Ah, oui. Comme par miracle une porte tambour est apparue, à l'intérieur de laquelle, tout en bas, il y avait deux empreintes de pieds. C'est un mécanisme de sécurité : pour une clef-truc, une seule personne. On a fait connaissance et ensuite la Princesse a dit qu'elle ne voulait pas y entrer seule. Le pêcheur ayant une bonne âme au fond, l'a prise dans ses bras tandis qu'elle tenait le chien. Quant à vous deux, il a proposé une solution... son haveneau. Quelques râlements après, car c'est vrai que ça pue encore et toujours ! le passeur a mis ses pieds au bon endroit et la porte a commencé à tourner. Et là, c'était un miracle pur et simple. Le pêcheur s'est métamorphosé en cheval tout en mettant la princesse sur son dos ainsi que le haveneau. Et le chien, lui, s'est métamorphosé en Prince ! très joli mais bien plus âgé que la Princesse, un adulte, quoi. Pour un moment qui durait bien plus que la réalité, vous étiez scotchés et l'odeur des crevettes – oubliée. Après avoir fait le baise-main, le Prince lui a demandé, ce qu'elle cherchait ici. Son objectif était le puits de Myriam. Le Prince lui dit : « Ma chère Princesse, je regrette mais je ne puis rien pour vous, ce puits il est partout et nulle part en même temps » Néanmoins il n'y avait pas un moment à perdre, car bientôt c'était le couloir du feu qui s'avançait vers eux. Il leur expliquait qu'il fallait qu'ils croient que le feu ne fait que briller mais ne brûle pas, sinon... D'un trot magistral, ils ont passé ce couloir affreusement beau sains et saufs. Après, ils se sont retrouvés dans l'entrée d'un palais. C'était impressionnant avec tout un tas de fresques et sept portails tout autour.

La Princesse a pris un long moment de réflexion et puis elle s'est dirigée vers une fresque du Songe de Jacob en criant : « Il y a quelque chose de métallique là ! » Un des échelons était une clef pour un passage secret. Elle l'a insérée, cette clef en forme d'agrafe géante dans deux trous et avec l'aide de ses deux chevaliers, a réussi à en extraire une assez grande brique. Avec agilité, elle s'est glissée dans l'ouverture, tel un garçon manqué mais avec les pieds d'abord à cause de la robe. Elle l'a fait très facilement, en plus, mince qu'elle était. Le Prince a essayé de la suivre, mais il fallait l'aide de deux chevaliers pour qu'il puisse y entrer, très grand qu'il était.

Et puis la lumière s'est allumée et 36 femmes identiques et blondes ont accueilli le Prince.
— Vous me reconnaissez ? ont demandé les femmes, toutes en même temps et avec la même voix.
— C'était vous tout ce temps ? Métamorphosée en petite Princesse égarée ?
— Oui, j'étais près de vous et je n'y étais pas en même temps. En quelque sorte, il fallait que je devienne l'enfant perdu que vous êtes pour espérer votre retour au royaume, cher Prince Edmond. Mais maintenant, je dois vous expliquer l'épreuve : me reconnaître parmi toutes. C'est seulement ainsi que le royaume sacré vous acceptera à nouveau... Vous avez 60 secondes.
Charles ne comprenait pas la situation, tandis que mon Jacques a eu une idée brillante qu'il a chuchotée à l'oreille du Prince. Suivant le conseil de Jacques, il s'est approché de la bande des femmes et a fait un rot très long et très dégoûtant, si j'ose dire. Si dégoûtant et si imprévisible que ça a marché ! La vraie Princesse s'est inclinée en arrière, un millier de seconde avant toutes les autres, instinctivement, toute dégoutée et tout et tout. Le Prince l'a prise dans ses bras en disant :
— Enfin réunis !
— Comme les retrouvailles de deux enfants perdus !

J'attendais dehors, inquiète, lorsque le pêcheur est apparu. À cheval sur ses principes, il ne disait toujours pas bonjour. Mais comme j'étais contente de vous voir ! Surtout toi, mon brave et intelligent chevalier. Oh, j'adore l'amour courtois et comment ! car il suffit de s'embrasser comme ça un bref instant, même devant un mur tout blanc, même avec deux spectateurs, sans soleil levant sans romantisme, pour que l’âme brille tellement qu'on en oublie la sueur, la saleté et l'odeur, n'est-ce pas ?
33

Un petit mot pour l'auteur ? 14 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Très beau. J'aurais aimé vous lire plus tôt. C'était un plaisir.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Sabrina Ouznani
Sabrina Ouznani · il y a
Belle découverte au gré du hasard shortien. Je reviendrai lire vos autres écrits, dont les titres sont une promesse.
Bonne chance.

Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci beaucoup !
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
un bon moment de lecture
Image de Mlb Angel
Mlb Angel · il y a
Bien à lire.si vous voulez lire le mien c'est des rêves dans les étoiles de mlb Angel merci d'avance. https://short-edition.com/fr/auteur/mlb-angel
Image de A Tire D'Ailes
A Tire D'Ailes · il y a
Style décalé et jouissif ! Ma voix sans hésiter ! Si vous avez un instant, venez découvrir TYLOU https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tylou-et-le-prince-paon-toufle-1
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci.
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Mordekhaï, un texte bien construit et agréable à lire, un bon moment de lecture mes voix avec grand plaisir. Si vous avez un instant pour découvrir mon conte "rêves d'orient" vous êtes bienvenu. Je vous souhaite un belle année 2020. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/reves-dorient
Image de Ava Mouzon
Ava Mouzon · il y a
Une histoire mignonne mais qui malheureusement manque de descriptions. :/ Ça rendait la lecture un peu confuse, ce qui est dommage.
Un vote d'encouragement, bonne chance 😊

Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
C'est juste. Merci !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Mon soutien pour ce beau récit agréable à lire, Mordekhaï !
Une invitation à venir découvrir les aventures de mon prince
oublié dans “Conquêtes” !
Merci d’avance une bonne soirée !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/conquetes-1

Image de De margotin
De margotin · il y a
J'ai beaucoup aimé ma lecture. Mes voix et bonne chance.
Image de Mordekhaï Katan
Mordekhaï Katan · il y a
Merci beaucoup.
Image de De margotin
De margotin · il y a
Super cool