2
min

le Royaume de Miette

Image de miette

miette

0 lecture

0

Petite fille blonde aux joues rosées, tu aimes les bras de ta mère qui t’enlacent et te serre. Elle sait te faire rire maman. Magicienne, guérisseuse de bobos, c’est vers elle que tu cours pour panser tes maux.
Elle est douce maman, elle coiffe tes cheveux blonds en finissant toujours par une chatouille dans ton cou. Tu es sa princesse, elle est ta reine.
Tu aimes quand elle te dit qu’elle t’aime gros comme ça.. Elle te fait sauter sur ses genoux.
Tu lui ressembles beaucoup, le teint porcelaine, les yeux lagon et cette joie de vivre.
Tu es si belle. Tu as le monde à tes pieds, les brins d’herbe s’écartent pour te laisser passer. On croirait que le vent te porte à chaque pas que tu fais.
Quelle légèreté, quel doux parfum d’enfance que tu portes si bien à ton cou.

Le temps passe et tu es toujours aussi belle, tu lui ressembles de plus en plus.
Les notes de douceur chantonnant dans ton cou ont pourtant laissé place à des touches mélancoliques. Tes pas deviennent lourds, ton regard n’est plus qu’un océan de larmes.

Elles sont parties, parties ensemble.
Tu les aimais pourtant d’un amour profond et sincère. Dans tes souvenirs elles sont à jamais liées. C’est avec beaucoup de tristesse que tu repenses à elles.
Tu te remémores ces instants à leur cotés, ces mots, ces promesses.
Une cicatrice sur ton coeur.

Ta beauté s’efface petit à petit, de petits traits fins apparaissent sur ton front, tu te rappelles que maman avait les mêmes, papa l’agaçait souvent avec cela aujourd’hui c’est toi qu’il titille, il s’amuse à les compter à chacun de tes anniversaires.

Tu deviens mère à ton tour. Tu es la nouvelle guérisseuse de bobo, cette magicienne capable de faire rire ton enfant malgré les larmes.

Tu créé ton propre royaume avec deux beaux sujets à ta cour. Qu’est ce qu’il peuvent t’aimer tes enfants. Tu es cette personne que tu vénéras tant autre fois. Tu lui ressembles encore et ca t’effraie.
Mais non, toi tu ne partira pas. Tu ne déserteras pas le royaume. Il n’y aura pas de guerre dans ton royaume à toi. Tu veux une belle histoire à leur offrir, avec une fin digne des plus grands contes.

A chaque fois que fermes les yeux tu penses à elles, et espère qu’en les rouvrant tu les retrouveras. Mais maman avait décidé de quitter son royaume, emmenant dans ses bagages ton enfance. Partant sans se retourner, volant cet élan d’insouciante qui te portait. Laissant le roi et la princesse seuls, abandonnés.

La petite fille blonde aux joues rosées, a bien changé. Elle devenu grande sans le vouloir, sans le décider. Petit bout de rien, petit bout d'un tout, miette de pain oubliée.
Je suis Miette
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,