4
min

Le royaume dans la brume

1528 lectures

968

FINALISTE
Sélection Public

3000 ans avant notre ère, quelque part en Nubie.

Zerzura, oasis légendaire située sur l’île de Kerma, est une cité surnaturelle élue des Dieux : le pharaon Tarek, protégé royal du dieu-faucon Horus, y a épousé la princesse Ayla, héritière du peuple koushite de l’île de Méroé.
Tarek, de son vivant, avait été le prince nubien de Napata. Au moment de sa mort, il fut conduit dans un monde invisible grâce à trois composants immatériels partagés entre les dieux et les hommes : l’âme Ba, la vitalité Kha et l’esprit Akh. Ayla vécut sa renaissance d’une façon différente puisqu'elle avait embarqué dans un bateau divin avec le Dieu-soleil, Rê, pour épouser Tarek et devenir la reine de Zerzura.

Les deux souverains formaient un couple royal, aimant et emblématique.

Les humains de cette époque connaissaient la légende de Zerzura sans jamais en avoir vu les vestiges, et ils qualifiaient Zerzura de « cité brillante » de par les nombreux trésors dont elle recèle, offerts par les dieux égyptiens qui protégeaient la cité.
Zerzura était entourée de déserts extrêmement arides rattachés au monde des humains, mais qui la rendait introuvable à leurs yeux : ceux qui avaient essayé de trouver l’oasis mourraient de déshydratation en plein désert, car seuls les immortels pouvaient atteindre Zerzura. A l’intérieur, de fortes murailles l'enserraient, gardée par des géants noirs munis de lances et, contre les ennemis, elle avait pour abri de grandes digues entre les remparts et les fleuves, de sorte qu'elle ne pouvait pas être inondée si la crue venait à être trop violente ; et c'est ce qui rendait la ville imprenable.

La déesse des eaux africaines, Mami Wata, vint rencontrer le Roi Tarek pour en faire son amant, car elle le trouvait tout à fait digne d’elle. Celui-ci refusa les avances de la déesse, sans savoir que son refus le conduirait à sa ruine. Mami Wata, jalouse et possessive, voulut en premier lieu tuer la Reine Ayla, qui était une rivale à ses yeux, mais l’immortalité de cette dernière rendait la chose impossible. Alors, elle décida de lancer une terrible malédiction sur l’île, celle de la sécheresse, pour faire dépérir l’oasis ainsi que ses habitants.

Horus, qui eut vent de cette histoire, envoya sur place le dieu Khnoum, gardien des crues du Nil, afin de réhydrater la cité.
En complément de ce don aquatique, Horus et Rê offrirent à Zerzura ce qui s’appellerait désormais « le Cœur de Zerzura » : un coffre magique contenant l’essence même des Zerzuriens, à savoir leur immortalité.

Folle de rage, Mami Wata plongea le Roi et la Reine dans un sommeil profond, ainsi que tous les habitants de Zerzura. Elle promit de les réveiller quand il ne resterait rien de leur île bien-aimée.

Quelques années passèrent, et la cité avait été plongée dans une brume magique par le Dieu-soleil, afin qu’elle ne se dégrade pas trop vite.
Cependant, la déesse ignorait l’existence des deux héritiers royaux, enfants du Roi : le prince Suwedi et sa jumelle, la princesse Inaya. Ces deux derniers résidaient actuellement dans leurs principautés divines de Napata et de Méroé, en attendant de se marier et de recevoir la bénédiction des Dieux  ; ils ne se doutaient pas de la malédiction qui frappait leur peuple à l’heure actuelle.

Quand ils eurent atteint leurs vingt ans, ils revinrent voir leurs parents à Zerzura, dans une barque magique confectionnée par Horus. Quelle ne fut pas leur surprise quand ils franchirent la brume épaisse et qu’ils se retrouvèrent face à une armée de géants noirs ! Ceux-ci tentèrent de les attaquer, mais après qu’ils aient décliné leur identité royale, on les laissa entrer, en les informant néanmoins de la situation critique de la cité.
Pour sauver son peuple, le prince Suwedi traita avec Mami Wata et s’offrit à elle : il dut faire vœu d’abstinence envers les autres femmes et se soumettre à la volonté de la déesse des eaux. Celle-ci lui offrit succès et richesse pour le récompenser de sa fidélité. Mami Wata réveilla alors le peuple endormi, à l’exception du Roi et de la Reine. Suwedi devint alors l’Intendant de Zerzura : mais, ne pouvant pas avoir d’enfant à cause de sa soumission à la déesse, l’avenir de sa lignée reposait à présent sur sa sœur Inaya, qui était le futur de Zerzura.

Pour réveiller ses parents, libérer son frère et vaincre Mami Wata, la princesse n’eut pas d’autre choix que celui de faire un pacte divin avec la déesse Tefnout, fille de Rê, qui s’était enfuie en Nubie pour échapper à son frère-époux, le dieu Shou. En tant que déesse des eaux égyptiennes, elle était l’équivalente de Mami Wata, et elle pouvait rompre la malédiction royale. Tefnout accepta d’aider la princesse si celle-ci se sacrifiait avec son frère, car il fallait faire couler le sang royal pour réveiller les souverains endormis.
Suwedi, sous le contrôle de Mami Wata, était condamné de toute façon. Quant à Inaya, elle n’aurait jamais été couronnée Reine. Si les deux devaient mourir, leurs parents pourraient toujours choisir d’engendrer d’autres héritiers à leur réveil.
Elle accéda donc à la requête de Tefnout.

Mami Wata se confronta à Tefnout, ce qui amena de violents raz-de-marées sur les terres égyptiennes et nubiennes. Seul le Nil demeurait immuable, car le dieu Khnoum était plus puissant que les deux déesses réunies et pouvait résister à leur affront. Parfois, Mami Wata se changeait en sirène démoniaque, et Tefnout en la lionne déchaînée qui la caractérisait aux yeux du monde. Tefnout commençait à prendre le dessus mais finalement, elle dut abandonner les hostilités à cause de son frère-époux qui vint la ramener de force au Royaume céleste.
Inaya, désespérée, demanda au dieu Khnoum de remplacer Tefnout au sein du combat contre la déesse africaine, mais il voulait en échange épouser la princesse. Celle-ci accepta la proposition sans difficulté.
Khnoum lui accordit le privilège divin et terrassa Mami Wata. La déesse, vaincue, noya le prince Suwedi et la princesse Inaya dans le Nil, en guise de vengeance ultime.
Grâce à son culte vaudou, elle fit en sorte que le Roi et la Reine ne se réveillent jamais.
Mais les effets de la noyade immortalisante était telle que Khnoum, avec l’aide de Horus et de Rê, ressuscita le prince Suwedi et fit de la princesse Inaya son épouse immortelle. A la suite de cet évènement, les trois îles du royaume de Koush furent unifiées : Kerma, Napata et Méroé. Horus les déplaça sur le territoire divin et l’immortalité fut accordée à l’intégralité du peuple Koushite.

Suwedi devint officiellement le Roi de Zerzura : il épousa une noble dame de sa principauté à Napata et eut de multiples enfants bénis par Rê.
Quant à Inaya, elle devint une Nymphe protectrice du Nil dans la région nubienne, liée à Tefnout. Pour éviter que sa principauté de Méroé ne soit laissée à l’abandon, son époux divin Khnoum lui donna des enfants immortels, bénis par Horus, qui repeuplèrent Méroé.

Le Roi Tarek et la Reine Ayla étaient désormais plongés dans un sommeil sans fin ; les Zerzuriens placèrent le Cœur de Zerzura dans la sépulture royale, et les souverains endormis en demeurèrent les gardiens éternels.
Les Koushites disparurent du territoire humain, et la brume couvrit définitivement le royaume unifié.

Zerzura était sauvée.

Pour les mortels, la cité brillante dissimulée par un épais brouillard était désormais un mythe.

Un royaume dans la brume.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
968

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de VioletteBaudelaire
VioletteBaudelaire · il y a
Un texte qui m'a transporté ! Et qu'elle belle fin !
Libre cours à nos esprits de simple mortel de rendre ce royaume de brume réel dans nos songes !

·
Image de Romain Bellail
Romain Bellail · il y a
Un texte qui n'a pas volé sa finale. Un peu honteux de ne pas y avoir prêté attention avant la clôture des votes. Un écriture fluide et une histoire bien construite qui ne nous perdent pas en route malgré l'abondance des noms qui ne nous sont pas familiés. C'est une culture qui m'est presque totalement étrangère dont vous peignez la fresque. De futures idées de livres à lire pour moi.
·
Image de Issouf Sankara
Issouf Sankara · il y a
Un beau texte a l'allure historique, légendare, parfumé d'un certaine réalisme lointain!! Mon vote Coraline
·
Image de André Page
André Page · il y a
Mes votes juste à temps :)
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Coraline je renouvelle mon soutien à votre belle écriture.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Merci Frédérique !
·
Image de Chablik
Chablik · il y a
Plongée hypnotique dans la mythologie des environs du Nil. Joli.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Merci beaucoup Chablik !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bravo, j'aime votre écriture. Elle me fait penser à celle de Marek Alder qui à écrit trois histoires de femmes, une dans chaque religion, je n'ai lu que " Eve ". Il y à beaucoup de similitudes et c'est beau. Sans parler de copier s'entend !! Bon dimanche.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Merci pour votre passage et votre commentaire. Je ne connais pas Malek Alder, ni l'autre comparaison qui m'a été faite (Anne Rice). Mais je vais lire les auteurs qu'on me recommande. Bonne continuation !
·
Image de Samatha
Samatha · il y a
Chère Coraline, tout d'abord merci d'avoir pris le temps de me lire et d'apprécier mes quelques mots. Je me suis promené sur votre site et j'ai découvert avec beaucoup de plaisir vos talents de musicienne. Je découvre également celui d'écrivaine, vous êtes une jeune femme très brillante et passionnante. Votre texte "Le royaume dans la brume" a éveillé en moi beaucoup de curiosité et d'intérêt pour cette période historique de l'Egypte ancienne. J'imagine que les principaux personnages de votre texte sont le fruit de votre talent imaginatif bien que votre histoire repose sur des faits et lieux historiques ce qui ne manque pas de piquant dans cette nouvelle. Si je peux toutefois émettre une petite remarque, selon mon goût, j'aurais aimé un peu plus de romantisme... Je suis un incorrigible romantique ! Merci, merci mille fois et bonne chance pour la suite.
·
Image de Maïra Richards
Maïra Richards · il y a
Je reconnais le nom de Dieu, de déesse et de personnages de mythologies africaines et/ ou d'afro descendant... Mais est-ce une légende ou un récit inspiré de? En toit cas c'est très intéressant et instructif... Bonne chance pour la finale !

http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/jattends-que-le-jour-se-fasse

http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lumiere-24

·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Bonjour, merci pour votre message ! Zerzura est une cité légendaire comme l'atlantide, mais j'ai totalement inventé l'histoire et les interventions des dieux. Seuls les lieux sont réels. On sait juste de Zerzura était sur l'ile de Kerma (royaume de Koush), que les souverains sont endormis et que des géants noirs sont les gardiens. J'ai repris juste ces éléments et c'est tout :-)
·