5 lectures

1

Vous qui passez là, sans attacher la moindre importance à ma faible présence. Sachez...sachez qu'autrefois je fus un roi. Légendaire je fus par la noble tâche qui m'avait été attribué. Garder le sacré du sacré. Le sang du christ. J'avais dans mes caves les plus grandes richesses, des valets et des majordomes, des femmes et des enfants, des maisons et des jardins. Aucune de ces richesses ne valait ce simple récipient, ce creuset sculpté par le charpentier le plus simple dans le bois d'un cèdre. Chaque jour je le contemplais et chaque jour un chevalier voulait le prendre. Ils le voulaient pour sauver la terre des hommes, pour rendre à la terre la noblesse de l'épée, la foudre du roi. Mais quelle idiotie, quelle bassesse. Mais telle était ma noble mission. Accéder au pont qui menait à mes terres était le test. Moi simple pêcheur posé là dans ma barque, je désirais m'affronter à l'esprit du voleur, de celui qui le voulait. Que n'ai-je usé de fourberie, de tromperie et de ruse pour écarter les farauds de l'ombre de la précieuse relique. Mais ce temps est révolu. L'âge des hommes est venu. L'homme avec ses machines et sa misère. Aujourd'hui si je pêche, ce ne sont que ces quelques pièces de cuivre que les histoires que je raconte font glisser des mains des passants. Fou on me dit. Qu'ils sachent les hommes en blanc que je fus le plus grand, que je fus le Roi pêcheur...

Thèmes

Image de Très très courts
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,