5
min

Le rêve de Léonardo

Image de Reveuse

Reveuse

126 lectures

121

C’est un petit bonhomme de 10 ans tout juste, aux yeux vifs, sans cesse en mouvement afin de découvrir un de ces mystères que le monde recèle et le laisse tremblant d’excitation .Léonardo est son prénom. Il aime rêver et explorer .Il a même essayé de construire seul une machine bizarre, avec des bouts de bois, des pierres et une vieille corde trouvée dans une grange abandonnée. Cette machine, il l’a dessinée de sa main gauche car oui, il est gaucher, et si cela le gêne pour écrire, pour dessiner pas de problème : c’est dans le dessin qu’il se sent le plus heureux. Il dessinerait même la nuit si son père ne le réprimandait pas. Pourtant Léonardo déborde d’idées, il voudrait toutes les explorer .Il semble qu’il ne grandira jamais assez vite pour les mettre en pratique. Alors cette machine qu’il a construit, il s’est appliqué à suivre son croquis mais il n’est pas satisfait Elle ne ressemble pas au modèle. Il manque quelque chose .Il a beau chercher et chercher encore, il ne trouve pas ce qui manque pour qu’elle fonctionne vraiment.
Il a fait une carcasse en bois, de forme carrée : les morceaux de bois sont posés les uns au-dessus des autres attachés par la corde, cela forme une sorte de cage dans laquelle il a aménagé une ouverture pour se glisser à l’intérieur. Il a dérobé un vieux châle à sa belle-mère, qui ne s’est aperçue de rien. Il l’a plié en plusieurs épaisseurs, et au milieu il a placé de la mousse bien épaisse, en a fait un siège confortable et douillet sur lequel il n’a plus qu’à prendre place et attendre que le miracle se produise. Il file dès qu’il a fini le repas et s’installe confortablement dans sa machine .Il ferme les yeux et se concentre très fort, il pense au futur et voudrait voir ce qui va se passer .Il a entendu son père parler avec sa belle-mère de son avenir et il voudrait être certain que son talent de dessinateur sera reconnu un jour. Mais il a beau essayer de visualiser son avenir, il ne voit que du noir, celui qu’on voit quand on ferme les yeux le soir au fond de son lit. Il est désappointé.
Les années ont passé, Léonardo a maintenant une vingtaine d’années. Il n’habite plus chez son père, il est venu à Florence pour étudier. Il consacre ses journées à la peinture, il a un peu oublié ses constructions de machine .Celle qu’il avait bâtie dans son enfance lui est sortie de la tête. Pourtant il a entendu le maître dire qu’il avait beaucoup de talent et il aimerait être assuré que cela durera. Il est jeune, il est ambitieux et se sait doué .Mais il doute encore de lui et de la réalisation de ses ambitions. En fouillant dans des cartons un soir à la recherche d’une feuille pour dessiner, il tombe sur le croquis de cette vieille machine, celle de ses dix ans, et il la contemple un moment en rêvassant. Il a un fusain en main, peut-être peut-il retoucher le schéma. Et le voilà qui commence à tirer des traits, à faire des calculs. Il a déjà fait des croquis qui comportent des ailes, essayant d’imiter les oiseaux pour explorer le ciel à leur manière, libres et sans entraves .Il a aussi tenté de faire un scaphandre et bien d’autres machines qui ne le satisfont pas vraiment : il n’en vient jamais à bout car autant il foisonne d’idées autant il est trop impétueux quant à l’aboutissement final. Bref il a de nombreuses réalisations en cours mais aucune n’est terminée. Alors celle-là sera l’apothéose s’il arrive à boucler tous ses calculs.
Toute la nuit il écrit, il trace des plans, au matin il est satisfait du résultat : il ne reste plus qu’à construire l’engin qui va lui servir à se propulser dans le temps .Il récupère tout le matériel nécessaire et se lance dans la réalisation. C’est une superbe machine : elle ressemble à une petite cabane toute ronde, une ouverture assez étroite pour y pénétrer, à l’intérieur un siège confortable avec des sangles, des lunettes de protection afin de se préserver lors du passage dans l’autre dimension du temps (car il ne doute pas de la réussite ).Il y a aussi un tableau de bord comportant tellement de boutons et de manettes qu’il n’y a que lui qui peut le faire fonctionner .Il a même poussé le détail jusqu’à préciser en quelle année il voudrait se retrouver. Il a écrit en dessous de chaque manette : Léonardo dans dix ans, Léonardo dans quinze ans et ainsi de suite. Reste à trouver le moment opportun pour réaliser le voyage dans le futur. De ce jour, il va donc consulter assidument son traité d’astronomie, et se demander si lune et étoiles auront ou pas une influence sur la date de sa traversée temporelle. Les jours passent, Léonardo n’est toujours pas satisfait, sa machine semble le narguer ; il a l’impression que des milliers de choses sont emmagasinées à l’intérieur et n’attendent que lui pour être découvertes. Son avenir est là, il l’attend pour être remodelé s’il ne lui convient pas .Enfin, un soir il lui semble que tout est en ordre : la lune, les étoiles. Il n’a rien dit de ses intentions à qui que ce soit, personne n’a vu sa machine non plus. Mais il a confiance en ses capacités à faire fonctionner cet engin. C’est donc à l’aise qu’il se glisse dans l’habitacle, s’installe sur le siège. Il s’attache avec les sangles, pose les lunettes de protection sur ses yeux, et commence à mettre les manettes en position de marche. A la première rien ne se passe : c’est le silence. Il se concentre et tire vers lui la seconde. Un léger grésillement se fait entendre, suivi d’un éclair fugitif mais aucune révélation ! Il accélère le mouvement, tire les manettes suivantes un peu plus rageusement. D’un coup le grésillement antérieur se transforme en une sorte de vrombissement, des éclairs lumineux dignes d’un violent orage fusent, suivis d’une odeur abominable de cramé, qui lui agresse les narines. Mais il sent qu’il est sur la bonne voie, il continue à tirer et tirer encore les manettes Subitement l’air de l’habitacle devient irrespirable, le bruit continu et assourdissant, Léonardo se sent aspiré, entraîné par une force irrésistible, il est au bord de l’évanouissement .Et soudain tout cesse : un silence oppressant s’installe. Léonardo a toujours l’estomac à l’envers mais plus cette pression énorme qui semblait vouloir lui aspirer le cerveau ! Il porte toujours les lunettes de protection et ne voit pas vraiment. Il a tiré les manettes maintes fois auparavant, il connaissait leur emplacement exact, et pendant ce voyage qu’il vient d’effectuer, il n’a pas vraiment regardé, il s’est contenté de percevoir.
Il ôte ses lunettes et stupeur ! Il n’a pas franchi les années dans le bon sens, il est reparti en arrière. Le voilà dans la maison de son père : il a cinq ans. Le problème est qu’il a toujours un esprit de vingt ans, seule l’apparence est celle d’un bambin. Que s’est-il donc passé ? Il l’ignore, ce qu’il sait c’est qu’il veut repartir dans l’autre sens ! Il veut retrouver sa vie à défaut de connaitre celle qu’il aurait pu avoir .Ignorant les appels de sa belle-mère (qui est morte depuis des années) il décide de remonter dans sa cabine. Le voilà de nouveau installé aux commandes, attaché, les lunettes en place, il tire de toutes ses forces sur les manettes qui vont lui rendre sa vie .Il s’échine sur elles qui refusent de bouger ni dans un sens ni dans l’autre, il tire tant qu’elles finissent par lui rester dans les mains. Cette fois pas de bruit, pas d’éclairs, pas d’odeur de brûlé, juste un petit sifflement qui s’éteint aussi rapidement qu’il est apparu. Et un garçonnet qui s’échine à vouloir remettre les manettes en vain. Léonardo réalise qu’il ne sera pas le maître du temps comme espéré, il ne peut plus revenir. Rien ne s’est déroulé comme prévu.
Il se sent soudain secoué et appelé fortement. Il ouvre les yeux, il est chez lui à Florence, son maître est là qui l’attend pour la leçon de peinture. Ce n’était donc qu’un rêve. Ouf ! Il se lève, là dans un coin de la chambre le croquis de » LA » machine accroché au mur semble le narguer et susurrer : viens le futur n’attend plus que toi !

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Grand Public
121

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
Quelle imagination ! Vous m'avez transporter avec cette machine à tisser que sont les nouvelles. Et si vous aimez les récits de voyage, je vous invite à rejoindre la Voie n°1, un train est à quai, il est en partance pour la Corne de l'Afrique, je vous souhaite une belle traversée...
·
Image de Carine Lejeail
Carine Lejeail · il y a
Un incroyable voyage qu'on ne peut faire qu'en rêve. C'est un texte très réussi, bravo.
Si vous voulez découvrir mon univers :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/journal-de-guerre

·
Image de Marc
Marc · il y a
Un joli voyage dans le temps. Je n'en dis pas plus pour ne pas éventer la fin :) J'ai bien aimé aussi les commandes "Léonardo dans dix ans, Léonardo dans quinze ans" :)
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci vous êtes un lecteur enthousiaste c'est très agréable
·
Image de Artvic
Artvic · il y a
Rester dans son rêve !! belle idée ! Merci à vous
Je vous invite à écouter Sur un air de rock en finale, merci à vous

·
Image de Maryouma Youmar off
Maryouma Youmar off · il y a
Beau rêve qui tourne au cauchemar hhhhh original et bravo pour cette chute bien amenée
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Un moyen comme un autre de rajeunir, même en rêve ...
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Et oui le rêve à cela de bien qu'il permet toutes les folies !!
·
Image de Beline
Beline · il y a
Coincé dans son passé, quel rêve terrifiant ! J'ai beaucoup aimé !
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci Beline c'est agréable !!
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Oui, qu'est-ce qu'il avait dans la caboche le Léonardo ! Bravo, reveuse, pour ce texte qui nous embarque dans le passé pour aller dans le futur ! Un régal de lecture. +5
Je profite de mon passage pour vous inviter à un spectacle nocturne : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous

·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci de votre lecture et de vos votes.je suis allée découvrir votre beau poème
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand merci à vous Reveuse !
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Pour un retour en arrière... original...mes voix
Pour beaucoup comme moi...je concours avec ' À l'orée du futur ' si vous aimez

·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci pour la lecture et les votes. Je suis allée lire votre texte et j'ai voté !!Bon week-end
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
merci , bon WE à vous aussi !
·
Image de JiJinou
JiJinou · il y a
Léonardo voyage dans le temps, aux prémices, à l'origine, là où tous les rêves sont encore permis. Belle idée et votre écriture y participe. Mes voix pour ce texte bien pensé.
·
Image de Reveuse
Reveuse · il y a
Merci beaucoup
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Cela faisait bien longtemps que la fillette regardait par la fenêtre et que rien ne se passait. Elle se levait tous les matins, et, à peine son petit déjeuner avalé prenait son poste de garde ...