Le Rêve

il y a
1 min
43
lectures
0
Que regardes-tu jeune fille? Toi assise sur ce rocher, les mains jointes, peut-être que tu attends quelque chose de la vie? Tu as l’air si triste, seule, à regarder cet homme si fort, si beau et cette femme dans ses bras.
S’agirait-il d’une vision? Pourquoi as-tu l’air si désespéré, toi, si jolie aux cheveux couleur ébène, à la peau rosée telle une fleur naissante, au corps élancé, tu ressembles à une déesse grecque, tu es magnifique, si belle comme sortie d’un tableau de Botticelli mais si triste. Ce mirage, serait-ce toi et ton bien-aimé? Serait-ce seulement l’image de ce que tu désires le plus au monde, un être imaginaire qui n’existe que dans ton esprit? Qui sont ces deux fantômes?
Tu ne réponds pas, tu restes assise et tu regardes encore, évitant de détourner ton regard de peur de perdre ton rêve.
Tu sais jeune fille que nous arrivons seul dans ce monde et que nous le quittons seul. Ta solitude te pèse, elle te martyrise au point où tu préfères croire que ton rêve est une réalité, tu ne veux pas le laisser partir, tu le regardes en croyant le retenir toute une nuit, toute une vie. Même accompagnée tu ressens ce mal-être comme si ton monde ne t’appartenait pas, comme si ta place n’était ni ici, ni là mais bien dans ton mirage, tu ne trouves le repos que lorsque tu es assise sur ton rocher à regarder tes chimères.
Ta vie sans lui ne te convient plus, tu es partie rejoindre tes fantasmes le temps d’une nuit, le temps d’une vie.
Toi si belle, la Vénus des temps modernes, réveille-toi, le temps passe et le monde a besoin de toi, une fleur naissante aux pétales couleur d’ébène, montre-toi à la lumière du jour, le soleil deviendra ton meilleur allié et les ténèbres de la nuit reculeront devant tant de grâce.
Regarde la vie et oublie ton rêve, ne dépend plus jamais d’illusions, tu n’es et ne seras jamais seule, regarde vivre le monde, regarde-toi grandir et t’épanouir toi l’unique rose de mon petit prince.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Joindre les Debouts

Maia Acklins

Il faut joindre les debouts, avait-elle écrit. Les deux bouts, l'avait-on corrigée. Il faut joindre les deux bouts. Survivre, payer les factures, tenir bon. Non, non, avait-elle souri. Il faut faire... [+]