Le retour du prince

il y a
2 min
894
lectures
903
Finaliste
Public

"Rideau après rideau, la terre ouvrait son théâtre pour les jeux du jour et du monde", Joseph Kessel  [+]

Image de 2020
Image de Très très court

Le signal fut lancé ce jour-là, comme chaque jour, dans les ténèbres du monde. Le vent rugissait, les vagues déferlaient sur les falaises comme des taureaux furieux et de l'île, le phare diffusait son appel.

Il n'avait rien des constructions illustres d'antan. Aucune peinture n'en venait orner le flanc ni aucun oripeau flotter à son sommet. On aurait dit un édifice inachevé dont l'architecte aurait réalisé en cours de route la vanité, et se serait ravisé, car le temps est précieux au cœur des hommes.

L'homme conclut la manœuvre, fit le compte de ses réserves et sentit mourir en lui la flamme toujours plus vacillante de l'espoir tandis que les ombres l'envahissaient. Il n'avait plus besoin de lumière pour circuler dans cet étrange refuge vertical. Il en connaissait chaque marche, chaque porte, chaque linteau, comme on connaît par cœur le corps de l'être aimé.

Il ôta sa longue tunique, puis le bandeau qui tenait ses cheveux hors de son visage, et prit place sous la couverture avec  amertume. Personne aujourd'hui, personne hier, ni les neuf dernières années. Il lui restait de quoi émettre un mois, deux tout au plus s'il raccourcissait le signal et avec lui, les chances d'être trouvé. Comme chaque soir, il fit tourner à son doigt l'étrange bague dont il n'avait aucun souvenir. Gravée de runes indéchiffrables et sans éclat, il avait néanmoins l'idée qu'elle lui était précieuse.

La solitude était devenue sa condition ; parfois, quand il perdait patience et qu'il levait les bras vers le ciel, il croyait entendre le rire des dieux. Tant aimé autrefois - il entendait de plus en plus rarement le faible écho des clameurs lancées à son passage, dans un lieu perdu à sa mémoire  - il n'avait plus pour spectateurs que quelques coquillages et cormorans intrépides. Et son public se réduisait autant qu'il devait assouvir sa faim.

Ses souvenirs brumeux ne lui apportaient plus le réconfort des premières années. Les dernières images imprimées à son esprit étaient celles des vagues rabotant la falaise, inlassablement. Un jour, le phare disparaîtrait sous un dernier assaut d'écume. Serait-il là ?

Au matin, il jeta un regard de défi à l'océan. Il voulait se rappeler. Depuis quand était-il le gardien de ce phare ? Que gardait-il ? Il n'y avait rien autour que l'immensité de l'océan. Et qui était-il, lui, avant ?  Le ressac ne lui fournissait aucune réponse, pas plus que la bague dont il avait imaginé qu'elle pouvait être celle d'un marchand comme d'un souverain. La décision se prit malgré lui.

Depuis des jours - ou bien était-ce des mois ? - il ressentait un appel. D'abord doux, presque indistinct, il était devenu lancinant et aujourd'hui, il allait y répondre. Si les vagues l'appelaient, il leur remettrait sa vie. Il ôta sa tunique et son bandeau, fit tourner l'étrange bague à son doigt et déroula ses longs pieds sur la pierre rude.

Il jeta un dernier regard au phare, puis bondit dans l'océan, à la rencontre de lui-même. Tout se troubla en un instant. L'immensité qui se déployait sous ses pieds était étourdissante, le sel attaquait ses yeux ouverts, le courant jouait de son corps comme d'une poupée de chiffon.

Puis, il trouva un calme étrangement familier. Sa bague, terne depuis toujours, prit un éclat bigarré et chatoyant. Ses yeux parvenaient à accommoder sans douleur et, peu à peu, il trouva son équilibre parmi les ondes. Il vit l'île et son phare, à la surface, et tout cela lui sembla très loin.

Il se tourna vers les profondeurs et ne trouva qu'un camaïeu de bleu aux nuances infinies. Là, en leur cœur, là était la source de l'appel. Il se mit à onduler avant même de l'avoir décidé et piqua du nez vers les abysses. Son corps s'organisait comme d'après un réflexe enfoui, inaccessible à sa conscience.

Ce n'est qu'après plusieurs minutes d'émerveillement devant la vie foisonnante des eaux qu'il réalisa qu'il n'avait pas besoin de respirer. La terreur le saisit. Puis il sentit que sa respiration était devenue autre. Il continua de descendre, loin de l'île, loin de la lumière. Quand les ombres l'envahirent, il n'eut pas peur. Ce n'était pas très différent de la nuit dans son phare à cela près qu'il ne marchait pas, il ondulait.

Le temps avait disparu. Une grande sérénité caressait ses membres. Il savait, au fond, qu'il rentrait chez lui.

903

Un petit mot pour l'auteur ? 295 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Antoine GUIRAO
Antoine GUIRAO · il y a
Bonjour, j'aime ce texte fantastique, féérique très bien écrit!
De retour sur Short depuis peu, je regrette l'esprit de 2016.
La spontanéité, le partage...
Antoine GUIRAO
©AntonioDelAro
p.s.: si vous le souhaitez, prenez connaissance de Sérial Killer,

Image de Antoine GUIRAO
Antoine GUIRAO · il y a
Trés Beau texte!
au plaisir,
Antoine GUIRAO
©AntonioFDelAro
p.s.: je viens de terminer quelques nouvelles courtes

Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Fantastique. Un joli conte que j'aime. Ce fut un plaisir.
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Monique Feougier
Monique Feougier · il y a
Un conte merveilleux qui donne beaucoup d'espoir !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Belle chance pour ce conte insolite !
Image de AP3
AP3 · il y a
Merci Viviane !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Mon soutien renouvelé, AP3 ! +5
Image de AP3
AP3 · il y a
Merci à nouveau Jean !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
J’avais déjà beaucoup apprécié au premier tour l’univers sombre et atypique dans ce concours, de votre Prince des abysses et de son retour à ses origines. Je renouvelle mes voix et mon soutien !
Image de AP3
AP3 · il y a
Merci beaucoup Fred, un soutien confirmé, c'est précieux !
Image de Diane Delo
Diane Delo · il y a
Mon soutien !
Image de AP3
AP3 · il y a
Merci Diane !
Image de Lucyle Maurice
Lucyle Maurice · il y a
Joli texte et l’angle d’approche est original ! J’ai beaucoup aimé ! Merci du partage !
Image de AP3
AP3 · il y a
Ravi que vous l'ayez apprécié ! Merci pour votre passage !
Image de Champo Lion
Champo Lion · il y a
Comme votre héros,le texte ne "marche" pas...il ondule,avec un style (comme on dit en natation) remarquable et fluide
Oeuvre riche et attachante
Mes voix
Champolion

Image de AP3
AP3 · il y a
Merci beaucoup pour vos bons mots et votre soutien !