Le retour du Petit Prince

il y a
4 min
281
lectures
121
Qualifié

Prof de Lettres pendant de nombreuses années, l'âge de la retraite me laissa, enfin, le temps d'écrire. Mon site : www.nicolemallassagne.fr Ecrire, tenter d'approcher le réel, de dire  [+]

Image de 2020
Image de Très très court

Il s’était fait une joie de cette rentrée scolaire. Il serait parmi les grands, il apprendrait à lire, il comprendrait enfin tout ce qui l’étonnait autour de lui et qui lui faisait poser tant de questions. Pourquoi le soleil le jour, la lune la nuit ? Pourquoi le vent secoue les arbres ? Pourquoi le tonnerre gronde dans le ciel avec des éclairs ? Il découvrit une maîtresse qui criait toute la journée après ses camarades qui ne tenaient pas en place et n’avaient rien à faire des consignes que lui, suivait à la lettre, attendant en vain le calme pour poser toutes les questions qui dansaient dans sa tête. Déçu, il voulut rester chez lui, tranquille, il était grand on pouvait le laisser seul ! Ce ne fut pas possible. Il n’avait pas le choix, l’école était indispensable, obligatoire !
Heureusement, il se trouvait face à la grande baie vitrée qui donnait sur un parc. Il oublia la classe, la maîtresse, le bruit, passa ses journées dans les arbres, à repérer les oiseaux, à chercher les écureuils, à regarder les branches lui faire signe, il apprit leur langage à défaut de l’apprentissage de la lecture. Il finit par se faire repérer par la maîtresse ; il était sage, ne bougeait pas, ne bavardait pas, ne suivait plus aucune consigne, la tête ailleurs. Le premier trimestre arrivait à sa fin, aucune amélioration. Elle demanda à voir ses parents. Ils furent désolés d’apprendre que leur fils était continuellement dans la lune, souriant, la tête dans les étoiles ! Elle ne savait pas si bien dire !
Le retour à la maison fut terrible. Puisqu’il aimait les grands espaces, la lune, les étoiles, on allait le faire revenir sur terre. Il serait puni, devrait rester dans sa chambre, enfermé, on ne s’occuperait plus de lui jusqu’à ce qu’il change d’attitude ! Il sourit, de l’intérieur, prit un air catastrophé et partit tête basse dans sa chambre. Ils étaient drôles ces adultes, ils croyaient tout savoir et ne comprenait rien ! Sa chambre, mais c’était l’endroit qu’il préférait ! On ne s’occuperait plus de lui, mais il n’attendait que cela, qu’on le laissât tranquille ! Enfin de longs moments avec son meilleur ami. Sa chambre, un autre monde !

Cela faisait plusieurs jours qu’il conversait avec lui. Sa mère était partie en courant répondre au téléphone, oubliant sur le fauteuil, le Petit Prince qu’elle lui lisait.
Quel bonheur ce coup de fil ! Elle croyait bien faire en lisant de façon, particulière, mièvre, idiote dirait-il si ce n’était sa mère ! Elle le prenait pour un bébé !
Ce fut alors que Le Petit Prince oublié lui fit signe de le prendre. Il lui faisait signe du haut de sa planète mais ne pouvait bouger. L’enfant attrapa le livre, l’ouvrit, libérant ainsi le petit bonhomme qui sauta dans son lit en lui prenant le livre des mains qu’il lança au-dessus de l’armoire, avant de disparaître dans les couvertures au moment où sa mère entrait. Étonnée de ne pas retrouver le livre pour poursuivre sa lecture, c’était normal elle était partie avec en courant ! Elle sortit en claquant la porte, elle n’avait pas le temps de le chercher.
Il sortit des couvertures.
— Mais tu n’étais pas mort ?
— J’étais parti, c’est un peu pareil.
Alors il lui raconta.
Son retour chez lui, sa planète, sa rose. Son départ pour parcourir la terre, la bêtise des hommes était toujours d’actualité. Il en découvrit les effets ; guerres, inondations, famines, pollution, chaleurs desséchantes, feux gigantesques. Il ne trouva rien qu’un monde vide, un désert ! Il était mieux chez lui. Il se sentait encore plus seul que chez lui.
L’enfant l’écoutait subjugué, mais il ne comprenait pas. Pourquoi était-il revenu ? Chez lui il était seul, la terre était peuplée ! Le Petit Prince eut un grand soupir :
— Un monde sans valeurs est un désert !
C’est alors qu’il trouva son portrait sur un livre dans la vitrine d’un magasin, il venait de retrouver son ami, du moins le croyait-il. Il plongea dans le livre. L’aviateur racontait leur rencontre, mais il était absent. Il découvrit ce monde clos du livre. Un début, une fin. C’était étrange, à chaque lecture, il trouvait des sens différents, il découvrait d’autres visages de son ami absent. Mais une certitude, il savait que son ami l’attendait, il n’arrêtait pas de relire ses mots : «...écrivez-moi vite qu’il est revenu... »
Il se mit à le chercher, en vain, il eut encore un grand soupir :
— Un monde sans ami est un désert !
Il comprit aussi que par la lecture, le livre s’ouvrait, on libérait les mots. L’histoire prenait vie, sa rencontre avec l’aviateur tombé lui aussi du ciel, était immortelle. L’espace, le temps n’existait plus. Devant le visage surpris, inquiet, de l’enfant, le Petit Prince sourit.


Alors vous comprenez que cette punition tombait bien. Beaucoup plus de temps à passer ensemble ! Le Petit Prince, libéré de sa prison de papier pouvait à nouveau apprivoiser cet enfant craintif. Il lui appendrait l’amitié, l’amour, donc à accepter la souffrance, la vie.
Le Petit Prince libéré, pouvait se déplacer comme il voulait de planète en planète. Il en avait fait des progrès depuis son dernier voyage ! Il initia l’enfant, il n’était pas question qu’il le perdît dans l’espace... Il ne le retrouverait pas, voyageur galactique éternel. S’il restait près de lui dans son rayonnement, comme lui il se déplacerait et respirerait dans sa bulle de protection.
Chaque soir, quand la maison était endormie, ils partaient. L’enfant n’était pas dupe, il avait bien compris que ce n’était pas seulement pour l’entraîner en vue d’un voyage dans l’espace, mais pour rechercher son ami l’aviateur autour de la terre. Sa maman lui avait expliqué qu’il n’était plus, qu’il avait rejoint les étoiles, quand il avait demandé s’il avait écrit d’autres contes. Il le dit au Petit Prince.
— Je sais, mais je pense à lui en le cherchant ; il est avec moi.
Ils allaient pouvoir partir. L’enfant bien entraîné pouvait accompagner le Petit Prince abandonnant la terre et ses parents pour un temps indéfini. L’espace, le temps n’existait plus. Devant l’inquiétude de l’enfant le Petit Prince le assura. Il ne devait pas s’inquiéter, ses parents n’y verrait que du feu... il laissait à sa place un hologramme. L’enfant s’étonna. Oui il serait dédoublé, mais vraiment, ses parents n’y verraient rien, il ne serait pas une image de lui, telle que sur terre on le faisait, sa mère pourrait le toucher, l’embrasser.
— Il va aller à l’école à ma place ? Il va apprendre à lire ?
Oui, ce serait vraiment lui, il serait dédoublé. Il saurait d’ailleurs tout ce qui se passerait avec son double. Ce que son double, dirait, ferait, mangerait...
L’enfant était ravi, à l’école et en vacances en même temps ! Son double apprendrait à lire, à compter, à l’école, pendant que lui trouverait la réponse à toutes ses questions, en voyage dans l’espace, la tête dans les étoiles.

Le Petit Prince sourit, c’était souvent ainsi dans la vie, on est à un endroit on s’évade par la pensée ailleurs...
Pourquoi était-il revenu ? Pour la même raison qu’il était reparti chez lui ! Il avait été inquiet pour sa rose, il était inquiet pour son ami-aviateur, il serait inquiet pour son ami-enfant.

Ce matin le réveil fut difficile. On était déjà en retard pour l’école. L’enfant sortit de ses rêves, ouvrit un œil, sourit à sa mère qui quitta sa chambre en lui conseillant de se dépêcher, elle allait préparer son petit déjeuner. Il s’assit, se frotta les yeux, releva la tête, son regard se figea. Sur le fauteuil, le Petit Prince retrouvé, perché sur sa planète, les mains dans sa salopette verte, le regardait, immobile.
Il courut vers sa mère qui le prit dans ses bras. Elle le déposa sur sa chaise pour le petit déjeuner, on était bien en retard ce matin ! Assise en face, elle le regardait d’un air étonné.
— Mais qu’as-tu fait à tes cheveux ? Ton épi a changé de côté !

121

Un petit mot pour l'auteur ? 58 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Très joli!
Chacun a eu le prince qu'il se voulait.
Je vous invite à soutenir :
« DIGOINAISES… » qui est en finale.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/digoinaises-corps-et-ame
Il ne reste que 2 jours.

Image de Nicole Mallassagne
Nicole Mallassagne · il y a
Merci, je vais voir votre poésie.
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Très sensible. Une pointe de st Exupéry j'adore.
Je vous invite sur une petite poésie
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-songe-5
prenez soin de vous
Michaël

Image de Denis Delepierre
Denis Delepierre · il y a
Un texte très mignon, assorti d'une belle réflexion sur le pouvoir de l'imagination, des rêves, ainsi que sur cette facilité d'évasion que l'on éprouve lorsqu'on est enfant. Cela m'a rappelé le temps que je passais dans ma chambre à lire et à rêver des mondes que je m'efforce d'écrire à présent... Merci pour ce beau souvenir! Votre écriture fluide et imagée est très agréable. Je vous invite à visiter le monde des Pêcheurs de nuages, si le coeur vous en dit: https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/tranches-de-nuages Au plaisir de vous lire!
Image de Nicole Mallassagne
Nicole Mallassagne · il y a
merci pour ce bel encouragement. Je vais lire votre texte.
Image de Guy Alvergne
Guy Alvergne · il y a
Bravo ouvrage pour petits t grands
Image de Régis Volle
Régis Volle · il y a
Bravo ! Il est difficile de revisiter Saint Ex sans le parodier... plus que plaisant !
Image de Nicole Mallassagne
Nicole Mallassagne · il y a
Merci, pour découvrir d’autres textes : www.nicolemallassagne.fr
Image de Régis Volle
Régis Volle · il y a
Bravo ! Il est difficile de revisiter Saint Ex sans le parodier... plus que plaisant !
Image de Régis Volle
Régis Volle · il y a
Bravo ! Il est difficile de revisiter Saint Ex sans le parodier... plus que plaisant !
Image de FRED34
FRED34 · il y a
Pour donner envie de lire aux petits et aux grands.
Image de Nicole Mallassagne
Nicole Mallassagne · il y a
merci. Pour lire d'autres nouvelles : www.nicolemallassagne.fr
Image de Florence Jouniaux
Florence Jouniaux · il y a
Bel hommage à Saint Exupéry ! Toutes mes voix !
Image de Nicole Mallassagne
Nicole Mallassagne · il y a
merci. Pour lire d'autres nouvelles : www.nicolemallassagne.fr