1
min

Le ramasseur de cailloux

Image de Sibipa

Sibipa

330 lectures

236

Quand j’étais enfant, je voulais être ramasseur de cailloux. Cette passion m’a occupé pendant quelques années et a encombré la maison familiale. Je n’étais pas du genre à me balader la tête en l’air, à m’extasier sur la couleur du ciel où à m’émerveiller devant le paysage. Non, moi ce qui m’intéressait, c’était ce qui se trouvait au niveau du sol. J’avais la chance d’habiter entre terre et mer, foulant de mes pieds attentifs la plage où la forêt. Dès que j’avais un moment de liberté, je m’échappais, le dos rond, la tête en bas, avançant en mode tortue à la recherche de la pierre inconnue. Parfois je m’accroupissais, le regard accroché par une forme où une couleur. Je prenais le caillou délicatement, le soupesait, le réchauffait dans la paume de ma main caressant son dos offert de mon pouce. La texture se révélait alors lisse où grumeleuse cachant dans ses aspérités les blessures du passé. Je l’enveloppais dans un mouchoir puis le mettais dans ma poche. La collecte se terminait quand les poches étaient pleines et il n’était pas rare de me voir rentrer les mains encombrées. A cette époque je n’étais pas très sociable, les sorties scolaires m’ennuyaient. J’étais toujours à la traîne et au premier virage le groupe disparaissait pendant un moment. J’aimais ce moment d’oubli où le silence prenait la place du bruit des voix qui s’emmêlaient. Je respirais profondément ayant le sentiment de pénétrer dans un autre monde, un monde de sensations où les cinq sens étaient rois. La respiration pour sentir la paix, la vue pour explorer le sol, le toucher pour ramasser le caillou, le goût de la satisfaction d’en avoir trouvé un et l’ouïe qui donne l’alerte au retour essoufflé de la maîtresse.
Maintenant que je suis adulte, Je suis devenu ramasseur de peines. J’explore l’intérieur des gens. Comme j’avais fait le tour du dehors quand j’étais enfant je suis entré dans le dedans. D’abord je vois le kaolin de leur visage, j’écoute les rochers de mots qui pèsent, je sens leur peine ardoise qui remonte à loin, Je touche les galets qui roulent sous leurs pas et qui m’échappent aussi et puis au fil du temps et des rencontres, certains d’entre eux goûtent au granit.

PRIX

Image de 4ème édition

Thème

Image de Très très courts
236

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Moi aussi, je fus ramasseuse de cailloux, toujours trop lourds à rapporter de voyage! Maintenant je vais admirer les magnifiques pierres du monde lors des salons des minéraux et je ne rapporte plus qu'une seule pierre de mes voyages, je les prends puis les repose sur le sol, leur maison natale... J'ai beaucoup aimé votre texte qui regarde à l'intérieur des âmes pour en déceler les gemmes cachées... Bravo...
·
Image de Sibipa
Sibipa · il y a
Je commence aussi à rendre les cailloux à dame Nature. Merci pour votre gentil commentaire
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
L'étude de son environnement dans la beauté d'un cailloux qui découle sur l'envie d'étudier l'âme humaine. C'est beau et très optimiste. Bravo Sidiba ! Si ça vous tente http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-prix-imaginarius
·
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
ds images, des émotions ..on ne peut qu'aimer
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'aime bien le côté sensoriel de votre texte qui engage non seulement l'esprit mais le corps entier.
·
Image de Flore
Flore · il y a
la compassion commencée dans l'enfance, les cailloux représentaient quelque chose, des traces, des témoins...maintenant c'est l'empathie qui le conduit sur le chemin de la vie. Bravo.
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Je ne sais pas pourquoi il n'y avait pas le choix entre 1 et 5 voix. Je n'ai pu en mettre qu'une alors que je voulais en mettre 5.
Cela me peine, car j'aime cet enfant qui, devenu adulte, prend soin des autres et sait voir ce qui se cache derrière les visages.

·
Image de Flore
Flore · il y a
Je me suis posée la question moi aussi, c"est parce que c'est un texte de la Matinale de l'an dernier...
·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Mystère résolu :)
Merci Flore.

·
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Très très beau
·
Image de Francine Lambert
Francine Lambert · il y a
Je me suis reconnue dans cette cueillette et ai beaucoup aimé ce texte, en particulier l'évocation des sensations générées par une trouvaille, mon vote !
Et je vous invite à découvrir mes deux finalistes ( prix du printemps) " Majeure " et " Imparfait " . . . à bientôt !

·
Image de Thara
Thara · il y a
J'ai adoré votre texte, et surtout le dernier paragraphe !
·
Image de Alain Adam
Alain Adam · il y a
Mon vote pour les petits cailloux que l'on sème derrière soi!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur