Le Prince Retrouvé

il y a
4 min
105
lectures
68

Comment dire...24h pour écrire et envoyer avant minuit dimanche soir une histoire sur le thème le 'Prince Oublié'...pas évident mais j'ai réussi! Jamais en panne de belles histoires inventées ;)  [+]

Image de 2020

Thème

Image de Très très court

Moi, je connais bien une légende qui parle d’un Prince Oublié. Si je cherche un peu plus dans ma mémoire et que je me concentre pour me rappeler son histoire, alors, je crois que je peux vous la raconter.
Il était une fois, au fin fond de la grande vallée d’Éla, dans la plus ancienne et la plus mystérieuse de toutes les forêts du Nord. Là où les arbres et leur tronc prennent des allures déformées et où leurs branches déployées ne laissent plus aucun rayon de soleil passer, vivait encore, si l’on pouvait encore appeler ça vivre, un homme, que dis-je, un ancien Prince prisonnier dans un bloc de pierre ajusté à sa taille et à ses formes. Cela faisait bien des années déjà qu’il avait été transformé et qu’il n’était devenu, comme dans certains contes de fées, qu’un triste et lointain souvenir du passé pour tous les habitants du grand royaume Des 7 fées.
C’était sans doute le prix à payer pour avoir voulu jadis aimer celle qui faisait battre son cœur, et tuer avec son épée le grand Dragon de Tule, pour ainsi délivrer sa bien aimé. Mais celle qui avait les yeux brillants, couleur océan, et qui l’avait fait chavirer comme un bateau sous une tempête dans l’océan, avait un cœur aussi dur que la pierre de son carcan. Malicia la dangereuse, lui avait-on dit, Malicia la belle sorcière ! L’avait-on prévenu. Elle ne fera de toi qu’une bouchée après que tu l’aies délivrée ! Elle te transformera et disparaîtra ! Mais il ne suffit pas de dire ou de prévenir, le cœur n’a ni de conseil à recevoir ni d’interdiction à suivre ! Il ne fait que s’écouter, il n’en fait qu’à sa tête et celui du jeune prince, en toute hâte, n’avait pas pris le temps de la voir vraiment, il avait, comme on dit par chez nous, couru aussi vite qu’un cheval libéré de son destrier, le regard droit et figé.
Mais malgré cette malédiction, le jeune Prince Oublié continuait sous la fine couche de roche, à vivre et à respirer. Car au fond de lui, même après avoir été transformé, il ne pouvait se résoudre à ne pas croire aux contes de fées.
Jusqu’au jour où, un après-midi d’automne, une jeune fille nommée Orélia, aussi têtu qu’un lièvre de campagne et aussi curieuse qu’un félin sauvage des bois, traversa l’épaisse forêt et arriva par hasard à son chevet.
Le visage du jeune Prince était encore intact sous la couche de pierre.
Elle posa son panier en osier d’où ressortaient des brins d’herbes et des plantes sauvages qu’elle venait de ramasser et elle souleva la grande capuche qui cachait son minois.
« Qu’est-ce donc ? » demanda-t-elle, d’une voix aussi douce que le doux murmure du vent.
« Ne serait-ce pas ce grand et vaillant jeune Prince Oublié ?! » répondit la petite souris cachée dans ses longs cheveux bouclés.
« Le Prince Oublié ? » répéta Orélia. La jeune fille connaissait bien cette vieille histoire que sa grand-mère aimait tant lui raconter quand elle était petite, mais n’était-elle pas qu’une légende ?
« Alors comme ça, il existe vraiment ! » souffla t-elle.
« Oui, enfin, comme tu peux le voir, il a jadis existé ! » répondit la petite souris.
Orélia s’approcha de la grande statue de pierre. Elle avait l’impression que ses yeux venaient à peine de bouger et que ses lèvres à moitié ouvertes venaient de lui murmurer quelque chose.
Sa main se posa au niveau de sa poitrine. Elle sentit un mouvement, un va et vient léger, comme un cœur qui faisait encore Boum Boom, Boum Boom. Il était lent, très lent, mais constant, il tapait sur la pierre et résonnait jusqu’à sa main, jusqu’à son bras.
« Je...je crois qu’il est encore en vie ! Je crois qu’il vit encore à l’intérieur ! » cria soudain Orélia.
La minuscule souris tournicota autour de son bras et grimpa sur l’épaule du jeune prince. Elle gratta avec ses griffes dans le creux de son oreille durcit et lui chuchota :
« Prince oublié, légende ou réalité ? si tu veux qu’on ne t’oublie pas alors bouge un doigt ! »
Le Prince bougea un doigt, deux même !
« Tu as raison ! Il vit encore! » s’écria la petite souris.
« Orélia, tu dois le délivrer, tu dois ramener à la vie le Prince Oublié ! »
La jeune fille recula de deux pas.
« Mais comment faire ?! Nous ne sommes pas dans un conte de fées ! Je ne peux, je ne peux... »
« L’aimer ? » dit une voix sortit de l’ombre.
Le visage de la créature était caché par un masque de feuilles séchées. Sa longue robe verte et épineuse traînait derrière elle sur la terre humide.
« As-tu donc peur de l’amour Demoiselle ? » demanda-t-elle à Orélia.
« Jamais ! » rétorqua la petite souris.
« Hum, je vois que tu es bien accompagnée. Tu as raison, on se doit toujours de garder auprès de soi un ami fidèle ! »
« Que voulez-vous ?! » demanda Orélia.
« Je ne veux que ton bonheur et le sien ! » La créature des ténèbres montra la statue du jeune Prince du bout de son ongle tout entortillé.
« Et le sien m’appartient. Alors partez au plus vite, partez aussi loin que vous pouvez, rentrez chez vous et laissez le Prince Oublié là où il est ! »
Orélia regarda la statue encore une fois. Elle ne savait pas pourquoi ni comment mais ressentait encore dans la paume de sa main son cœur battre lentement. Elle ne pouvait plus fuir maintenant, quelque chose en elle s’était éveillé.
« Et si je ne le souhaite pas, et si je reste ici auprès de lui, qu’allez-vous faire ? » dit-elle en défiant son regard.
Le masque végétal de la créature tomba à terre.
« Petite effronté ! Oses-tu défier ainsi Malicia la dangereuse sorcière ! »
Ses yeux brillaient comme un phare dans la nuit, ils étaient beaux et grands, si grands qu’on pouvait facilement se plonger dedans.
« Orélia ! Fais attention ! Ne la regarde pas ou tu ne seras plus comme avant !» cria la petite souris en se cachant dans la capuche de la jeune fille.
Mais Orélia savait déjà, elle connaissait très bien la légende du Prince Oublié et celle de sa bien-aimée, la maléfique et ténébreuse créature de l’ombre.
Immobile, à la recherche de ses souvenirs les plus profonds et des histoires les plus lointaines, elle tentait de trouver la solution.
Ne la voyant pas déguerpir comme l’aurait fait n’importe quelle autre jeune fille, Malicia ouvrit les bras doucement et récita une terrible incantation.
« Par la magie que j’ai entreprise, par l’esprit qui me suit, ouvre encore une fois tes bras et transforme-la ! »
A ces mots, Orélia bondit sur la statue du Prince Oublié et posa ses lèvres contre les siennes. Une lumière vive et lumineuse transperça alors le corps du jeune prince et brisa son enveloppe de pierre.
Épuisé, il tomba à genoux. La sorcière hurla comme elle ne l’avait jamais encore fait. Les nuages gris se précipitèrent au-dessus d’elle et formèrent un ouragan d’éclairs. Le vent s’était levé, la pluie commença à tomber et les arbres à craquer. Le jeune prince leva alors les yeux vers elle et dans un dernier élan brandit son épée mais chuta au pied d’Orélia.
« Un prince ne peut me battre ! » hurla-t-elle. Son visage n’était plus le même, et ses yeux, ses yeux n’étaient plus bleus mais noirs, noirs comme la nuit.
« Un prince seul ne peut te battre mais un prince et une princesse réunis oui ! »
Orélia aida le prince à se relever et avec toutes leurs forces, ils la lancèrent directement dans le cœur de la sorcière.
Un gémissement sourd retentit alors dans toute la forêt et jusqu’au royaume des 7 fées.
« Je savais qu’un jour, une princesse viendrait me délivrer... » murmura le prince en tombant à terre.
Orélia s’agenouilla près de lui et posa sa main sur sa poitrine. Même à travers son armure, elle ressentait son cœur battre. Il battait vite, très vite.
« Et moi je savais que les princes au fond existaient vraiment... » répondit-elle timidement.
Leurs regards se croisèrent enfin, et les yeux dans les yeux, aucun mot ne pouvait expliquer ce qu’ils ressentaient à ce moment-là, seul le cœur savait.

68
68

Un petit mot pour l'auteur ? 19 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ozias Eleke
Ozias Eleke · il y a
Fabuleuse histoire ! J'ai adoré. Ce fut un plaisir Stéphanie
Je vous prie de lire mon texte pour le compte du Prix des Jeunes Écritures https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/homme-tas-le-bonjour-dalfred

Image de Eric Lelabousse
Eric Lelabousse · il y a
"Un jour, mon Prince viendra…" Texte très réussi, j'"ai aimé. Bravo
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Une jolie histoire plaisante à lire. J aime bien la petite souris
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
De la douceur dans ce vrai conte pour enfants ; et un peu les grands aussi ☺☺☺
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
Un joli conte.
Pourquoi les sorcières meurent-elles toujours à la fin ?

Image de Mlb Angel
Mlb Angel · il y a
Très joli et émouvant. Si vous voulez voir le mien c'est des rêves dans les étoiles de mlb Angel mes voix
Image de Elalis
Elalis · il y a
Un conte très touchant. Merci pour ce joli moment.
Image de Chantane P.
Chantane P. · il y a
très joli conte, belle plume
Image de JARON
JARON · il y a
Bonjour Stéphanie une belle histoire très agréable à lire et dans laquelle on se laisse porter. Mes voix avec grand plaisir. Si vous avez un instant pour découvrir mon conte "rêves d'orient" vous êtes la bienvenue. En attendant, je vous souhaite une belle année 2020. https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/reves-dorient
Image de Orélie Bouveyron
Orélie Bouveyron · il y a
💚💛🧡