3
min

Le prince blanc

Image de Robert Patte

Robert Patte

119 lectures

126

En cette saison hivernale, je parcours toute la terre, mon voyage annuel. De la grosse pomme, où j'ai semé la joie des petits américains, en la saupoudrant de blanc, je suis ensuite allé m’agripper aux chutes du Niagara que j'ai trouvées bien fatiguées par le spectacle incessant qu'elles fournissent en chantant aux visiteurs enchantés. C'est pourquoi, pour leur donner des vacances bien méritées, sur elles j'ai soufflé mon haleine la plus glacée. D’un mouvement enveloppant je les ai sculptées en stalactites aux bulles explosives de diamants étincelants. Des Etats-Unis, je me suis éclipsé pour me faufiler en France. Cette nuit me voici arrivé dans un adorable petit village isérois parmi tant d’autres. Je le surprends dans son simple appareil et il me semble seul, triste, misérable et dénudé. Ses arbres au maintien superbe, tendent vers les nues leurs bras décharnés que le vent agite comme un fanion désespéré. Je comprends qu'ils appellent à l'aide. Sous la lune limpide et froide, les toits des maisons s'assombrissent, les maisons elles-mêmes disparaissent ou se cachent dans l'ombre ténébreuse. Moi, qui adore le mouvement, je vis cette immobilité comme une rigidité cadavérique d’autant que dans cette contrée, une vie trépidante bouillonne à l’accoutumée. Alors, comme l’éclair, de son fourreau je tire mon épée magique, je m’élance vers l’Abbaye de Saint Martin, je survole en rase motte son esplanade, tout en balançant de droite à gauche, de bas en haut, ma rapière ondulante et tourbillonnante. L’espace s’illumine. Mon manteau moutonne en silence le vaste espace sacré d’un blanc duvet papillonnant. Je m’envole vers le clocher de l’imposant édifice, remarquable trésor Gothique et d’un coup de moulinet en colimaçon, j’enrobe la totalité de sa pointe d’une capeline de mousseline, laissant glisser sa traîne à ses pieds. Les sapins jaillissent du sol comme de gigantesques plumes blanches. Leurs fines aiguilles plongées dans l’immensité céleste, percent les nuages pour se parer davantage encore de leurs volatiles duvets. Je survole ainsi la plaine, les vallées, les cheminées qui fument, je les arrose d’averses blanches. Je reprends mon souffle en plongeant mon regard admiratif sur tout le paysage environnant. Mais stop à la contemplation ! Je dois poursuivre mon périple, m’activer pour atteindre les pistes de ski avant huit heures. Zou !! Un grand coup de Moulinet et me voilà sur les nobles cimes des Alpes. Le soleil se lève, étire ses longs bras enlaçant doucement leur taille. Elles semblent rougir de plaisir. Eh ! Doucement l’ami lui dis-je, ne les chauffe pas trop, calme tes ardeurs, elles vont fondre sous tes caresses, tu sabotes mon travail ! Heureusement que nous avons de bonnes relations tous les deux. Il a compris. Il me fait un clin d’œil par l’entremise d’un tout petit nuage complice qui passe devant lui. Je déverse alors des seaux de poudreuse, en veux-tu ? En voilà ! Le soleil a replié ses bras. Il me laisse aller et venir, blanchir partout, les couches s’amplifient, se gonflent d’orgueil, les pistes organisent un concours de beauté. Quelles sont celles qui vont attirer le plus de monde ? C’est le moment de vérité. Depuis ma principauté de Blanche Poudre je vois les portes de l’hôtel expulser des sortes de fourmis de toutes les couleurs : en voici une rouge, deux vertes, quatre blanches, six jaunes, elles glissent les unes vers les autres. Paf ! Elles tombent, se relèvent, glissent à nouveau, se bombardent avec mes boules blanches fabriquées à la chaîne. A quelle équipe la victoire ? D’autres fourmis, plus grosses celles-là, tournent, se renversent, se redressent, forment des rondes, se poursuivent, lèvent les bras en hurlant, puis filent tout droit dans leurs luges en dévalant la pente. Un groupe de quatre, plus minuscule que le premier, sculpte un gros bonhomme blanc. J’aimerais bien me joindre et jouer avec ces sortes de fourmis. J’enfourche ma rapière, et après un virage de cent quatre-vingts degrés je me retrouve perché sur un tremplin proche de l’hôtel. J’espère que personne ne me verra. Mais qu’est-ce que je raconte, ne suis-je pas invisible aux yeux des humains ? Oui, des humains, mes fourmis étaient des humains et leurs enfants. Bref ! En voici un. Bien équipé, il interpelle ceux qui hésitent encore : « Allez ouste, sortez vos Fats, il y a de la peuf ! » Il donne l’exemple. Chaussé de ses larges skis, il évolue avec une facilité digne d’une libellule. Il flotte littéralement sur la poupou. Il gagne le tremplin et hop ! Il attrape son ski en plein saut et réussit son Grab. Emerveillés, séduits, tentés, d’autres le rejoignent et glissent par dizaines, sur leurs Fats ou leurs snowboards. Les Riders réalisent Flip, Mute, rotations diverses, les spectateurs envahissent l’esplanade, applaudissent de partout, tandis que certains, aspirés par le ciel devenu bleu et le soleil des cimes enchanteresses, se précipitent sur les cabines et les téléskis. Les nouveaux arrivants suivent le mouvement de cette balade des gens heureux. Quant à moi, mission accomplie ! Tout au moins pour cet adorable coin de France. Et pour les autres j’y cours immédiatement avant de rejoindre mon Paradis blanc. Salut les drivers et à l’année prochaine !

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
126

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fabregas Agblemagnon
Fabregas Agblemagnon · il y a
belle déambulation. vous pouvez me lire si posssible (https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/amour-impossible-12)
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
belle balade dans la poudreuse , mes voix
moi j 'ai , 'le chasseur alpin ' si vous aimez

·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Comme un conte de fée cette blanche neige ...
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
cette belle balade des gens heureux me réchauffe le cœur et me prend les voix
·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
merci Elena de votre si gentil commentaire
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Un texte bien écrit, l'idée est bonne et bien menée. Mon soutien.
Juste sur la forme, l'écriture au km c'est dommage, une mise en forme aurait pu être bienvenue.
Si vous souhaitez passer par mes lignes,... Bonne fin de journée

·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
Je ne vois pas ce que vous appelez l'écriture au Km mais je vous remercie de votre commentaire. Je vais effectivement aller voir vos lignes.
·
Image de Maggydm
Maggydm · il y a
Je veux dire sans paragraphe, tout à la suite... Je n'ai pas l'habitude de lire les textes sans paragraphe. Ce n'est pas un reproche, juste un constat sur ma façon de lire...
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Un texte bien mené, étourdissant. Bravo!
·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
Merci Abi pour votre encourageant commentaire. Votre enthousiasme me réchauffe le cœur.
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
Une bien belle histoire et super bien écrite ! Bravo, Robert, voici mes 5 voix ! Je vous invite à soutenir mon texte «  You Hanoï Me Part 2 » en lice pour la finale poésie !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/you-hanoi-me-part-2

·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
je suis heureux que vous soyez choisi pour la finale et je vous remercie Jean-Baptiste pour votre commentaire et vos cinq voix, je suis heureux que mon histoire vous ai plu. Je vais vous lire et vous soutenir.
·
Image de Jean-Baptiste van Dyck
Jean-Baptiste van Dyck · il y a
MERCI !
·
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
On est emporté dans des tourbillons de neige, tout le texte est en mouvement, l'Isère est peu présente, il faut dire aussi qu'elle est complètement recouverte de neige, même le clocher de l'Abbaye de Saint-Martin !!! On n'y voit goutte sauf les fourmis de toutes les couleurs. Mes 3 voix pour ce texte écrit de main de maître !
Je vous invite à lire le Lac de la Muzelle http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lac-de-la-muzelle, qui vient d'être mis en lice... (c'est beaucoup plus calme...)

·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
Merci Anne-Marie le suis heureux de vous avoir emprtée dans ces tourbillons de neige. Je vais vous lire.
·
Image de Rorolilou
Rorolilou · il y a
Je viens de lire le texte ,bravo c'est magnifique . Cela fait rêver ....
·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
Merci Rorolilou. Je suis très content qu'il vous ai plu.
·
Image de Ray647
Ray647 · il y a
Joli teste, très poétique.
·
Image de Robert Patte
Robert Patte · il y a
merci. Je suis heureux qu'il vous plaise.
·