La porte rouge

il y a
1 min
14
lectures
1

Bonjour à tous, Je vous remercie de lire mes histoires et je serais ravie d'avoir vos commentaires et retours, qui m'aideront je l'espère à m'améliorer pour mes prochains écrits. Bonne  [+]

Je passais tous les jours devant cet immeuble à la façade défraîchie. Les volets étaient toujours clos et ne gardaient que les vestiges de leur couleur passée. Seule la porte dénotait étrangement. Elle était d’un rouge flamboyant, sans aucune poignée, et c’est ce qui intriguait le plus. Je passais devant chaque jour, sans jamais voir quelqu’un entrer ou sortir.
Ce lieu de passage plein de mystère était devenue une véritable obsession.
J’ai commencé à attendre quelques minutes devant cette porte close, puis plusieurs heures. J’en ai perdu la notion du temps.J’en ai perdu mon emploi, mes amis, et même ma vie.
Cette obsession ne faisait que grandir. J’attendais, patiemment. J’attendais debout devant la porte. J’attendais assise sur le banc sur le trottoir d’en face.
Je passais devant la porte, faisais le tour du quartier, espérant que quelqu’un, quelque chose, sorte enfin par cette porte, devenue l’objet de tous mes désirs.
Je passais devant la porte, me retournais brusquement dans l’espoir de surprendre ce qui se cachait dans cet immeuble, derrière cette porte.
Des heures, des jours, des mois, des années ? Je n’en ai pas la moindre idée. Cette porte m’avait perdue.
Mais cette longue et insatiable attente a un jour été récompensée La porte rouge s’est ouverte. Sans aucun bruit. Rien ni personne n’est sorti. il n’y avait aucune lumière, aucun mouvement. Le clé du mystère était là, à portée de mes pas.
Sans aucune hésitation je suis entrée et la porte s’est refermée derrière moi.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Marie

Élodie Torrente

« La dernière fois que j’ai vu Marie, c’était en fin de journée, hier, dans le bureau que nous partageons depuis cinq ans. Elle était exaltée comme jamais. Elle préparait ce voyage... [+]