Le pôle Nord

il y a
2 min
49
lectures
2
Avoir un talent inné pour se mettre dans des situations catastrophiques n'est pas donné à tout le monde. Pour ma part, j’ai tendance à penser que je les attire. Peut-être même bien que c’est moi qui suis attirée par elles.
Bref.
J’étais en couple depuis trois ans, on venait de prendre un chien et un crédit voiture.
Ça vous laisse imaginer le degré d’engagement.
Comme l’a écrit un auteur que j’aime beaucoup, dont le nom commence par B et finit par eigbeder, l’amour dure trois ans.
Nous y étions.
Trois années dans lesquels je me suis investie sans relâche, car je me disais :” Lui, c’est le bon ! ”. Avec lui je pourrais avoir des poissons, peut-être même des bébés. Mes fesses oui ! Au bout des trois ans, j'ai trouvé le chéri au lit avec sa nouvelle secrétaire qui n’était autre que ma meilleure amie.
Tout de suite, elle n’a plus été ni meilleure ni amie.

Donc c’est là que j’ai pris une décision. Tout plaquer. J’ai retourné les sites d’emplois en quête d’un boulot original et éloigné.
Très éloigné.

C’est après quelques jours de recherche que j'ai trouvé une petite annonce : “Recherche infirmière diplômée d’état pour superviser une mission d’étude sur les pingouins au pôle Nord.”
Ça tombait bien étant donné que je suis infirmière.
J’ai sifflé une bouteille de blanc et envoyé un Curriculum vitæ ainsi que ce qui s’apparentait à une lettre de motivation.
Le problème c’est que j’ai été prise quasi de suite.

Panique à bord !

Je déteste le froid. J’en ai une sainte horreur.
Trop tard, je ne pouvais plus me défiler.
Il a donc fallu que j’y aille. Les gens sur place étaient adorables. Vraiment. J’étais épuisée par le changement de rythme. Énervée en repensant à mon ex. Heureuse en me disant que j’avais au moins échappé au mariage. Et eux ils avaient la banane et me la donnaient.

L’effet pingouin est tout de même surprenant.

Un soir avec Hélène, une jeune femme adorable et passionnée par la mission, nous avons décidé de nous faire une soirée, un moment relâche alcoolisé et musical.
Nous sommes partis en vadrouille dans les locaux afin d’organiser la petite fête et c’est là que nous sommes tombées sur Will.
Ce type je l’avais croisé à plusieurs reprises, mais il ne restait jamais avec le groupe. J'ai passé ma tête dans l’encadrure de la porte et Hélène m’a violemment tirée en arrière.

-Lui, laisse le.
-Ben non!
Je me suis dégagée de sa poigne et j’ai avancé vers l’homme d’une trentaine d’années qui tenait un verre rempli d’un liquide ambré dans sa main droite. Il était de dos et a grogné un :

-Dégage.
-Sympa l’accueil !
-J’ai dit dégage.

Je me suis approché la main tendue.

-Salut, je m’appelle Léa.
J’avais accroché mon plus beau sourire, mais le fameux Will s’est violemment retourné.

-Écoute-moi bien, Léa, je pense avoir été clair dans ma demande, je n’ai aucune envie de faire la discussion avec une petite infirmière française coincée qui ne connaît rien ni à la vie ni à la souffrance. Alors, retourne d’où tu viens, ta soif de nouveauté a été rassasiée. Tu vas pouvoir dire à ton entourage que tu as vécu une aventure humaine extraordinaire. File vite rejoindre ta petite vie tranquille de fille de bonne famille et arrête de me casser les...
Je vous passe les détails.
Mon sang n’a fait qu’un tour. Mon bras s'est armé sans que je m’en rende compte.
BAM.
Et voilà.
C’est ainsi que j’ai tapé un alcoolique au Pôle Nord.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Alain Leclerc
Alain Leclerc · il y a
Bien aimé et bien fait !
Image de Julia By-We
Julia By-We · il y a
Merci Al'