1
min

Le poids des mots

Image de Maxence GAILLARD

Maxence GAILLARD

2 lectures

0

Mon ami Jules était de ceux que l'on qualifie volontiers d'esthète. J'entends par là qu'il vouait un véritable culte au beau. Ce qui le passionnaient c’était les mots. Il se plaisait à répéter qu'un beau mot soulage tous les maux. Et pour l’érudit qu’il était, cela n'avait rien d'un mauvais jeu.
Cependant, tous ces mots ont en vérité pansé moins de plaies qu'il ne se plaisait à le penser ! Bien au contraire !

Car cela relevait chez lui de l'obsession. Il n'était une conversation, quelle qu'en soit sa nature, qui n'échappait à sa maladive nécessité de redonner leurs lettres de noblesse à des mots tombés dans l'oubli. Cette course effrénée à l'esthétisme linguistique l'avait conduit rapidement à la conclusion suivante : selon lui un beau mot était un mot rare. Dès lors on ne l'entendit plus parler d'impertinence mais d'outrecuidance, ce qui était trompeur devenait spécieux et il ne fallait plus désapprouver mais bien mieux vitupérer !

Malheureusement, d'aucuns y ont vu l'expression d'un snobisme réactionnaire. Une forme de déclaration de guerre à des siècles d'évolution de la culture française et de sa langue ! Et si pour lui cette quête était pourtant bien plus spirituelle que politique, ses détracteurs le mirent, sans mâcher leurs mots, face à un dilemme à faire pâlir Corneille lui-même : que son appétit pour le beau et le rare s'aiguise désormais sur un autre art que la parole, faute de quoi ils la lui couperaient - la parole j'entends.

"Pas de quoi me donner des maux de tête", pensa-t-il. Jusqu'à ce qu'un de ces hommes lui suggère de sérieusement peser le pour et le contre. Jules le prit à la lettre et le pauvre finit écrasé par le poids de ces mots...

Une femme avisée a dit un jour : "Ne cherchez pas le mot rare, trouvez le mot juste". Je crois, comme Jules l’a appris à ses dépends, que c'est même une question de vie ou de mort !
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,