Le pirate et le romancier

il y a
1 min
15
lectures
2

« Dans mon engin-soupière », « De vie à treize pas », ou encore « Satanique ta mère » : aucune de ces histoires n'a été écrite par l'auteur... qui s'en félicite  [+]

Image de Été 2020
Un jour, j'ai été piraté.
On m'a volé tous mes fichiers.
On m'a volé vie passée et des photos presqu'oubliées datant d'avant ma fille aînée (ma fille unique et tant aimée), les photos du chien décédé, les vacances au mois d’août l'été.
On m'a volé tous mes sonnets, mes refrains et puis mes couplets.
Quelques chansons enregistrées avec un ami trépassé.
Les trois-quarts à retravailler de mon roman inachevé.
Quelques nouvelles et essais.
J'avais perdu à tout jamais ce que je n'avais pas couché matériellement sur papier.
Plainte portée : plus un dossier.
Vite rangé, vite oublié.
Et puis mes deux yeux pour pleurer et puis les cartons à vider pour essayer de retrouver quelques vestiges égarés.
Quelques souvenirs assemblés.
Et puis les manques et regrets.

Le 19/20, un an après :
_ Et maintenant un aparté sur un tout jeune romancier d'à peine dix-neuf ans passés, qui a su pour le moins charmer, faire rire et faire pleurer - et aussi surtout passionner - trois millions de lecteurs comptés selon les comptabilités. Son roman est intitulé "Ils ont débarqués les anglais !"
J'ai l'honneur de vous présenter la révélation de l'année : Kévin-Marcel-Benoît Dupré.
"Ils ont débarqué les anglais !"
J'écoute bien le résumé. Je suis simplement stupéfait.
Le gamin (sûrement très doué), ne s'était même pas donné au moins la peine de changer le titre que je destinais à mon livre pas terminé.
Le gamin s'était contenté de rajouter quelques idées (apparemment très bien trouvées), de conclure et de publier sur un site que je tairai. Il avait vite été primé et pour le moins plébiscité par plus de vingt-mille abonnés : il fut édité, imprimé et enfin commercialisé.

Vingt heure vingt, une heure après : commissariat, plainte portée.
J'avais - preuve d'honnêteté - quelques brouillons sur des carnets et des mémos enregistrés sur un smartphone qui venait je crois de Chine ou de Corée.
J'avais pensé à amener ma bonne foi et mes papiers.

Trois mois plus loin : c'est le procès.
Mon avocat (très avisé), demanda tout ce que j'avais souhaité avec des à-côtés.
J'allais être dédommagé à la hauteur de la moitié des bénéfices engrangés. A cela se vit rajoutée une somme au chiffre coquet.
Et puis on verrait désormais mon nom en haut en premier sur les livres réimprimés. Les autres seraient retirés des ventes sans aucun délais.
Et aussi un contrat signé chez l'éditeur que je tairai.
Kévin Dupré fut condamné - outre le côté financier - à un an de travaux forcés pour cyber-criminalité : en trois lettres ds TIG.

La vie nous ayant rapprochés, nous collaborons désormais à concrétiser un projet : "Des cocos rouges à Saint-Poulet."
Sortie prévue en Février.
2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
L'occasion fait quelquefois le larron, le larron quelquefois l'éclosion ...