3
min

Le peintre, maudit évidemment

Image de Georges Lauteur

Georges Lauteur

971 lectures

169

Qualifié

Julio était un peintre minable.

Il arrivait à survivre en vendant des portraits bâclés à des touristes japonais, mais c’était tout juste. Par rapport à d’autres peintres minables il ne devait son très relatif succès qu’à trois choses : son nom, car Julio sonnait bien, et bien mieux qu’Albert son vrai prénom ; son apparence très étudiée de peintre maudit avec moustache, cheveux longs et veste usée mais propre ; et le fait qu’il savait un peu peindre et pas seulement repasser sur des tableaux déjà peints et téléchargés sur le web. Julio adorait peindre, pourtant.

De temps en temps, il réussissait à gagner un peu plus d’argent et pouvait s’acheter quelques tubes de vraie peinture et une toile. Il en profitait pour peindre des tableaux à lui. Mais personne n’avait jamais voulu les acheter.

Il peignait toujours la même femme sans la connaître. Des visages et des visages, sous tous les angles, et une fois un grand portrait en pied. Et personne ne s’intéressait à ses aplats froids et minéraux. La plupart du temps, les personnes qui voyaient ses peintures détournaient très vite les yeux sans rien dire. Ses deux amis, ses deux seuls amis, avaient souvent essayé de le dissuader ou de le pousser à peindre d’autres sujets, mais Julio était entêté. Il voyait bien que ces tableaux étaient ratés mais il lui semblait qu’il ne leur manquait presque rien pour devenir des chefs d’œuvre.

Tout a commencé un matin, début février. Il faisait froid et Julio avait quelques billets. Il avait le choix entre se chauffer et commencer un nouveau tableau. Julio ne réfléchit pas et alla acheter ses fournitures chez le marchand de couleurs habituel. C’est en sortant ce matin-là qu’il prit froid. Il mourut en trois jours, seul dans sa chambre, sans pouvoir se soigner. Dans les derniers moments il avait tellement de fièvre qu’il délirait. Mais personne ne vint l’aider.

Quand il expira, le silence tomba brutalement dans sa chambre. Julio avait installé tous ses tableaux autour de son lit, pour bien les voir jusqu’au dernier moment. Et tous les visages de cette femme étaient tournés vers lui.

Quand la femme fut bien certaine qu’il était parti, elle s’extirpa du grand portrait en pied à côté de la fenêtre et ouvrit cette dernière pour aérer. Puis elle prit tour à tour chacune des toiles, la regarda bien face et l’absorba. A tour de rôle, chaque toile redevenait vierge et à chaque fois la femme prenait des couleurs. Elle passa ainsi des bleus sombres et des violets à des jaunes et à des rouges puissants. Quand elle eût vidé toutes les toiles, elle se regarda dans le miroir. Elle était incroyablement belle, d’une beauté difficile à contempler plus de quelques secondes. Elle se retourna vers le cadavre de Julio et lui sourit, puis elle prit le pinceau de Julio et installa une toile sur le chevalet. Elle n’eut aucun mal à peindre. Elle se peignait elle-même comme dans un miroir. Les couleurs des tableaux étaient tellement chaudes que la toile ressemblait à un feu. Son visage sortait de la toile comme une flamme vivante qu’on pouvait presque voir onduler.

Et la toile était chaude.

La femme peignit toute la nuit. Elle allait vite et chaque tableau était plein du feu et de son visage. Elle réserva la grande toile pour la fin. Il n’y avait plus de peinture. Alors elle entra dans la toile et s’y installa dans une position impossible, droite et courbe à la fois, fière et aimante, de feu et de glace, allumeuse et émouvante. Son dernier geste fut un baiser pour Julio.

La femme au baiser, que tout le monde connait, est un tableau qui ne laisse personne indifférent. Tous les tableaux de Julio ont été dispersés dans les collections de richissimes mécènes à travers le monde, mais le tableau en pied trône dans la plus belle salle du Musée National. Il règne dans cette salle une douce chaleur tout au long de l’année, quelle que soit la saison, et tous ceux qui viennent voir ce portrait repartent enchantés. Il y a le portrait et aussi une petite vitrine avec quelques souvenirs de Julio.

Personne ne connait l’histoire véritable de Julio telle que je vous l’ai racontée. Et de toutes façons, personne ne s’y intéresse. Seule compte la femme et la flamme qui se mélangent sous nos yeux. Julio est mort maintenant, depuis longtemps, et sa vie est devenue un mythe. Cette histoire n’est peut-être qu’une version du mythe...

Mais c’est la vraie, foi de pinceau.

PRIX

Image de Hiver 2018 - 2019
169

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
« L’écriture est la peinture de la voix » a dit Voltaire... merci pour ces belles couleurs chaudes que vous nous avez racontées
·
Image de Georges Lauteur
Georges Lauteur · il y a
Merci à vous
·
Image de thierry
thierry · il y a
Quel que soit le moyen d'expression l'art est beau. Vous savez peindre avec les mots et votre texte sonne comme une musique.
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
très beau texte fantastique où l'oeuvré et l'oevrant fusionnent en teintes coruscantes, du bel ouvrage, foi de plume!
·
Image de Georges Lauteur
Georges Lauteur · il y a
Merci, et pour les teintes coruscantes aussi...
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
La femme et le flamme, la toile était chaude, Monsieur vous peignez les mots, les mots d'amour...ce qui rend votre récit formidable ! Je vous découvre hélas tardivement car je suis nouveau ! Mais je m'abonne pour vous lire avec grand plaisir !Je fais mon premier concours ! Merci de soutenir mon premier texte en concours https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
·
Image de Georges Lauteur
Georges Lauteur · il y a
Merci Félix !
·
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Merci à vous ! Je rectifie mon premier message j'ai deux textes en concours ! Merci de passer les lire ! https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame

https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de F. Gouelan
F. Gouelan · il y a
Un art vivant qui se nourrit de passion.
·
Image de JACB
JACB · il y a
Et ce n'est pas le baiser de Judas que donne ce modèle à l'artiste resté dans l'ombre ! C'est une idée lumineuse Georges que de prêter vie aux personnages d'une oeuvre qui pleure son géniteur , cherche reconnaissance à son Art. Le reste n'est que Money ... Merci et bonne chance.
·
Image de Georges Lauteur
Georges Lauteur · il y a
Merci !
·
Image de Meriem
Meriem · il y a
La matière de l'âme...
Votre texte m'a fait songer au portrait de Dorian Gray, mais ceci est une autre histoire.

·
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
La femme qui sort des tableaux, j'adore et je vote !
Aimerez-vous ma fourchette d'or ou mon soleil nocturne ? Merci au cas où...

·
Image de Iméar
Iméar · il y a
Un tableau qui dépeint ! Bravo !
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
"FOI DE pinceau" je vous crois !
De très jolies couleurs !!! Julio doit sourire .UNE jolie idée qui donne Un texte tout aussi joli .

·
Image de Georges Lauteur
Georges Lauteur · il y a
Merci ! Pour Julio et son pinceau aussi
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Jules s’essuie avec lenteur, avec plaisir. Il aime ce moment juste après la douche. Il se sent vivre pleinement, avec tous ses sens. Et ce soir, c’est encore plus vrai. Car ce soir, elle vient ...

Du même thème