Le paraitre au travail

il y a
1 min
17
lectures
3

Lueur d’un matin d’automne A l’approche du point de départ Mes sens guettent le moindre bruit Ondulant sur les reins, le sac à dos s’accroche Nouvelle marche vers un sommet ou un lac  [+]

L’ordinateur est allumé, les écrans scintillent sur le bureau, le portable attend un appel
Entre deux cafés, le temps s’écoule et s’égrène seconde après seconde
Poser une page blanche sur l’écran, le miroir de mes pensées alors s’écrit noir sur blanc
Attendre que les mots arrivent sans espoir de traiter les maux qui minent l’intérieur
Rien n’attire le regard entre cloisons et pare vue, la lumière du jour éclaire sommairement le bureau
Attendre et paraitre occupé pour donner le change si une personne franchit le seuil de cet espace
Immersion dans un vide, alors le regard se perd et fixe l’écran de l’ordinateur
Tentative illusoire de s’autoalimenter, alors l’œil chercher la petite horloge sur le bas de l’écran
Rester stoïque, lorsque la porte s’ouvre et taper des lettres machinalement sur le clavier de l’ordinateur
Ecouter d’une oreille passive, les plaintes quasi permanentes des collègues de bureau
Alors le sujet revient... management... le mot est beau mais lorsque la coque est vide...
Une musique au creux des oreilles, lorsqu’un visage apparait derrière l’oculus, je reste pensif
Traversée du désert, 1 jour, 6 jour, 6 mois, 6 ans... la vie s’écoule
Rien n’est plus long qu’une journée commençant devant cette page, les maux peuvent-ils être des mots
Aimer son travail et pourtant aucune motivation pour mener à bien de beaux projets
Valeur et devoir disparaissent dans cette volonté de paraitre au travail
Agonie d’une volonté de transmettre, pourquoi, pour qui...
Image d’un projet qui s’efface et avec lui cette envie de transmettre
Las de ce système, il est 8h10... la journée commence et j’attends déjà sa fin...
3

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
J'ai eu la chance d'aimer mon travail, tous les jours pendant 42 ans. Ce qui ne m’empêchait pas de penser à des randos ou d'en parler avec mes patients (kiné).

Vous aimerez aussi !