2
min

Le mot d'excuse

Image de POP

POP

1 lecture

0

Margaux a douze ans.
Je l’appelle Minouchette.
Elle aime le ketchup, les olives vertes dénoyautées, les framboises et le chocolat.
Elle aime bien chanter à tue-tête dans sa chambre quand elle la range.
Elle fait du cheval tous les mercredis et elle aime bien Cow-boy parce que c’est une forte tête.
Son réveil sonne tous les matins à 6h42.
Margaux se lève toujours du bon pied. Je ne sais pas comment elle fait.
Elle fait son lit alors qu’elle y est toujours dedans. Je ne sais pas non plus comment elle fait.
Elle est en sixième.
Sa meilleure amie c’est Agathe, mais elle a d’autres copines comme Lou Emma et Anissa.
Elle a un lapin chinchilla, borgne, qu’elle a baptisé Loulou.
Tous les jeudis à 12h30 elle a une séance d’orthophonie.
Margaux est dysorthographique.
Elle aime bien inventer des mots.
Mais ce qu’elle aime surtout, c’est aider les autres.

Il est 16h30. Margaux rentre du collège.
Comme tous les autres jours, elle passe la porte et lance un « Hi Mum ! » tonitruant. Elle jette le sac de cours par terre et ouvre le placard du goûter, s’installe sur son tabouret et la bouche à moitié pleine, commence à raconter sa journée à DGV (débit à grande vitesse) en vrac et dans le désordre, en passant du coq à l’âne sans transition, avec des tas de mimiques, en se levant, en sautillant, en mastiquant. Elle parle des cours, des profs, de sa note en Maths, de la cantine, des histoires avec les copines...
Et moi je m’accroche ! J’essaie de suivre, de ne pas en perdre une miette, de faire des liens, de comprendre les déceptions, de déceler les frustrations, de me réjouir des petites ou grandes victoires...
Ma tornade, ma boule de joie est rentrée.



L’histoire qu’elle me raconte aujourd’hui est une pépite.
Anissa, la copine du cheval mais qui est dans le même collège qu’elle, a été retenue deux heures parce qu’elle avait sorti son miroir de poche en cours pour regarder l’évolution d’un bouton d’acné qui la « défigurait ». Le prof a cru qu’elle se maquillait. La sanction est tombée.
« Tu comprends Maman, c’est déjà malaisant (je n’aurais peut-être pas dit ça comme ça moi mais bon...) d’avoir un bouton sur le visage alors se faire coller en plus... laisse tomber ! »
C’est vrai quoi, quel manque d’empathie ces profs !
Je comprends ensuite que la pauvre Anissa, déjà bien affligée par ses problèmes de peau, risque de se voir infliger par sa mère la punition suprême qui est l’interdiction d’aller au cheval. Anissa a pleuré. C'en est trop pour Margaux. Elle a décidé d’agir.
Alors entre midi et deux, au foyer du collège, sur un pauvre morceau de papier froissé, Margaux a écrit pour Anissa un mot d’excuse à l’attention de sa maman.
« J’ai écrit avec mon cœur maman, comme si c’était pour toi »
J’ai les larmes aux yeux.
« Et alors ? » je demande.
« Ben alors Anissa l’a recopié tel quel et l’a donné à sa mère. »
« Et ? »
« Ben Anissa n’est pas privée de cheval ! Sa mère a juste dit que pour la peine, elle devait corriger les fautes d’orthographe du mot d’excuse ! »
Je pleure vraiment cette fois !
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,