Le moral dans les chaussettes

il y a
3 min
529
lectures
22
Lauréat
Jury
Recommandé

J'ai toujours écrit, mais depuis une vingtaine d'années, je pratique plus sérieusement. J'écris des nouvelles et j'ai participé à des concours où je fus quelquefois remarqué, Participation à  [+]

Image de 2015
Image de Tandems Rhône-Alpes
Ce matin, Camille a téléchargé l’appli qui devrait changer ma vie. Oui ! Je m’emmerde toute la journée, alors il a dû se dire que son vieux Papy aurait bien besoin de reprendre goût à la vie. L’autre jour, je devais être drôlement déprimé pour qu’il s’accroupisse à côté de mon fauteuil et me demande ce que je pouvais bien avoir avec mon air désespéré. Je lui avais répondu illico :
— J’en ai marre de la vie, vois-tu ! Depuis que ta grand-mère est partie, je m’ennuie à mourir.
— Mais Papy, t’es en bonne santé ! Si encore tu étais malade, mais tu pètes la forme !
— Ouais. Faut le dire vite !
— Tu vas voir avec cette nouvelle appli, tu vas t’amuser grave !
— Grave, tu dis... Mais alors, dans ces conditions, comment veux-tu que je reprenne goût à la vie ?
— T’as pas compris... pour nous les djeun's, « grave » ça veut dire beaucoup, énormément, si t’aimes mieux.
— Ah, là je comprends mieux. Mais, il va falloir que tu m’expliques comment ça marche, parce que vois-tu, depuis que tu m’as offert ce... voyons voir... ce smartphone, j’arrive à peine à m’en servir. La seule chose que je sais faire c’est t’appeler quand j’ai besoin et là tu réponds que t’es occupé et la dernière fois que j’ai eu un appel, on me proposait un forfait SMS ou MSM gratuit à condition que je signe pour deux ans. Mais comme j’ai dit à la dame... je serai probablement plus de ce monde dans deux ans, alors là, elle a plus rien dit du tout pendant au moins cinq minutes, pourtant c’était pas coupé... J’avais l’impression que quelqu’un pleurait à côté d’elle, alors j’ai essayé de relancer la conversation, car je voyais bien que la dame y mettait vraiment de la bonne volonté : si je termine pas le contrat, j’ai dit, comment que ça se passera pour mes héritiers ? J’ai bien senti que la dame ne savait plus quoi dire... Quelques secondes ont passé et elle a fini par dire qu’elle savait pas... et puis, ça a coupé.
— Pourquoi tu ris ?
— T’inquiètes Papy... l’appli que je viens de télécharger est super simple. T’y touches pas. Tu recharges la batterie quand elle te dit qu’elle en peut plus et ensuite tu laisses faire. Ça marche tout seul ! Pour ça, il faut que le Smartphone ne soit jamais à plus d’un mètre de toi. Sur la table, là, par exemple et il va détecter tes baisses de moral. Dès qu’il verra que tu l’as dans les chaussettes, il va déclencher une musique qui va te redonner la pêche tout de suite !
— Tu sais bien...
— Quoi donc Papy ?
— Que j’ai jamais de chaussettes...

Jean-Luc Berger, 66 ans







Ce matin, Camille a téléchargé l’appli qui permet de changer l’humeur des vivants. Don Camillo comme on le surnomme dans notre monde ! Le maître de l’Aïe-tech, en avance sur son temps (bien qu’ici nous restons tous figés dans l’intemporalité) mais surtout en avance sur le temps des humains, ceux sur Terre. Ceux qu’on a été autrefois.
Il y a quelques mois, j’ai téléchargé l’application « Vidi la vivan » (« voir les vivants », oui car dans notre monde, de ceux qui ne vivent plus, l’Esperanto a pris le dessus). Qui, comme son nom l’indique, permet de voir la vie. C’est à travers cette application que j’ai pu voir ce que devenait mon mari. Il est vieux maintenant. Je suis morte il y a 7 ans. Et depuis, la vie l’a dévastée. Tandis que la mort me rajeunit. L’homme talentueux, ambitieux, généreux, toujours à courir partout pour aider untel, à proposer ses services dans l’humanitaire... voilà qu’il passe ses journées sur son fauteuil, à regarder des téléfilms et émissions (des Bullshits comme on dit en esperanto), en mangeant des gâteaux périmés. Je ne pouvais pas le laisser comme ça, dans cette décadence déchue !
« Sanĝi la humoro de vivanto ». Ah Merci Camillo ! Le roi de l’Aïe-tech innove toujours. Et moi qui pensais lorsque j’étais là-bas, sur Terre, que l’autre monde serait un paradis sans technologie, un nirvana sans Aïe-phone, Aïe-Mac, Aïe-pod... Eh bien je m’étais trompée ! Comment aurais-je pu imaginer que la nouvelle technologie permettrait de mettre en relation le monde des morts (appelés les « forpasita ») et le monde des vivants (appelés les « humains ») ? Dingue non ?! Angoissant même...
Enfin bon, il y a quand même des bons côtés à cette puissante évolution technologique interplanétaire... je vais enfin pouvoir jouer sur les interférences galactiques pour redonner le sourire à mon homme...

Anaïs Girard-Blanc, 21 ans





Recommandé
22

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le sommet du monde

Elena Lmr

Hilja se tient droite au sommet du monde. Droite au milieu du vide feutrine qui s’étend devant elle, sans limite entre le ciel et l’horizon. Elle a natté ses cheveux clairs sous un... [+]

Très très courts

Le doute de Léa

Aurélien LENOTREC

L'équipe de France féminine de handball joue en finale contre la Norvège. La France mène 27-26. Il reste une minute à jouer.
Léa est dans les buts. L'arrière gauche norvégienne lance le... [+]